Vendredi 26 octobre 2018 :

 

VUES SUR LA SEMAINE.

Florilège de réactions jour par jour du 22 au 25 octobre 2018.

 

Lundi 22 octobre.

 

Il se murmure depuis quelques semaines qu'un nouveau traité de l'Elysée, 50 ans après celui entre de Gaulle et Adenauer, serait signé en janvier et comporterait le partage de notre dissuasion nucléaire avec l'Allemagne.

Danger pour l'indépendance de la France.


 

Mesure de Blanquer sur les violences au lycée ? Interdire le portable…et sinon les fouilles ou simple fait que la (haute) hiérarchie soutienne sa base ?


 

Pour Molins, “la menace terroriste est moins forte”..pas ce qui se disait ces derniers mois et l'ennemi attire toujours des partisans.

Menace principalement endogène mais possibilité d'une menace exogène (envoi d'un commando comme 13novembre) pas à exclure.

Risque zéro n'existe pas.


 

Mardi 23 octobre.

 

La France condamnée par l'ONU pour l'interdiction du niqab.

Nous faisons juste valoir notre Constitution et le fait que la République est laïque.

Et l'Arabie Saoudite, ou le Qatar, dans le conseil des droits de l'Homme, on leur dit quoi?


 

Lancement du successeur du porte-avions Charles de Gaulle…. pourquoi pas plutôt un duo ? Deux porte-avions permettraient une meilleure projection de nos armées...


 

L'augmentation des taxes sur le carburant entraîne l'inexorable paupérisation et l'eternel creusement de l'écart entre urbains et ruraux.


 

Évacuation de Grande-Synthe.. à quand l'éxamination des demandes d'asile dans des centres par un organisme d'État spécialisé dans l'immigration.

Éplucher les demandes familiales ou individuelles, de façon chronologique.

 


 

Mercredi 24 octobre :

 

On ne peut pas vouloir la transition écologique et refuser chaque mesure concrète”.

Pour eux, mesure concrète : pollution, donc taxer usagers de la route…

Stop écologie punitive.


 

Villeneuve d'Ascq, Sarcelles, Paris.
La délinquance ne cesse de frapper, et nos élites gouvernementales,  achetant la "paix sociale", ignorent nos forces de l'ordre pour qu'elles fassent régner l'autorité et assurer notre sécurité.
La République recule chaque jour davantage.

Lactalis nous prouve encore son asincérité et son ignominie en ayant possiblement écouler 8000 tonnes de lait contaminés.


À quand de véritables sanctions contre le cartel de certains grands industriels ?

 

 

Jeudi 25 octobre :

 

Sécheresse : plan bientôt présenté...il était temps…

Il faudrait qu'il comporte:

état de catastrophe naturelle et de calamité agricole”.

L’exonération de la taxe foncière sur le non-bâti de 100 %, des taxes sur le carburant, la gratuité de l’eau pour l’abreuvement des troupeaux, gratuité de l'approvisionnement en fourrage en prenant en compte les cotisations sociales de début d'année.


 

Interdiction des trottinettes électriques sur les trottoirs, désormais sur les pistes cyclables….

À quand, vraiment, l'interdiction de la connerie ambiante ?!


 

Mais quelle vacherie dégueulasse !

Le ministère de la Justice va dépenser près de 600 000€ pour récompenser les surveillants pénitentiaires non-contestataires.
Si les surveillants pénitentiaires ont manifesté, c'était pour “crier” leur détresse ! Pendant qu'ils essayent de survivre dans les murs des prisons, Madame le ministre fait simplement "bla bla bla bla", pas envie de faire " ha ha ha ha".

 

Valentin Lagorio,secrétaire national au Rassemblement du Peuple Français.


 

Samedi 20 octobre 2018 :

 

A L'ATTENTION DE MADAME GRANIER .

 

Nous vous répondons suite à votre article du 13 octobre qui s'intitule :” Non, Emmanuel Macron, vous n'avez absolument rien de gaulliste”.

 

Nous ne pouvons que nous réjouir de ce titre, mais le contenu de l'article nous a intrigué.

Comme vous l'avez fort bien dit, ou sous-entendu, chaque Homme politique joue son va-tout sur la “carte de Gaulle”.


Ces mêmes Hommes politiques qui renient ses idées…

 

En effet, le Président de la République ne peut en aucun cas être gaulliste de par sa politique libérale, tournée contre les intérêts de la France, caractérisée par des abandons de souveraineté.
Il ne suffit pas d'avoir les Mémoires du général de Gaulle sur son bureau ou arborer la croix de Lorraine sur un emblème pour être gaulliste.


Cela passe par la cohérence entre les paroles et les actes respectant les quatre piliers du gaullisme :
-L'indépendance nationale et la souveraineté populaire.
-le respect des institutions de la Vème République.
- le rassemblement des français.
-la participation.

 

Et malheureusement, il y a très peu de concordance entre les paroles et les actes de nombre de politiques, aujourd'hui.

 

Concernant “l'ultra-présidentialisme” qu'incarnait le Président de Gaulle.
Vous vous référez au suffrage universel qui en serait l'incarnation même.
Or, la Vème République (ce qu'il en reste mais ce n'est pas ici le sujet) est un régime semi-présidentiel.


Et comment oser qualifier le mandat du général de Gaulle comme ultra-présidentiel, lui qui a eu recours cinq fois à la voie la plus démocratique qui soit, celle du référendum.
Et comment oser le qualifier d'ultra-présidentiel alors que le gouvernement Pompidou en 1962 a été renversé par sa propre majorité ?


Le parlement avait donc un certain pouvoir…

 

Le général de Gaulle n'usa des ordonnances qu'au sortir de la seconde guerre mondiale pour entreprendre des réformes sociales “les plus importantes que la France ait connue depuis le front populaire” (André Malraux).


En déclarant que les politiques devraient “rompre avec la légende gaulliste” pour “assumer un discours enfin critique sur certains pans de l’héritage gaulliste” et notamment sur les œuvres du CNR, c'est renier toutes les avancées qui ont été faites et que Macron “déconstruit par petits bouts”, comme vous l'avez si bien dit.

 

Mais pour nous, comme pour d'autres, renier la “légende gaulliste”, c'est renier la France.
Le gaullisme (comme le bonapartisme qui est toujours vivant !), c'est bien la France. Cette France qui ose, qui va de l'avant, qui s'affirme, qui sait dire non quand ses intérêts sont menacés.


Ce n'est certainement pas celle de Monsieur Macron qui, lui, a choisi le camp de l'anti-France en dénigrant et enfonçant les Français dans un marasme économique, assassinant nos territoires, nos fleurons…

 

Nous ne sommes donc pas, vous l’aurez compris, en phase avec tous vos dires.
Le point d’accord partagé est lorsque vous dites que le geste macroniste n'a rien à voir avec le gaullisme.


Assurément, mais le verbe macroniste n'a pas de teneur gaulliste non plus.

 

Je vous prie d'agréer Madame Granier, l'expression de mes salutations respectueuses.

 

 

APICULTURE : REPONSE A MINIMA !

Au printemps dernier, courant mai, nous avions soutenu les manifestations des apiculteurs, notamment bretons, face aux pertes considérables auxquelles ils étaient confrontés.

 

Suite à cela, le ministère de l'agriculture débloquait fin juillet une enveloppe de 3 millions € d'aides, les modalités restaient à définir.

Nous savions que cette enveloppe concernait essentiellement une aide à l'achat à hauteur de 80€ par essaim (moitié du prix d'un essaim).

Mais cette semaine, après la mise en place du dispositif par le ministère le 12 octobre, nous apprenons que sont concernés seulement les apiculteurs possédant plus de 50 ruches et qui les ont traitées contre le varroa.

De ce fait,les apiculteurs doivent mettre leur main à la poche alors que leur revenu est déjà fort amputé avec des productions apicoles décimées.

Et cette mesure, qui n'est qu'en fait une réponse a minima, n’aidera pas plus les apiculteurs les plus durement touchés et de plus les bretons, premiers mobilisés, ne percevraient qu'une petite partie de l'aide.

Nous avions demandé au mois de mai dernier, d’entamer des études pour analyser les raisons de cette mortalité importante des abeilles.

Rejeter toute la faute sur les pesticides, c'est minimaliste.

Il aurait été judicieux que l'aide fournie par le ministère de l'agriculture de l'époque soutienne l'auto-renouvellement  ( technique qui consiste à scinder un essaim en deux et à le répartir dans deux ruches distinctes) des cheptels d'abeilles pour les plus sinistrés.


Cette pseudo aide montrerait-elle un manque de considération face à la filière apicole? Une sorte de méprise à l'égard des apiculteurs qui ne sauraient pas élever leurs abeilles et développer leurs essaims?

Le maintien de la filière apicole, comme les autres filières, et la défense de la biodiversité n’étaient pas à l'ordre du jour sous M.Travert.

 

Espérons que son successeur fasse mieux

 

Valentin Lagorio,secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

 

Vendredi 19 octobre 2018 :

 

NOUVEAU DANGER SUR UN INTERET NATIONAL !

 

Nous sommes tristement habitués à voir des grands groupes de pays étrangers engloutir nos fleurons, avec parfois la bénédiction de nos élites gouvernementales.

 

Une nouvelle cible, cette fois en Guyane, la société française AUPLATA, spécialisée dans l'extraction d'or, qui pourrait se trouvait entre les mains d'une société péruvienne, Brexia Gold Plata Peru (BGPP).

 

Nous ne pouvons pas laisser cette société filer entre les mains d'un groupe étranger, qui risquerait de mettre à mal les ressources de nos sous-sols.


Qui nous dit que les Péruviens respecteront la charte «Mine Responsable» qui oblige aux sociétés d'extraction de revégétaliser 40% des zones détruites ?


Nous savons qu'un opérateur sur deux ne joue pas le jeu.


AUPLATA joue le jeu, les débuts ont été difficiles, mais la revégétalisation a été bien relancée cette année.

 

C'est l'indépendance de la France qui est une nouvelle fois touchée.
Nous ne pouvons donc pas abandonner cette activité.


Les ressources minérales importantes que comportent nos territoires d'Outre-Mer, qui représentent la France sur la mer, ne doivent pas être sabordées, car elles sont capables d'être le fer de lance du développement de nos territoires, avec bien sûr d'autres activités comme l'agriculture.


Mais encore faut-il savoir défendre nos intérêts économiques avec des exploitations pilotées par nos entreprises.

 

À l'image de la SNCF ou de la SNCM, pourquoi ne pas créer une Société Nationale des Mines Françaises dont les tâches seraient d'exploiter nos sous-sols et de les préserver.
Cette idée avait germée en 2014 avec Arnaud Montebourg (CMF: Compagnie nationale des Mines de France), mais mise à l'écart en février 2016 par…. Emmanuel Macron.

Valentin Lagorio, secrétaire national au Rassemblement du Peuple Français.


 


 

Mardi 16 octobre 2018 :

 

NOUVEAU MINISTRE DE L'AGRICULTURE, VIGILANCE !

 

Première question que nous nous sommes posés sur un possible remplacement de Stéphane Travert : pourquoi l’éjecter après le vote de la loi Egalim et avant la promulgation des ordonnances ?


Cela pourrait-il traduire un sentiment d'échec de la part du gouvernement et du Président de la République à mieux rémunérer les paysans? 


Certainement. D'autant plus que la politique gouvernementale est libérale (traités de libre-échange condamnant des filières), donc aux antipodes de nos propositions (régulation des productions, prix planchers dans les filières, entre autres)

 

La nomination du nouveau ministre de l'agriculture, Didier Guillaume est à saluer.. à moitié.
Didier Guillaume avait décidé le 16 janvier dernier à quitter la vie politique...nous pouvons donc voir déjà ici la cohérence entre les propos et les actes.

 

Plusieurs dossiers attendent ce nouveau ministre, qui manifestement les connaît très bien.
Ces dossiers sont évidemment la rémunération des paysans, la réforme de la PAC, le dispositif TO-DE, la sécheresse, la crise porcine africaine, la prédation…

 

Nous ne pouvons pas nous réjouir, pour l'instant, de la nomination de Didier Guillaume à ce poste.


Nous serons donc vigilants et n'hésiterons pas à interpeller le ministre sur différents dossiers.

 

Valentin Lagorio,secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

 

Dimanche 14 octobre 2018 :

 

SAINTE-ANNE D'AURAY, MORBIHAN.

 

Pour la quatrième année consécutive, une journée d'hommage a été célébrée en l'honneur de tous les agriculteurs suicidés.


Pour ne prendre qu'un exemple, 732 d'entre eux ont mis fin à leurs jours en 2016.

Ce n'est pas un tabou, c'est un phénomène effrayant et catastrophique de notre société.
Des hommes et des femmes qui nourrissent leur famille, la population, qui n'arrivent pas à vivre.
Les élites politiques ne peuvent pas rester impassifs et insensibles face à ces tragédies.

 

Je vous fais mes excuses pour mon absence, mais que l'on sache qu'à mon petit niveau, je n'abandonnerai pas mon combat pour "une certaine idée de l'agriculture" que je mène au quotidien.

 

Je voudrais remercier, féliciter, soutenir les organisateurs de cette journée d'hommage, en particulier à Jacques Jeffredo, qui comme moi, portent une cause noble : la reconnaissance du travail des paysans.

 

Valentin Lagorio secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français

 


 

Vendredi 12 octobre 2018 :

 

PAC, L'ABERRATION DU SYSTEME.

 

Dans le journal télévisé de France 2 du 9 octobre 2018 ( lien: https://mobile.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/video-qui-s-enrichit-grace-a-la-politique-agricole-commune_2978165.html#xtref=https://www.google.com/ ),

a été démontré que les 9 milliards d'euros des aides de la PAC vont principalement dans les poches d'industriels comme Lactalis, des sociétés spécialisées dans le champagne (Mumm pour Pernod Ricard), ou encore pour des spots publicitaires vantant les AOP.

Et pour les paysans ? Des miettes ou rien du tout.


Pendant que nombre d'éleveurs attend les aides de la PAC depuis trois ans, mettant à mal leur trésorerie, les industriels remplissent leurs poches aux dépens de ceux qui fabriquent la matière première, la richesse de leur travail.

 

Mais ironie du sort, on nous dit que Lactalis, premier receveur de ces aides, perçoit ces dernières pour financer le stockage de poudre de lait de l'UE, un stock hérité de la crise laitière de 2015.

Rendez-vous bien compte de ce que cela veut dire: on aide une industrie laitière pour maintenir ce stock.


Et nous, même moi, avons cru pendant longtemps que ce stock plombait le marché du lait.

On peut donc parler d'entretien du problème, d'un esclavagisme moderne.


Que va devenir ce sinistre stock de poudre de lait; celui qui enrichit les industriels par des subventions, ces mêmes subventions qui font passer pour des méchants les paysans?


(Des paysans qui n'auraient pas besoin d'aides financières si ils étaient rémunérés à la hauteur de leur travail)

 

Le bon sens doit l'emporter, car la ferme agricole française meurt.


Une simple gestion de l'offre et de la demande éviterait ce surplus de lait.


Et que l'on ne croit pas qu'ailleurs c'est mieux, ni États-Unis, ni au Canada, ni en Nouvelle-Zélande…

 

Une réforme de la PAC doit s'engager.


Je m'exprimerai sur ce sujet dans mes prochaines interventions.

À suivre donc …

 

Valentin Lagorio,secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français,


 

Vendredi 5 octobre 2018 :

 

CETA : L'ENVOL DES PROMESSES...COMME D'HABITUDE !

 

Cela fait un petit peu plus d'un an qu'à été signé été entre la Commission Européenne et le Canada, le CETA, qui est entré en vigueur provisoirement.


Nous ignorons la date de son application définitive, mais nous savons d'ores et déjà que cet accord révèle une nouvelle fois des frontières passoires.

 

Le ministre de l'agriculture était en déplacement au Havre le jeudi 2 août 2018, visiter le poste d'inspection aux frontières qui contrôle les marchandises importées, végétales ou denrées alimentaires.


C'est là que le ministre avait vanté la sécurité alimentaire pour nous, consommateurs.

Il est tellement facile de garnir la vitrine et de salir le fond de commerce.


Surtout quand on sait que grâce au CETA, nous avons des céréales produites avec de l'azatrine, herbicide interdit en Europe, du colza OGM et du saumon transgénique.


Le gouvernement français avait pourtant promis de ne pas importer de produits toxiques où qui ne respecteraient pas nos normes.


Mais vous savez ce que valent les promesses…. 

 

Nous demandons l'annulation de ce traité, dont nous avons toujours été opposés, car nos filière porcine et bovine sont menacées par l'arrivée d'un énorme contingent de viande, et parce que cet accord ne profite pas aux producteurs de lait Canadiens qui voient leur système de gestion de l’offre menacée à la fois avec le CETA et la renégociation récente de l'ALENA.

 

Quand on voit les premiers résultats de cet accord, on peut s'attendre au même résultat catastrophique avec les futurs accords entre l'Europe et le MERCOSUR, entre l’Océanie et l'Europe, et celui conclu cette année entre le Mexique et l'Europe.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

 

Mercredi 3 octobre 2018 :

 

Monsieur Collomb, si tant est qu'il fut vraiment ministre de l'intérieur, a renouvellé deux fois sa demande de démission du poste qu'il "occupait".


Après un premier refus de Macron, M.Collomb finit par partir.


Pourquoi avoir voulu le conserver si il ne voulait plus rien faire ?

 

Dans sa seule optique de briguer le poste de maire à Lyon en 2020, Collomb attendait impatiemment son départ et un remplaçant.

 

Cela traduit l'attitude du gouvernement : ne pas assurer la sécurité des Français.

Le poste de ministre de l'intérieur est quand-même un poste régalien. Ne serait-ce plus une priorité d'occuper un poste très important, de remplir les tâches de cette fonction, dans un contexte de menace terroriste, d'une délinquance croissante caractérisée par une partie de la jeunesse en perte de valeurs et de repères, favorisée par un État faible et méprisant la fonction présidentielle ?

La lâcheté les emporte, qu'ils se conduisent en vrais hommes politiques !
Nous attendons du remplaçant quelqu'un de solide, qui "défende" ses Hommes et ses concitoyens !

Valentin Lagorio,Secrétaire national au RPF.


 

ETATS-GENERAUX DE L'ALIMENTATION : LA TRAHISON A JOUE SON ROLE.

 

Mardi 25 septembre, le sénat a rejeté en bloc le projet de loi Egalim car les sénateurs ne se sont pas mis en accord avec les députés et trouvent que le texte ne garantit en rien une meilleure rémunération des agriculteurs.

 

Nous ne pouvons qu'être en accord avec le sénat. Nous avons dénoncé plusieurs fois le manque de volonté, une certaine trahison de la part des élites politiques qui ont vendu du rêve au monde paysan pendant plus d'un an.

 

L'Assemblée Nationale pouvait encore rectifier le tir mais a simplement adopté cette loi mardi 2 octobre. Le combat durera encore, car nous ne pouvons pas abandonner nos paysans.

 

Les états-généraux de l'alimentation ne sont qu'un bout de papier, à l'image de la charte de novembre 2017 que les distributeurs et transformateurs ne respectent pas (meilleure partage de la valeur ajoutée). Et parce que cette loi ne repose que sur la bonne volonté de ces derniers pour mieux rémunérer les paysans.

 

Rêves, illusions, trahisons, mensonges, voilà ce que définit ces Egalim: les paysans ne vont pas mieux s'en sortir, les consommateurs sont une nouvelle fois manipulés par la théorie du ruissellement (augmentation de 10% de produits non agricoles censés se répercuter sur les autres produits pour mieux rémunérer les paysans, voyez la logique, pas de nouveau cap pour l'agriculture, pas d'arbitrage public...bref du vent!

 

Il reste une dernière chance au gouvernement, au président de la République, pour sauver le monde agricole : la réforme de la PAC.

 

Si rien n'est fait pour que la PAC retrouve ses prérogatives (régulation des productions,juste rémunération des paysans,maintenir une alimentation saine, défendre notre marché), le mandat de Macron sera celui de la fausse prise en compte de la détresse agricole,de la haine, de la trahison et du mépris envers le monde agricole.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

 

Samedi 29 septembre 2018 :

 

TRAVAIL SAISONNIER EN DANGER !

 

(Je ne réagis que maintenant car j'étudiais longuement ce dossier, que j'ai suivi depuis le début, en fait très simple à comprendre mais qu'il faut expliquer à des personnes extérieures au monde agricole, comme moi. Excusez-moi de ce retard)

 

Dans le projet de loi de finances 2019 présenté lundi 24 septembre,le dispositif TO-DE (travailleurs occasionnels, demandeurs d'emplois) qui sert à compenser les coûts de charges de main d’oeuvre supplémentaires depuis 1985, sera supprimé en janvier 2019. C'est la fin de l'exonération de charges sociales.


C'est ce qui était annoncé depuis quelques mois et plus récemment, le 19 septembre par le premier ministre, Édouard Philippe.

 

Les maraîchers, vignerons, arboriculteurs, etc qui en bénéficient vont voir leur coût du travail saisonnier augmenter de 2500€/hectare et par an, un surcoût de 190€ par salarié et par mois.


C'est une menace réelle pour des milliers d'exploitations qui risque de les faire disparaître.
Exemple: augmentation de 1€50 du coût du travail par heure, un agriculteur qui utilise 10 000 heures d'emploi saisonnier perdrait 15 000€. Et n'ayant pas les moyens de les payer, son exploitation risquerait de disparaître.

 

Les élites demandent aux travailleurs/ses d'être plus compétitifs mais ce dispositif permettait de l'être davantage car le coût du travail saisonnier le plus élevé en Europe, c'est en France.
En France, par exemple, le coût du travail saisonnier est 36% plus cher qu'en Italie et 26% plus cher qu'en Allemagne.

 

Dans les discussions actuelles entre ministères de l'agriculture et des finances,(à noter que Bruno le Maire défendait ce dispositif en 2010) ceux qui emploient des travailleurs saisonniers

pourraient toucher une exonération de charges en lien avec la suppression programmée du CICE ( Crédit Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi), également en janvier 2019.

Nous demandons que le dispositif TO-DE soit maintenu.


Concernant le CICE, nous pourrions peut-être le remplacer par une hausse de la TVA qui remplacerait les cotisations des exploitants et salariés. Une TVA qui irait pour financer une “protection sociale agricole”. Une sorte de TVA sociale agricole.
Quel en serait le but ?


Réduire les charges qui pèsent sur le coût du travail pour redonner ainsi de la compétitivité au secteur productif, qui permettrait une répercussion sur les salaires.


D'augmenter le prix des produits importés, de maintenir les prix des produits français au niveau actuels et celui des produits français exportés porté à la baisse.

 

Lundi 1000 agriculteurs ont manifesté à travers tout le sud de la France, 300 encore mercredi soir à Montauban, pour protester contre la suppression de ce dispositif.

 

Si rien n'est fait pour sauver les filières touchées par cette suppression, les agriculteurs n'auront qu'une chose à faire : traverser la rue !

 

Valentin Lagorio,secrétaire national chargé de l'agriculture.

 

 

 

 

Dimanche 23 septembre 2018 :

 

L’ÉTAT NE DOIT PAS ABANDONNER NOS ELEVEURS DE PORCS !

 

(bien évidemment, le monde paysan dans sa globalité ne doit pas être abandonné !)

Jeudi 20 septembre, au marché du porc breton (MPB) qui fixe les prix au niveau national ( du moins, sert de référence), une cinquantaine d'éleveurs de porcs a fait pression sur les acheteurs pour augmenter le prix du porc.

 

Or, les acheteurs ont décidé de mener la cotation en dehors du MPB, baissant ainsi de 5 centimes le prix du kilo de porc, le faisant passer de 1€29 à 1€24.

 

Face à cette attitude,les éleveurs appellent à se rassembler en AOP (association d'organisation de producteurs), à créer une commission de fixation des prix et appellent leurs collègues à se mobiliser la semaine prochaine.

 

Nous aurions pu dire aux éleveurs d'attendre la loi Egalim, mais nous ne sommes pas dupes. La loi ne réglera rien, les paysans seront toujours sous-payés !

 

Le gouvernement a raté le coche, nous demandons des prix planchers dans chaque filière.
Pour la filière porcine, le prix plancher doit être à 1€40.


Nous devons réguler la production, concontrer la production pour répondre aux demandes du marché français et exporter les éventuels surplus.

 

De plus, les éleveurs de porcs sont confrontés à la menace de la peste porcine africaine. Des cas ont été détectés en Belgique, les régions françaises frontalières sont en alerte.

Au niveau régional, départemental, une concertation doit avoir lieu entre collectivités territoriales, chasseurs et éleveurs.


L’État doit permettre aux chasseurs de procéder à des tirs au niveau de la frontière et les zones qui sont potentiellement menacées.


Les chasseurs et éleveurs doivent également être mis au courant des symptômes des sangliers porteurs du virus de la PPA.


L'État doit interdire les importations de gibiers venant des pays de l'Est.


(Un chasseur belge s'est confié en affirmant que certains chasseurs procèdent à des importations illégales de sangliers et de cerfs pour pouvoir annoblir leurs tableaux de chasse)

 

Que le gouvernement fasse son travail, sinon ce sera la double peine pour nos éleveurs de porcs !

 

Valentin Lagorio,secrétaire national chargé de l'agriculture.

 


 

Vendredi 21 septembre 2018:

 

COQUILLE SAINT-JACQUES : ACCORD A MINIMA ENTRE PECHEURS FRANCAIS ET ANGLAIS.

 

Le 17 septembre, un accord a été trouvé, stipulant que les bateaux anglais de plus de 15 mètres ne doivent revenir qu'à partir du 1er novembre en Manche-Est, les français cédant une partie de leur quota de pêche (dont ils ne se servaient pas) aux anglais, qui avaient demandé des contreparties.

Cet accord ne concerne donc pas les bateaux de moins de 15 mètres qui par leur razzia, mettent en péril notre pêche artisanale française qui fait vivre nos littoraux normands (les premiers concernés sur ce sujet).

 

Espérons d’abord que cet accord soit respecté (nous serons très attentifs) même si il nous semble imparfait.


Imparfait car le gouvernement français ne semble pas prendre en compte l'enjeu majeur que représente ce sujet.

 

En pleines négociations sur le brexit, il ne semble pas s'en préoccuper plus, laissant ceux sur le terrain négocier tout seul.


Car initialement prévu, ce devait être les ministres anglais et français de se rencontrer pour trouver un accord...

 

Nous ne doutons pas que la direction des pêches du ministère se soit mobilisée et nous saluons au passage Pascal Coquet, président de la Commission Nationale Coquille Saint-Jacques du comité national des pêches pour son entière mobilisation.

 

Notre pêche, activité économique et patrimoine vivant qui fait vivre certains de nos territoires, ne doit pas être la variable d'ajustement pour le Brexit, un peu comme le budget de la PAC sur le budget total européen.

 

La “guerre de la coquille Saint-Jacques” n'est qu'un exemple de ce que vivent nos pêcheurs au quotidien.


C'est un problème plus global, causé par le libéralisme et le libre-échangisme.

Nous avions déjà formulé des propositions sur un accord entre les deux parties en mettant en avant une zone de gestion commune avec les mêmes dates d'activités pour tout le monde et que la période de restriction qui protège la reproduction des coquilles soit maintenue et respectée des deux côtés.

 

L'année prochaine, sera renégocié un nouvel accord, nous ne sommes pas prêts de lâcher nos pêcheurs et nous maintiendrons nos propositions !

 

Valentin Lagorio,secrétaire national chargé de l'agriculture.

 


 

Dimanche 16 septembre 2018 :

 

PESTE PORCINE AFRICAINE : REVEIL TARDIF !

 

C'était la première chose à faire.


Il faut, désormais, passer à la vitesse supérieure !


Cette semaine, deux sangliers ont été retrouvés morts à la frontière belge porteur du virus de cette peste porcine africaine (PPA).

 

Le ministre a indiqué que les contrôles en abattoir seront accrus et les mesures de biosécurité en élevages seront mis en place (barrières électrifiées pour les élevages en plein air).

Mais c'est plus en amont qu'il faut régler le problème par la sensibilisation des chasseurs.

Au niveau régional, départemental, une concertation doit avoir lieu entre collectivités territoriales, chasseurs et éleveurs.


L’État doit permettre aux chasseurs de procéder à des tirs au niveau de la frontière et les zones qui sont potentiellement menacées et qui le seront.
Les chasseurs doivent également être mis au courant des symptômes des sangliers porteurs du virus de la PPA.

 

Espérons que l'État prenne en compte la gravité de la situation dont nous alertons depuis un an.

Valentin Lagorio,secrétaire national chargé de l'agriculture.


 


 

Samedi 15 septembre 2015 :

 

LOI ALIMENTATION,ILS ONT RATE L'ESCALIER !

 

Ils promettaient ci ça et là….et finalement rien.

Ils ont brassé du vent comme d'habitude…

En octobre 2017, le président nous promettait une inversion de la construction du prix, allant du producteur au magasin.

Une promesse qui a été répétée plusieurs fois...pour finalement arriver à ce que ce soit les interprofessions qui fixent les coûts de production.

Donc cela change quelque chose ?

Non rien, les géants des interprofessions comme Lactalis et Bigard, ou encore Leclerc continueront leur mainmise, leur hold-up.

Il reste encore le deuxième passage à l'Assemblée Nationale.

Nous espérons que le tir sera rectifié.

Nous voulons que ce soit l'observatoire des prix et des marges qui fixe les coûts de production, que le prix abusivement bas soit à la hauteur de ces coûts de production, c'est-à-dire que les industriels achètent le produit au paysan au minimum au niveau des coûts de production.

Et c'est un minimum!

La loi risque de faire des déçus...Attention à ne pas rater la cible!

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture.

 

 

Samedi 8 septembre 2018 :

 

Ne cédons pas, défendons nos pêcheurs !

 

Fin août, une bataille rangée eut lieu entre pêcheurs français et anglais. Les premiers reprochant aux seconds de piller la ressoi des coquilles Saint-Jacques, ne leur laissant que les restes.

Mercredi 5 septembre, une réunion eut lieu à Londres où les deux parties semblaient avoir trouvé un accord.
En fait, juste l'accord de fin 2017 a été renouvelé (bateaux de plus de 15 mètres ne doivent pas se trouver en mer avant le 1er octobre, date à laquelle les Français peuvent pêcher la coquille Saint-Jacques), mais en impliquant également les bateaux de moins de 15 mètres.
Mais ce n'était qu'un accord de principe...

Les anglais ont balayé l’accord vendredi soir, bloquant ainsi toutes négociations.
Les Anglais sont prêts à ne plus pêcher la coquille, seulement si leur quotas de maquereaux est revu à la hausse.

Un chantage inacceptable. 
Nos dirigeants ne doivent pas céder.
La semaine prochaine, les deux ministres responsables de la pêche doivent se rencontrer.

Nous reformulons nos propositions.
Pour une gestion durable et juste de cette ressource: 

-Chacun doit pêcher en même temps, même réglementation pour tous en terme de pêches dans les eaux territoriales.
-La période de restriction qui protège la reproduction des coquilles doit être maintenue.
-Interdire toute importation anglaise de coquilles hors de la période de pêche (bas prix et mauvaise qualité)

Depuis le début, nous suivons le sujet et nous espérons que la “guerre de la coquille” sera réglée la semaine prochaine.
Nous ne voulons pas d'une nouvelle bataille navale.

Secrétaire national chargé de l'agriculture

 

 

Mercredi 5 septembre 2018 :

 

Des mots, toujours des mots...

 

Le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, s'est rendu en Mayenne lundi 3 septembre, rencontrer des agriculteurs qui avaient menacé de manifester.

Il a baptisé deux veaux, s'est rendu sur une exploitation…

Il a glissé une phrase comme “Maintenant il faut des résultats”...

Cela fait des années que le monde agricole attend des résultats.

Le ministre n'a donné aucune garantie concernant une meilleure rémunération des paysans mais il a tenu à affirmer que la loi allait dans ce sens.

Nous avons démontré plusieurs fois que ce n'était pas le cas.

Hier matin, nous apprenons que le ministre a déclaré que les agriculteurs pourront fixer les prix à la grande distribution.

Il appelle les agriculteurs à se rassembler pour peser dans les négociations commerciales... n'est-ce déjà pas le cas ?!

En l'état actuel, la loi ne le permet pas!

Le blabla ça suffit !

Nous demandons que la loi Egalim comporte:

-Des prix planchers pour chaque filière avec le concours de l'observatoire européen des prix et des marges qui fixe les coûts de production.

L'agriculteur doit couvrir ses coûts de production et se dégager un salaire.

-Obligation à la grande distribution de se fournir principalement d'aliments français !

-Interdire toutes importations ne respectant pas nos normes.

( La montée en gamme sur notre territoire et l’importation de produits bourrés de pesticides est une situation pittoresque !)

-Epargner les produits agricoles des traités de libre-échange.

-La préservation d'un modèle agricole durable, avec des petites et moyennes fermes, s'opposer au modèle agro-productiviste.

-Réorienter les productions au niveau national, et exporter nos surplus.

C'est quand-même un minimum!

Si la loi ne donne pas un cap à l'agriculture, si elle ne permet pas une meilleure rémunération des paysans, elle ne servira à rien.

Nous ne voulons pas que cela en prenne le chemin!

Que le ministre défende réellement nos paysans, sans quoi ces hommes et femmes qui travaillent la terre de France seront délaissés par un énième gouvernement qui les abandonné.

Secrétaire national chargé de l'agriculture.

 

 

Jeudi 30 août 2018 :

 

Monsieur le ministre, défendez nos pêcheurs !

 

Mardi 28 août, des pêcheurs normands et anglais se sont opposés à coups de fusées de détresse et fumigènes et des lancers de pierres.

Pourquoi ? 

Les pêcheurs français doivent attendre le 1er octobre pour pouvoir pêcher la coquille Saint-Jacques.
Alors que les britanniques ne disposant pas de réglementation, vont des mois avant les Normands pêcher la coquille Saint-Jacques dans la baie de Seine et dans la zone Manche Est.
Les Français récupérant donc les restes...

Nos pêcheurs ont des quotas journalier et hebdomadaire par bateau, un nombre limité de sortie et ne peuvent pas exercer leur activité de mai à octobre.
Tandis que les britanniques n'ont pas de restriction.

Mais alors que dit la PCP, la Politique Commune de la Pêche ? 

Que les navires inscrits dans la fichier de la flotte de pêche de l'UE ont une égalité d'accès, que l'accès aux pêcheries est autorisé par une licence de pêche.
ET qu'à moins de 12 milles marins des côtes d'un pays, ce dernier peut limiter l'accès aux navires. 

Les britanniques sont donc en droit de venir pêcher.

Alors quels sont les problèmes ? 

-Chaque fin d’année, il y a des accords qui fixent les quotas. Mais avec le brexit, il n'y a eu que des accords partiels: un échange de KW/jour contre la certitude de ne pas voir des navires anglais de plus de 15 mètres dans cette zone avant le 1er octobre.

Mais au nom de la libre concurrence, de l'ultralibéralisme en Angleterre, cette promesse n'a pas été respectée.

-La législation française qui oblige nos pêcheurs à attendre le 1er octobre pour pêcher la coquille Saint-Jacques.
-La différence des quotas, avec notamment la taille des bateaux.
Les navires industriels britanniques de 30m de long, dont certains sont capables de congeler les coquilles à bord.
Nous avons en France des bateaux de taille artisanale.

Un projet de gestion commune de la pêche pour cette zone a été demandé au ministre de l'agriculture.
Les pêcheurs français ne sont pas opposés aux anglais, ils veulent simplement les mêmes règles pour tout le monde dans les eaux territoriales, une gestion durable et juste de cette ressource.
Une gestion qui passerait par: 

-Chacun doit pêcher en même temps, même réglementation pour tous en terme de pêches.
-La période de restriction qui protège la reproduction des coquilles doit être maintenue.
-Interdire toute importation anglaise de coquilles hors de la période de pêche (bas prix et mauvaise qualité)

Nous serons vigilants et nous demandons au ministre de l'agriculture, d'agir très vite.

Secrétaire national chargé de l'agriculture.


 

Les annonces du ministre de l'agriculture sur le bien-être animal sont-elles un coup de com ?

 

Nous sommes en droit de nous le demander. 

Au lendemain de la démission du ministre de l'écologie Nicolas Hulot, M.Travert, en déplacement dans la Creuse et l'Allier le mercredi 29 août, a annoncé les grandes lignes d'un plan d'actions sur le bien-être animal, qui sera inscrit dans la loi agriculture et alimentation qui ressort des États-Généraux de l'alimentation (EGALIM ou EGA). 

Il a, en outre, déclaré vouloir mettre fin au broyage des poussins mâles, en rappelant l'engagement de la filière à limiter à 50% les œufs issus d'élevages en cage, à la castration des porcs à vif.
Mais ces dispositions avaient toutes été rejetées lors des débats à l'Assemblée Nationale sur le projet de loi Egalim. 

Pour les éleveurs de bovins, il a de nouveau appeler à monter en gamme avec le label rouge, changer de cahier des charges. Demander une montée en gamme, produire en France pour exporter et importer de la viande d'Amérique pour nourrir les Français relève de l'ignominie. 

C'est très bien de soulever la question du bien-être animal. Mais derrière cela, c'est le modèle agricole à changer. 
Nous aurions aimé entendre de la part du ministre l'interdiction de construction de fermes-usines où les bêtes sont parquées, ne voient pas le jour ni l'herbe. 
Nous aurions aimé également entendre la réouverture des abattoirs de proximité. Plus le transport est long, plus les animaux stressent. Et plus on concentre l'abattage, plus la cadence est forte, ce qui donne le résultat de vidéos montrant une mise à mort atroce des animaux. 

Les premiers acteurs du bien-être animal sont les éleveurs. Il vaut mieux une vache qui soit dans les pâtures 8/12mois que dans une stabulation toute l'année. 

Quand aux ONG comme l'association de défense d'animaux d'élevages CIWF qui parlent des bovins bloqués à la frontière turque pendant 10 jours..Ils venaient bien de France, mais ont été vendus en Espagne et expédiés par l'Espagne. 

Que le Ministre se penche également sur le bien-être des agriculteurs en commençant par leur donner un revenu, ce que pour l'instant n'envisage pas de faire la loi des EGA. 

Dans certains cas minimes, où les éleveurs sont à bout, ils ne s'occupent plus de leurs bêtes. C'est encore très rare car les éleveurs ont la passion de leur métier et tiennent pour leurs bêtes. 
Simplement, le gouvernement doit leur donner les moyens de pouvoir vivre de leur métier !!!

Secrétaire national chargé de l'agriculture.

 

 

 

Mercredi 29 août 2018 :

 

Lettre ouverte à Moreau : Non Monsieur Moreau, le monde paysan n'a pas été correctement défendu.

 

Le samedi 25 août 2018,

 

Monsieur Moreau, vous avez déclaré être attaqué par plusieurs personnes vous reprochant votre attitude lors des débats à l'Assemblée Nationale concernant la loi agriculture et alimentation, qui ressort des états-généraux de l'alimentation.

Il est normal que l’on vous reproche certaines choses. Vous n'êtes pas le seul. À travers vous, sont aussi visés les députés de la majorité présidentielle et le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert. 

Non, Monsieur Moreau, en l'état actuel, la loi ne résoudra rien sur les problèmes que rencontrent nos agriculteurs. 

La loi ne rend pas les paysans plus renforcés et nomme (encore) responsable les industriels et la grande distribution sur le partage de la valeur ajoutée.

Oui, Monsieur Moreau, laisser aux interprofessions la détermination, enfin plutôt une prise en compte des coûts de production, ne change rien au quotidien des agriculteurs qui sont toujours autant sous-payés.

Où est passé le renversement de la construction des prix payés aux producteurs partant des coûts de production ? 
C'était un doux rêve... en somme...

De plus, l'encadrement des promotions est un trompe-l'oeil ! Les centrales d'achats peuvent demander un prix promo à leur fournisseurs ! Qui va leur en empêcher ? 

Vous proposez également une hausse du SRP (Seuil de Revente à Perte) qui vise la grande distribution à vendre un produit 10% de plus que le prix qu'elle a payé à son fournisseur. 
Il aurait été plus judicieux d'imposer à la grande distribution d'acheter un produit au minimum au niveau des coûts de production sous peine de sanctions !
Mais un amendement qui allait dans ce sens (définir le prix abusivement bas au niveau des coûts de production) a été rejeté.


Vous dites que la coopérative est le prolongement des agriculteurs ? Pourtant les événements récents ne le prouvent pas. Des cadres de Tereos, coopérative sucrière) qui sont exclus pour ne pas avoir le même avis que la direction, Sodiaal qui ne communique pas sur le rachat d'une partie de l'usine de Synutra à Carhaix (Finistère)...Le principe d'une coopérative est d'être au plus proche de ses adhérents, les faire vivre, les aider, contribuer au développement d'un territoire, se concerter avec ses adhérents pour les décisions importantes.

La valeur ajoutée passe par elle et doit être redistribuée, c'est ce que vous avez déclaré.. Commençons par mettre en place des contrats qui prennent en compte les coûts de production de l'éleveur et faisons en sorte que les contrats soient en deux parties : chaque partie doit remplir sa tache. Si la coopérative ne paie pas son adhérent à un prix correct, l'éleveur peut rompre le contrat pour manquement de la coopérative à son devoir. 

Le gouvernement et vous-même avez demandé aux interprofessions de se responsabiliser, elle-même pouvant prendre en compte les coûts de production. Mais cela ne règle rien, les géants des filières (Sodiaal, Lactalis, Bigard, Cooperl) seront toujours les maîtres. 

Enfin votre «name and shame» pour nommer les enseignes qui ne changent pas leurs pratiques, pour informer les Français sur celles qui ne jouent pas le jeu…
Mais à quoi cela servira-t-il? Quand Leclerc est accusé de mauvaises pratiques, il se défend et accuse ses détracteurs de mentir, de même pour Lactalis.

Absence d’un arbitrage public pour contrôler les pratiques commerciales entre transformateurs, distributeurs et agriculteurs…

Tant de choses à dire encore mais nous en resterons là, c'est déjà suffisant pour vous dire: 
Non! 
Non décidément Monsieur Moreau, cette loi trompe, trahit, laisse en position de faiblesse le monde agricole, dont pourtant vous faites partie. 
Du rêve, voilà ce que vous avez promis aux agriculteurs, du rêve ! 

Cette loi n'est pour l'instant qu'une coquille vide, de l'enfumage !

Nous espérons, qu'avant le vote de la loi courant septembre-octobre, voir son contenu changer en faveur des agriculteurs. Faute de quoi, cela serait considéré comme une trahison envers le monde paysan, sacrifié et méprisé. 

Veuillez bien croire, Monsieur le député, en l'expression de mes sentiments distingués.


 

Sodiaal, attention danger au SPACE à Rennes.

 

La coopérative Sodiaal a enfin communiqué sur le possible rachat, partiel ou total, de l'usine Synutra à Carhaix.

Mais elle ne dit rien de plus que ce que l'on savait déjà, ne donne aucun garantie sur l'avenir de la production laitière.
Il est indécent de vouloir racheter une usine, même partiellement ou totalement, sans garantir l'avenir des producteurs de lait.
"Produisez, on verra après"...en somme c'est ça.

La coopérative ne payant déjà pas le lait à son juste niveau, le ferait-elle pour la poudre de lait infantile ? Et à qui le vendre, quels débouchés ? 
Nous n'en savons rien! 

Attention aux retombées pour les producteurs de lait. Il est hors de question que les parts sociales des éleveurs augmentent et que le prix du lait baisse pour permettre ce rachat.

Quoi de plus ignoble de voir cette coopérative investir alors que l'éleveur s'endette car sous payés ! 

Nous demandons au gouvernement de mettre en place un audit pour déceler les responsabilités de chacun (coopérative, actionnaires, pouvoirs publics), puisque les éleveurs ne peuvent rien attendre de la direction de Sodiaal.

Un tel investissement financier pour cette usine gigantesque qui se retrouve en un véritable gaspillage, ne peut pas rester inexpliqué.

On pourrait croire que les chinois connaissant le processus de fabrication de la poudre de lait, retournent chez eux en faire, et quand il n'y aura plus d'éleveurs laitiers en France, nous l'importerons... ALLONS ! Ne divaguons pas! Nous allons nous battre pour nos producteurs de lait, c'est ce que nous faisons depuis des années, comme pour toutes les filières! 

Et nous ne serions pas étonnés de voir le stand Sodiaal au SPACE à Rennes, envahi par des dizaines d'éleveurs demandant des comptes à leur coopérative, dont ils sont pourtant propriétaires.

PS : les éleveurs laitiers sont très fragilisés, notamment par l'affaire de la salmonellose chez Lactalis, qui l'a répercuté sur les prix payés aux producteurs (320€/1000L cet été), Sodiaal déjà pointé du doigt par l'émission Cash Investigation, a maintenant cette affaire sur le dos. Espérons que les éleveurs ne soient pas encore les dindons de la farce ! 

Pensons également aux producteurs de la coopérative des Maîtres Laitiers du Cotentin, également en partenariat avec Synutra, dont l'usine à Méautis est à l'arrêt...

Secrétaire national chargé de l'agriculture.

 

 

Mercredi 22 août 2018 :

 

Sodiaal, un des exemples typiques d'une coopérative qui n'est plus au service de ses adhérents...

 

Le principe d'une coopérative est d'être au plus proche de ses adhérents, les faire vivre, les aider, contribuer au développement d'un territoire, se concerter avec ses adhérents pour les décisions importantes.

Nous avons tous appris par la presse que la coopérative Sodiaal pourrait acheter les parties de l'usine Synutra suivantes : la réception du lait, l’écrémage, la pasteurisation et les tours de séchage, Synutra conservant la partie conditionnement.

Mais alors que seront les retombées pour les éleveurs? La poudre de lait est normalement fortement valorisée, alors où ira la captation de la valeur ajoutée ? 

Pour rappel : 
L'usine Synutra a été inaugurée en septembre 2016.
Nous avions déjà des inquiétudes des retombées sur les producteurs.
Été 2017, la production de lait (280millions de tonne de lait par an par 800 éleveurs) est ralentie car le marché de la poudre de lait était saturé...il y avait également des problèmes de règlements de factures...

Sodiaal avait présenté un plan pour mieux répartir la valeur ajoutée, espérons que ce plan prenne en compte tous les dysfonctionnements de l'usine, surtout avec ce possible rachat. Dysfonctionnements de l'usine qui s'ajoute à des conditions salariales désastreuses (incitation à la délation, copinage, peur de se faire virer si on a un avis divergent, tiens cela rappelle Tereos).

Personne ne comprend vraiment la stratégie de la coopérative Sodiaal, sauf peut-être de maintenir des prix bas pour les éleveurs....

Deux usines qui produisent du lait pour la Chine sont à l'arrêt, celles de Méautis dans la Manche et celle de la Talaudière dans la Loire.

Nous apprenons hier que Synutra a reçu la visite de deux huissiers jeudi 16 août 2018 à l'usine de Carhaix, des "saisies conservatoires" ont été faites. Il s'avèrerait que Synutra ne paierait pas certains de ses fournisseurs. L'entreprise dit le contraire...

L'Eldorado chinois n'a pas lieu, c'est un mirage. 

Nous serons très vigilants sur le dossier de ce possible rachat et des suites de la visite des huissiers, si il y a suite...

Secrétaire national chargé de l'agriculture.

 

 

« Remettre l'éleveur au cœur de la montagne », est-ce toujours d'actualité ?

 

C'étaient les paroles de M.Macron le 25 janvier 2018. Un mois après, sortait le plan loup: 40 tirs au total autorisés pour abattre le loup, des mesures de protection pour les éleveurs.

Le 26 juillet, les éleveurs de brebis manifestaient à Mende, mais rien ne s'est amélioré depuis.

Le chiffre de tirs est dérisoire par rapport aux dégâts que fait ce prédateur. Le loup est désormais signalé dans l'Yonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, quatres attaques répértoriés en Lozère en un mois et demi, tuant 17 brebis.

40 départements seraient désormais touchés par les attaques de loup.

De plus, les mesures de protection à mettre en place par les éleveurs, comme des barrières électrifiées, des chiens de protection, sont un coût supplémentaire, de nouvelles charges. 

Nous demandons au gouvernement que : 

Dans la Convention de Berne et à la Directive Habitats, le loup soit retiré des espèces protégées . Ce n'est pas une espèce en voie de disparition.
Les dégâts soient localisés pour les prélèvements de loups pour baisser la prédation. Des prélèvements ciblés faits par les services de l'État dans les zones d'élevages en étroite relation avec les services départementaux. Des prélèvements en fonction des dégâts sur les troupeaux.
Pour éviter que le loup aille dans les départements limitrophes, mettre en place par exemple des brigades d'intervention avec des chiens de protection.
La hausse du tir sur ce prédateur. Les attaques sont en constante augmentation, les tirs devraient suivre la tendance.

Il faut conserver nos activités et traditions agricoles.

Secrétaire national chargé de l'agriculture.


 


 

Toujours plus de contraintes pour les agriculteurs.

 

Les agriculteurs ne sont pas des voyous, ils font partie des corporations sociales qui respectent le plus l'environnement. 

Ici n'est pas le sujet des pesticides (lire mes précédents textes dessus), mais bien des charges qui pèsent sur le monde paysan.

Quand on sait qu'une exploitation doit être à 200 mètres minimum d'une borne à incendie, qu'elle doit être mise aux normes fréquemment, ces mêmes normes que pondent Bruxelles et Paris qui changent tous les six mois pour certains cas (bâtiments), que le fumier doit être stocké dans un hangar pour ne pas polluer les cours d'eau à proximité...

Bref, le métier d'agriculteur est beaucoup contraignant, s'ajoute à cela des lourdeurs administratives (numéros des vaches, factures, contrôles où l'on prend le paysan pour un délinquant).
Et également des contraintes environnementales, comme les SIE et CIPANS :
Surfaces d'intérêts écologiques et culture intermédiaire piège à nitrate.

Les agriculteurs doivent planter ces cultures à la fin août.
La France a été touchée par une très forte vague de chaleur. Dans certaines régions, ces cultures ne pourront pas pousser, mais les demandes de dérogation sont rejetées dans certains cas.

Pourquoi l'administration s'obstine-t-elle à obliger les paysans à planter des sie et cipans alors que le climat ne s'y prête pas!? 

C'est un coût de 60€ à l'hectare. Pour une exploitation moyenne de 150 hectares, cela représente 9000€ de charges supplémentaires ! 
Soit 9000÷12= 750€ par mois. 

Les paysans déjà noyés sous une montagne de charges, de contraintes et sous payés, risquent de ne pas se relever de cette obligation! 

Nous avions demandé au ministre de l'agriculture, une dérogation générale pour tout le territoire, aucune réponse n'a été apportée. 

Secrétaire national chargé de l'agriculture.


 

 

Vendredi 17 août 2018 :

 

Un retour de l'écotaxe ? Sous quelle forme ? Vigilance !

 

Avant l'été, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, prônait déjà le retour d'une écotaxe sous forme de vignette pour les poids lourds.

Après le terrible drame de Gênes, l'ancien secrétaire d'État aux transports Dominique Bussereau, relance l'idée de l'écotaxe. 

Mon premier combat en politique (à l'époque je n'étais pas encarté) s'est porté contre l'écotaxe. Et j'y suis toujours farouchement opposé.

Pourquoi ? 
L'écotaxe que nos dirigeants veulent mettre en place ne toucherait seulement que le transport intérieur.
Or, ils nous rabâchent sans cesse qu'il faut développer, être compétitif...mais comment le faire si l'on taxe encore les entreprises, les grandes entreprises comme les très petites entreprises. 
Les charges augmenteraient, ce qui plomberait encore la situation économique des TPE/PME.

C'est la première raison de mon opposition à l'écotaxe. 
La deuxième raison concerne l'agriculture.

En effet, le secteur agricole serait également touché. Par le transport des productions (betteraves par exemple ou encore les pommes de terre, quand la sécheresse frappe la France, les camions transportant du fourrage sillonne nos  territoires pour aller dans les régions impactées).


Cette taxe est contre productive. 
C'est pourquoi, comme l'idée est relancée, nous proposons une écotaxe qui respecte l'environnement et l'économie locale: 

-l'exonération des transports agricoles (approvisionnement ou expédition)
-l'écotaxe ne doit pas toucher les petits trajets, pour pouvoir pérenniser l'emploi dans nos territoires et les circuits courts.
A contrario, les trajets de longue distance ne créant pas de valeur ajoutée peuvent être pénalisés. Je pense par exemple au transport des cochons bretons qui vont en Allemagne pour être abattus et qui reviennent en Bretagne pour être découpés, ou aussi les camions étrangers transitant sur notre territoire.

La PAC, l'Europe doit protéger le marché commun. 
Pourquoi ne pas taxer les importations de soja, d'huile de palme, etc qui arrivent sur notre marché en déstabilisant nos filières et leurs productions ? 

Reste à savoir par quel moyen l’écotaxe serait appliquée, vignette ou l'ancien modèle avec les portiques.
Mais cette l'écotaxe, l'initiale, aurait mis en péril nos territoires. 
Déjà inégaux d'un point de vue géographique, cette écotaxe les aurait déséquilibré encore plus car toutes les routes n'auraient pas été touchées. 

Nous appelons donc à la vigilance et nous allons surveiller ce sujet épineux.

Secrétaire national chargé de l'agriculture.

 

 

Jeudi 16 août 2018 :

 

Lettre au ministre de l'agriculture.

 

Le 10 août,

Monsieur le Ministre, 

Un épisode caniculaire a frappé la France de plein fouet, fragilisant beaucoup d'exploitations...Peu d'eau, pratiquement plus d'herbes, les céréales remontent, ce qui va faire grimper le coût de l'aliment...à cela s'ajoute des prix toujours bas (nous attendons très rapidement les effets de la loi EGALIM)...Bref l'élevage va rester dans une situation de crise… 

Vous avez annoncé, à chaud, un report des cotisations sociales à la MSA, un acheminement de fourrages pour les régions qui n'en ont plus, un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti...

Mais est-ce suffisant pour aider nos éleveurs? Absolument pas! Il faut alléger les trésoreries des exploitations. Pour cela, temporairement, reporter le paiement des intérêts (annuités). 

Nous aurions aimé que vous donniez la possibilité aux éleveurs d'utiliser leurs jachères pour avoir du fourrage...Mais il y a un problème et il est à Bruxelles car la France doit lever son petit doigt pour demander l'utilisation des jachères… 

Cela montre qu'il faut absolument que notre pays recouvre son indépendance ! Les éleveurs ne pourront pas attendre septembre pour utiliser leurs jachères. Octroyons-nous de la mainmise de Bruxelles sur nos jachères et laissons nos éleveurs les utiliser. 

Mais seulement, cela ne suffit pas. Vous ne semblez pas prendre en compte l'enjeu de la situation, avec tout le respect que je vous dois...Beaucoup d'exploitations déjà fragilisées risquent de ne pas se relever de cet épisode caniculaire. 

Surtout si on oblige les paysans à planter des cultures en dérobées SIE (surfaces d’intérêts écologiques), (culture entre deux cultures principales, après la moisson et avant les semis du printemps suivant par exemple), ou les semis de piège à nitrates (CIPAN= culture intermédiaire piège à nitrates, qui doivent être semés dans deux semaines.

Pourquoi les obliger à planter si les cultures ne lèveront pas et feront naître des nouveaux problèmes de trésoreries déjà existants ?! C'est se moquer du métier du paysan. 

Face à cette calamité agricole, nous demandons :

-des cellules de crise dans chaque département touché pour évaluer la situation des exploitations avec une prise en charge des fonds de calamités agricoles.

-Dérogation générale pour les cultures dérobées et CIPAN, les contrôleurs ne doivent pas sanctionner !

-Alléger les trésoreries des exploitations en reportant le paiement des intérêts.

-reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour les cas les plus graves.

-le versement le plus vite possible des aides de la PAC.

-dialogue censé entre les collectivités, pouvoirs publics et agriculteurs concernant la gestion de l'eau. 

A situation exceptionnelle, mobilisation et mesures exceptionnelles !

Veuillez croire , Monsieur le Ministre, en mes respectueuses salutations.

Secrétaire National chargé de l'agriculture.


 

Supprimer les néonicotinoides pour sauver les abeilles, est-ce vraiment la seule cause de mortalité ?

Cinq produits seront donc interdits dans quinze jours :  la clothianidine, l'imidaclopride, le thiaméthoxame, la thiaclopride et l'acétamipride, selon le décret paru mercredi au Journal officiel.

L'UE avait déjà fait des restrictions sur le traitement de semences.
En effet, fin 2013, l'UE avait déjà interdit la chlothianidine, le thiamétoxame et l'imidaclopride et la condition des abeilles n'a pas pour autant mieux évolué…

Rappelons que les pesticides sont la quatrième cause de mortalité devant les conditions climatiques qui peuvent entraîner des maladies, de mauvaises pratiques apicoles, de faim.
C’est ce qu’avait démontré un rapport du suivi qu'avait fait le ministère de l’agriculture il y a 4 ans sur les causes de mortalité des abeilles.
De plus, l'arrêté du 13 avril 2010 qui impose d’installer des déflecteurs sur les semoirs pour les semences traitées,a permis de mieux protéger les abeilles.

Mais il est vrai qu'avec une vision minimaliste, il est tellement facile de rendre responsable les pesticides de tous les maux de notre société. 


Selon un rapport du 30 mai 2018, de l’agence de sécurité sanitaire alimentaire nationale, 130 usages autorisés de néonicotinoïdes ont été étudiés et selon l'Agence 78% des cas analysés ont au moins une solution alternative non chimique efficace et opérationnelle.

Pour l’Anses, les méthodes non chimiques comme la lutte biologique, physique par application d’une couche protectrice (huile de paraffine, argile) et lutte par confusion sexuelle, sont les plus efficaces et rapides à mettre en place.

Le gouvernement a-t-il favorisé ces alternatives ? Non! C'est “On supprime, débrouillez-vous”.

Mais nous apprenons aujourd'hui, que le produit qui va remplacer les néonicotinoïdes est plus nocif que ces derniers...comme le sulfoxaflor ou le flupyradifurone qui seraient néfastes sur les bourdons selon des expériences de traitement faites sur des ruches.

Il aurait été judicieux d’aider les agriculteurs, notamment les producteurs de betteraves, avec de nouvelles alternatives.

Cinq néonicotinoïdes supprimés en France, trois dans d’autres pays européens. C’est ce qu’on appelle de la concurrence déloyale.
Et que dire de l’importation à venir de l'éthanol et du sucre dans le cadre du possible accord UE-MERCOSUR? ...

La filière betteraves, subissant la baisse des prix engendrée par une surproduction avec l'arrêt des quotas (scénario laitier) risque de ne pas se relever face à cette interdiction, sans solutions alternatives…

Pourtant la betterave n'est pas une plante à fleur. Si ce n'est pas traité, "des ronds de jaunisse nanisante, occasionnés par le puceron vert qui en est le vecteur",vont apparaître et les cultures seront mortes.

Nous sommes d’accords pour affirmer qu'il faut changer de modèle agricole, le productivisme couplé à l'utilisation de pesticides doit cesser. 
Nous répétons que les pesticides sont un moyen de compresser les coûts de production.
Mais que nos décideurs s'attèlent à trouver des solutions alternatives pour aider nos agriculteurs ! 
On ne peut pas les abandonner, il faut les accompagner dans ce changement de pratiques agricoles…
Mais le gouvernement, comme, ces prédécesseurs, n’est pas prêt à le faire…. libéralisme et productivisme, quand vous les tenez….

Secrétaire national chargé de l'agriculture.

 

 

Mardi 14 août 2018 :

 

La mort annoncée de la filière Betteraves ?

 

Le 1er octobre 2017, la commission européenne mettait fin au système de quotas sucriers. 
Augmentation folle de la production, course au profit ce qui engendre une baisse des prix.

La filière betteraves connaît le même sort que la filière laitière : une dérégulation du marché qui entraîne une baisse des prix payés aux planteurs de betteraves.

Le stock de poudre de lait par l'UE plombe le marché du lait, ce sera le même cas pour le sucre. 

Il est urgent de recourir à une régulation de la production, d’instaurer des prix garantis pendant l'engagement.
Un engagement qui doit être respecté dans les deux sens. Les planteurs de betteraves doivent fournir leur coopérative et cette dernière doit les rémunérer au minimum à un prix couvrant les coûts de production.
Si elle ne le fait pas, les producteurs de betteraves pourraient rompre leur contrat.
C’est ce qu’on pourrait appeller un contrat à deux parties égales’

Faisons un tour général des coopératives : 

La coopérative Cristal Union avait déclaré fin 2016 qu'elle maintiendrait les prix garantis, après la fin des quotas. 
Le 13 juin dernier, cette promesse a disparu, la coopérative a décidé de les supprimer, soit disant pour pérenniser l’activité du groupe devant la surproduction causée par la fin des quotas.
Mais des solutions existent pour y pallier comme la baisse des emblavements ( les surfaces de betteraves ont augmenté de 6% en Picardie, première région productrice de betteraves).
Ils se soucient plus de l'équilibre financier de leur groupe, plutôt que celui des producteurs de betteraves.

Saint Louis Sucre a annoncé un prix de 23€/tonne, alors que le coût de production est de 25€/tonne. 

Quand à la coopérative Tereos, engluée dans une mauvaise gestion financière. 
70 des 73 élus de cinq sucreries ont démissionné pour dénoncer la dérive financière du groupe.
 Mais pourquoi seulement maintenant ?
Cela fait des années que Tereos se développe à l'étranger sans prendre l’avis de ses producteurs de betteraves.
 Ces mêmes démissionnaires ont-ils participé au vote ( approuvé), du budget ? 
Des réponses doivent être apportées, mais quoiqu’il en soit, ces démissions en cascade montrent que l'esprit coopératif n'est plus appliqué chez Tereos.
Et cela dans les autres filières…

Tereos semble déconnecté de la situation des planteurs de betteraves en France. Certainement à cause de ses filiales, au Brésil, en Chine notamment qui la font voir plus grand et oublier ce que se passe localement.

Il est temps que revienne le vrai modèle coopératif= un homme= une voix. Une coopérative doit développer les territoires ruraux sur lesquels elle est implantée. 

Notre filière betteraves risque de disparaître, à cause de la dérégulation du marché, cela couplé à des importations d'éthanol et de sucre avec le MERCOSUR. 
Nous ne pouvons pas être compétitifs sur le marché mondial avec les coûts de production plus élevés qu’au Brésil.
Avec la surproduction qui entraîne des stocks de sucre importants, certainement voulue par les coopératives pour sous payer les producteurs de betteraves, des sucreries pourraient fermer, avec les conséquences derrière.

Battons nous pour préserver notre filière betteraves !

 

 

Lundi 13 août 2018 :

 

La Commission Européenne a-t-elle condamnée l'agriculture française ?

 

Le 27 juillet, Jean-Claude Juncker et Donald Trump ont passé un accord. La commission européenne a promis à Trump qu'elle importerait du soja américain.

Dès que nous avons su la teneur de l'accord, nous étions révoltés.
Pourquoi ? Explications : 

En 1993, il y a eu l'accord de Blair House qui a réduit la surface de production d'oléagineux à 5 800 000 hectares sur le continent européen.  

Et que fait l'UE ? Elle continue d'importer du soja, une culture proto-oléagineuse, au lieu d'engager un plan protéines pour favoriser la culture des oléagineux comme le tournesol,  et cela même alors qu'elle est déficitaire à hauteur de presque 80%.

Trump a prévu un plan de 12 milliards de dollars de subventions aux fermiers américains qui sont victimes de sa guerre commerciale tandis que en Europe, les aides de la PAC vont peut-être baisser.
La PAC qui justement doit défendre le marché européen, a perdu cette vocation avec ce soja américain bourré d'OGM, de résidus de glyphosate.

Voilà ici une totale hypocrisie! 
La société, les hautes sphères tirent à boulets rouges sur nos agriculteurs en leur reprochant de répandre du glyphosate (entre les cultures) mais dit oui aux importations qui en comportent, au nom du commerce international, du libre-échange.

Car en Amérique, le glyphosate y est répandu toute l'année alors que chez nous, il est utilisé de façon raisonné.
Mais ici n'est pas le débat de savoir si il faut supprimer ou non le glyphosate.

Une autre hypocrisie..la PAC, avec le verdissement, impose à nos agriculteurs la présence de 3 cultures arables différentes à l'année.
Mais en Amérique, et plus particulièrement aux États-Unis et au Brésil,ces conditions n'existent pas.

En important du soja américain, la commission européenne et Paris en signe de béni oui-oui, déstabilisent toute notre agriculture.

Oui toute notre agriculture, car les élevages sont également touchés.
Un éleveur qui est sous-payé  (et c'est le cas encore en ce moment) va acheter du tourteau de soja étranger, car moins cher, et de mauvaise qualité pour nourrir ses bêtes.
Sans le vouloir, il crée une concurrence déloyale face à ses collègues qui nourrissent leurs vaches avec leurs propres pâtures.

Mauvaise qualité pour les bêtes et donc après pour le consommateur.
Et avec tous les traités de libre-échange qu'ils signent (CETA, UE-Mexique bientôt MERCOSUR, Océanie-UE), ils n'aident pas du tout nos éleveurs, au contraire ils les flinguent.

Agriculteurs et consommateurs se retrouvent encore les dindons de la farce.

Il est vraiment temps que l'Europe défende, protège son marché, devienne autonome pour certaines productions, refuse des importations qui ne respectent pas nos normes de production.
La France doit faire pareil et axer sur une politique de bon sens:
les productions agricoles doivent répondre aux besoins alimentaires du pays,
les surplus seront exportés, 
Réguler les productions et instaurer des prix garantis (planchers) 
Défendre et promouvoir un modèle familial, une agriculture saine et durable à visage humain, et non le modèle agricole industriel et productiviste qui flingue les paysans.

Secrétaire National chargé de l'agriculture.

 

 

Les pesticides, un enjeu qui nécessite plus que des mots...

 

Le gouvernement veut réduire les produits phytosanitaires. 
Concernant le glyphosate, on fait passer les agriculteurs français pour des pollueurs. Nous tenons à affirmer qu'en France, le glyphosate est utilisé entre deux cultures, alors que dans d'autres pays, il est utilisé directement sur la récolte. 
En France, le glypsohate est utilisé avant les récoltes sur certaines céréales (7 jours avant) comme l'orge, le blé, le seigle, l'avoine. 

Si des résidus de glyphosate sont trouvés dans des aliments, ce sont des aliments en provenance de l'étranger. MAIS, la molécule mute au contact de la terre, c'est pour cela que l'on ne trouve pas de résidus dans les aliments français. 

Parlons des limites maximales de résidus (LMR). Elles sont de 0,1mg/kg. Mais le blé et le colza bénéficient d'une élévation de la LMR à hauteur de 10mg/kg, le soja, le tournesol ou encore l'orge bénéficient d'une élévation à hauteur de 20mg/kg, 

Pourquoi ces élévations ? Certainement pour faciliter les importations : l'Ue importe près de 80% du soja (32 millions de tonnes par an). Comme la France avec 30% d'importation de tournesol et 21% pour le colza. 
Si le glyphosate est interdit dans l'UE et en France, il va de soit que les importations de produits agricoles contenant du glyphosate soient interdites !
C'est là que devrait se trouver le «combat politique" de Hulot: trouver des alternatives et interdire les importations qui contiennent du glyphosate.

La santé de nos concitoyens, de nos agriculteurs eux-mêmes, est jeu devant la malbouffe de l'agro-industrie productiviste. Mais le glyphosate est jugé cancérigène par le Centre International de la recherche sur le cancer. Mais aucune agence nationale, ni l'ANSES ne le précise. Mansonto serait derrière pour l'étouffer ?

Nous demandons à ce que les LMR soient revus à la baisse de façon à ce que les importations aient les mêmes normes que nous.  Pourquoi certaines productions végétales ont leur niveau de LMR plus élevé que la normale ?
-les utilisations sur des cultures dont les récoltes sont pour l'alimentation humaine ou animale. Le glyphosate ne doit plus être utilisé comme un desséchant. 
-l'interdiction  des produits dangereux comme les CMR (cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques) et les PE ( perturbateurs endocriniens). 
Ensuite, faire comme dans le bio. Les agriculteurs utilisent différentes intercultures, comme la moutarde. « Quand c'est le moment de résumer le blé, devant le tracteur, tu as un rouleau qui couche la moutarde qui va faire un composte et derrière un semoir séminaire direct pour le blé. Donc ta moutarde a empêché les mauvaises herbes de lever entre les blés et en plus ca mets de l'engrais » (productrice en bio).

Mais si le paysan était rémunéré à la hauteur de son travail, il n'aurait pas besoin de pesticides.

La crise actuelle montre que le système productiviste est à bout et qu'il faut désormais revenir à une agriculture régulée et raisonnée, saine et durable à visage humain.

Secrétaire national chargé de l'agriculture.


 

Jeudi 9 août 2018.

Les annonces qui sont... de Travert...

Face à la sécheresse, le ministre de l'agriculture a annoncé, à chaud, un report des cotisations sociales à la MSA, un acheminement de fourrages pour les régions qui n'en ont plus, un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti...

 

Mais est-ce suffisant pour aider nos éleveurs? Absolument pas! Il faut alléger les trésoreries des exploitations. Pour cela, temporairement, reporter le paiement des intérêts.

 

Nous aurions aimé que le ministre donne la possibilité aux éleveurs d'utiliser les jachères pour avoir du fourrage...Mais il y a un problème....il est à Bruxelles...pourquoi me direz-vous ? La France doit lever son doigt pour demander l'utilisation des jachères...

 

Cela montre qu'il faut absolument que notre pays recouvre son indépendance ! Les éleveurs ne pourront pas attendre septembre pour utiliser leurs jachères. Octroyons-nous de la mainmise de Bruxelles sur nos jachères et laissons nos éleveurs les utiliser.

 

Mais seulement, cela ne suffit pas. Le ministre ne semble pas prendre en compte la teneur de la situation. Beaucoup d'exploitations déjà fragilisées risquent de ne pas se relever de cet épisode caniculaire.

 

Surtout si on oblige les paysans à planter des cultures en dérobées SIE (surfaces d’intérêts écologiques), (culture entre deux cultures principales, après la moisson et avant les semis du printemps suivant par exemple), ou les semis de piège à nitrates (CIPAN= culture intermédiaire piège à nitrates, qui doivent être semés dans deux semaines. *

Pourquoi les obliger à planter si les cultures ne lèveront pas et feront naître des nouveaux problèmes de trésoreries déjà existants ?! C'est se moquer du métier du paysan.

 

Que faut-il que le ministre entreprenne face à cette calamité agricole ?

 

-des cellules de crise dans chaque département touché pour évaluer la situation des exploitations avec une prise en charge des fonds de calamités agricoles.

-Dérogation générale pour les cultures dérobées et CIPAN, les contrôleurs ne doivent pas sanctionner !

-Alléger les trésoreries des exploitations en reportant le paiement des intérêts.

-reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour les cas les plus graves.

-le versement le plus vite possible des aides de la PAC.

-dialogue censé entre les collectivités, pouvoirs publics et agriculteurs concernant la gestion de l'eau.

 

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, sortez de vos vacances !

 

Valentin, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

*La réforme de la PAC en 2015 a poussé les agriculteurs à mettre en place ces cultures pour qu'ils prennent en compte les questions environnementales.

 

Toujours les mêmes égoïstes.

 

Au mois de juillet, les producteurs de légumes et de fruits se sont rendus dans une centaine de magasins pour vérifier les prix de vente.

 

Le constat est sans appel, la grande distribution est encore coupable.

Prenons l'exemple de la tomate. Pratiquement une tomate sur deux est importée, notamment de Pologne et du Maroc...Pour un kilo de tomates, le producteur doit être payé à hauteur de 75centimes, 1€ pour la moyenne nationale.

On trouve certains cas, que j'ai vu également, 1€10 le kilo de tomates, donc le producteur ne doit pas être rémunéré à 70centimes... ou le kilo à plus de 2€, voire 3€, ici la marge est énorme pour le magasin...

 

C'est quand-même malheureux et absurde de voir des tomates qui viennent de l'étranger alors que nous sommes en pleine saison.

 

Autre exemple, le melon, payé 60cts au producteur alors qu'il est vendu entre 2€ et 3€ le kilo en magasin...

Nous sommes face à un système vieux de 40 ans, qui ne laisse que des miettes aux paysans.

 

Nous demandons pour les filières Légumes et Fruits :

-une régulation de la production en fonction de la demande du marché.

-des prix couvrant les coûts de production et interdire aux GMS de se faire une marge colossale.

- des aides pour tous les producteurs, aides qui s'inscrivent dans le respect de l'environnement, du maintien de l'emploi dans les campagnes.

-l'interdiction d'importations ne respectant pas nos normes de production.

-les zones non traitées doivent dépendre des lotisseurs. Ce sont les habitations qui sont construites près des champs, pas l'inverse.

 

Que le gouvernement prenne ses responsabilités si il ne veut pas revoir le scénario du 19 septembre 2014 à Morlaix...

 

 

Valentin, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

 

QU'ILS CESSENT DE BRADER LE PORC FRANÇAIS !

Cotation du jeudi : 1€22, cours égal depuis fin juin-début juillet !
1€49 en Allemagne, 27cts d'écart.

Non je suis désolé, ce n'est pas acceptable, presque 30cts d'écart !
La production n'est certes pas la même mais c'est la saison estivale quand-même !

Prix plancher à 1€40 et régulation, vite!

 

Le porc français est-il condamné?

L'Europe produit trop de porcs et ils vont importer 80 000 tonnes de viande porcine du Canada...
Une importation qui vise à déstabiliser encore un peu plus le marché.

Il y a une surproduction mondiale, la demande ne la liquide pas.
Malgré cela, les dirigeants continuent dans leur volonté exportatrice. Mais croient-ils que les éleveurs de porcs vont continuer à travailler à perte?
Avec cette politique, les éleveurs ne se dégagent pas un revenu décent, la moyenne depuis le début de l'année est de 1€20, soit 20 centimes en dessous des coûts de production...

Croient-ils que la Russie va rouvrir ses portes alors qu'elle devient quasiment autosuffisante en porcs ( conséquence de l'embargo russe) ?

Si la régulation ne se fait pas, la conséquence de cette politique folle sera...la fin de la production porcine Française..

Le salut ne viendra que par une régulation de la production, d'une contractualisation prenant en compte les coûts de production.

Valentin, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.


 

Jeudi 2 août 2018:

 

Sauvons nos éleveurs de porcs !

3ans après la grave crise de l'été 2015 où Bigard et Cooperl avaient boycotté le cadran de Plérin, dans les côtes d'Armor où est fixé tous les lundi et jeudi le prix du porc, voilà que le cirque recommence !

Alors, on nous dit que lorsqu'il ne fait pas beau, le prix payé à l'éleveur de porcs n'augmente pas car très peu d'achats et qu'en ce moment, il fait beau et chaud, la consommation est très faible...
On prendrait pas un peu l'éleveur pour un con ?

Depuis le début de l'année, le prix payé à l'éleveur est aux alentours de 1€20/kilo.
Et les coopératives, notamment la Cooperl, continuent à ne pas jouer le jeu....ne pas rémunérer les éleveurs.

Nous demandons de toute urgence de mettre en place une régulation de la production porcine.
Nous pourrions nous servir du récent observatoire du marché de la viande pour guider la production porcine.
Un peu comme le système préconisé par le syndicat EMB pour le lait.
Et pourquoi pas, dans cette logique, demander le temps que le marché se désengorge, de stocker une partie de la production porcine au niveau européen ?

Mais soyons très clairs, ce stockage ne doit pas servir à constamment plomber le prix du porc comme c'est le cas avec le stock de la poudre de lait qui plombe le prix du lait...

La loi de l'offre et de la demande doit commander, pas la loi du productivisme, du profit industriel !

Valentin, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

 

Vendredi 20 juillet 2018 :

 

Une affaire de barbouzes de l'État macronien.

 

 

Au surlendemain de la découverte d'une vidéo identifiant le collaborateur de Macron, Alexandre Benalla, frapper un manifestant, agresser une femme, l’Élysée est dans la tourmente.

 

Dans cette vidéo, on voit M.Benalla avec un casque de policier, un brassard «police» et nous apprenons qu'il possède une voiture avec du matériel de police.

 

Plusieurs questions se posent :

Pourquoi la vidéo ressort maintenant ?

Pourquoi a-t-il été envoyé en mission d'observation ?

Comment a-t-il eu un casque de policier et le brassard «Police»?

Y aurait-il eu des complicités au sein des forces de l'ordre alors que nous apprenons la suspension de trois fonctionnaires de police?

Pourquoi M.Benalla a été protégé quand les policiers, eux, ne le sont pas t sont montrés du doigt immédiatement, au motif qu'ils ne devraient ni frapper et encore moins tirer même en situation de légitime défense?

 

Et surtout, pourquoi Benalla n'a pas été limogé dès le lendemain ? Comme l'a fait Collomb pour le préfet du Rhône après l'attentat à Marseille le 1er octobre 2017.

Pourquoi est-il mis seulement maintenant en garde à vue?

 

Cette affaire d’État est le premier gros scandale du mandat présidentiel, comme l'a été l'affaire Cahuzac sous la présidence Hollande.

Le silence de M.Macron est tellement assourdissant qu'il nous rappelle ses écrits du 1er mai 2018 :

«Je condamne avec une absolue fermeté les violences qui ont eu lieu aujourd'hui et qui ont dévoyé les cortèges du 1er mai. Tout sera fait pour que leurs auteurs soient identifiés et tenus responsables de leurs actes».

 

Le gouvernement ment, trompe les Français. Les heures noires de la République ressurgissent, un Président qui protège un individu qui a outrepassé ses fonctions, porte atteinte à la fonction présidentielle déjà bien déconsidérée par des attitudes récentes inadaptées.

 

Nous attendons des explications claires, que l'on mette en lumière sur un éventuel cabinet noir, puisque nous apprenons que Vincent Crase, le deuxième collaborateur de Macron, est mis en cause...

 

Vendredi 13 juillet 2018 :

 

Loi alimentation: toujours des ronds dans l'eau...

 

Après être passé en première lecture à l'Assemblée Nationale, puis ayant fait la navette au Sénat, et convoqué la commission mixte paritaire (CMP), les députés et sénateurs ne sont pas parvenus à un accord....

C'était sans compter l'intervention du rapporteur de la loi Jean-Baptiste Moreau, à la botte du gouvernement, qui a refusé la proposition des députés et sénateurs visant à confier la fixation des prix à l'Observatoire des Prix et des Marges plutôt qu'à certaines filières où certains dominants comme Bigard ou Lactalis qui sont les maîtres.

 

Ainsi, ce texte va traîner jusqu'à la rentrée, pour enfin être voté....

Mais ne soyons pas dupes ! En l'état, ce texte ne règle rien sur les relations commerciales tant que : -des prix planchers ne seront pas fixés, avec un seuil de vente à perte au niveau des coûts de production,

-que des sanctions aux industriels achetant en-dessous du coût de production soient établies,

-qu'il n'y a pas d'arbitrage public dans ces relations commerciales.

 

Il est très loin l'esprit de Rungis, ce 11 octobre 2017 où le Président Macron promettait d'inverser la construction du prix.

 

Et qu'en est-il de la protection des agriculteurs ? Les sénateurs voulaient lutter contre les importations agricoles ne respectant pas nos normes, mais la folie libéralo-mondialiste gouvernementale a rattrapé tout le monde.

 

Dans un contexte de prix bas dans toutes les filières (300€-330€/1000L de lait, 1€20 le kilo de porc, 3-3€50 le kilo de viande bovine, 340€ la tonne de colza, 169€la tonne de blé tendre), il est important de ne pas attiser la colère d'un monde agricole désemparé et scandalisé par tant d'ignominie....

 

Mais le gouvernement joue encore avec le feu...en annonçant une baisse du budget du ministère de l'agriculture, à hauteur de 9%. Cela couplé à une baisse du budget de la PAC.....nuages noirs à l'horizon....

 

A notre humble niveau, nous combattrons sans relâche pour redonner le visage de l'espoir de l'agriculture française.

 

Valentin, en charge des affaires agricoles.

Mercredi 4 juillet 2018 :

L'évasion de Faid, signe du délitement du milieu carcéral.

Dimanche 1er juillet, le délinquant Rédoine Faid s'évade à l'aide de complices avec un hélicoptère,de la prison de Réau.

D'abord, nous apportons notre soutien au pilote de l'hélicoptère pris en otage par les, désormais, fugitifs, aux forces de l'ordre déployées en nombre sur le territoire pour retrouver ces individus, et enfin au personnel pénitentiaire de Réau, sous le choc et en colère.

En colère pourquoi ? La direction interrégionale avait mis en garde la direction centrale de Réau du cas de Rédoine Faid, le personnel pénitentiaire en avait fait autant. Mais la direction centrale n'a rien fait. Pire lorsque la direction interrégionale demandait le transfert du détenu, la direction de la prison de Réau avait répondu que cela ne serait pas envisageable avant septembre.

Un comble lorsque on connaît le profil de ce détenu. Mais nous attendrons le rapport de la mission d'inspection générale de la justice, pour en dire plus.

Quoiqu'il en soit, l'évasion de Rédoine Faid montre que les gouvernements qui se succèdent ne prennent pas au sérieux la problématique du milieu carcéral où le personnel pénitentiaire met sa vie en jeu. Pourquoi dans une prison si récente, n'y avait-il pas de filet, réclamé par le personnel ? Et pourquoi le personnel n'est-il toujours pas armé ?

La ministre de la Justice n'est pas à la hauteur de ses fonctions. Donnons les moyens aux personnels pénitentiaires de faire leur travail, les tergiversations ont assez duré !

Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

Le pacte social est de nouveau rompu.


 

Après plusieurs actes qui visaient les étudiants (APL), les retraités (CSG), les cadeaux offerts aux plus aisés (ISF), le gouvernement, par la voix de son porte-parole, Benjamin Grivaux, a confirmé que les pensions de réversion « vont baisser pour certains et augmenter pour d'autres. »

Dans un contexte où le pouvoir d'achat des Français baisse (augmentation du gaz de près de 8%, racket des automobilistes avec la hausse du gasoil, les voitures-radars privatisés), cette annonce passe très mal.

 

Le pacte social est rompu, le gouvernement assassine ses concitoyens. Une nouvelle injustice sociale, en aucun cas les pensions de réversions doivent êtres baissées. C'est une question de "survie financière" pour le conjoint encore en vie.

 

Autre point qui risque d'assommer de nouveau nos concitoyens : la suppression de la taxe d'habitation qui concernera désormais 100% des foyers. Une suppression qui fera perdre 14 milliards d'euros aux communes

 

Mais le gouvernement s'est engagé à compenser le manque à gagner des communes, ces dernières pourraient recevoir une part de la taxe foncière qui revient d'habitude aux départements et intercommunalités. Et ces dernières pourraient recevoir une part de TVA et un «impôt national»...

 

Ayant utilisé toutes ses cartes, le gouvernement laisserait creuser le déficit et payer les pots cassés, comme toujours, aux contribuables et aux générations futures.

Nous avions prévenu à l'époque que la suppression de la taxe d'habitation serait remplacé par d'autres impôts ou taxes, c'est chose faite.

 

Nous ne sommes pas opposés aux communes, le terroir de France, déjà coupées des dotations de l’État comme les régions et départements;mais il est inconcevable de vouloir relancer l'économie du Pays tout en abaissant le pouvoir d'achat des Français. Emmanuel Macron nous montrerait-il un nouveau signe d'incompétence en matière de vie économique?

 

Nous restons vigilants, comme sur tous les autres agissements du gouvernement.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

 

 

Lundi 2 juillet 2018:

 

Révision de la Constitution, un ouragan de turpides.


 

La révision de la Constitution a débuté le 26 juin à l'Assemblée Nationale et commence de façon très inquiétante. Toujours une multitude d'amendements, dont certains ne servent à rien.

 

Que se dit-il dans les débats à l'AN ? Nous y trouvons des amendements quelque peu farfelus. 12 députés macronistes voudraient remplacer les mots «droits de l'Homme» par «droits humains»...mais n'est-ce pas la même chose? Cela pour défendre l'égalité homme-femme, mais chacun sait que «Homme» écrit de cette façon comprend les deux.

Toujours chez les macronistes, l'idée d'insérer l'écriture inclusive dans la Constitution, n'y a-t-il pas de choses plus urgentes à faire?!

 

Certains veulent ajouter le mot «laïcité» dans la devise, d'autres veulent supprimer la grâce présidentielle, autoriser le vote des étrangers aux élections locales, d'autres allant même à vouloir supprimer la mention de la langue française.....Bref, tout ceci ne va pas relever le pays.

 

Qu'en est-il de la place et du rang que doit occuper le chef de l’État ? Plusieurs députés plaident pour un retour au septennat. Nous ne pouvons que les soutenir dans leur demande car nous avons toujours été pour un septennat renouvelable.

 

Pour nous, le chef de l’État est le chef de la Nation et non d'une fraction du peuple. Il ne doit pas être l'émanation d'un parti. C'est cela les fondamentaux de la Cinquième République que nous défendons.

 

La Vème République n'est plus l'ombre que d’elle-même depuis le passage au quinquennat, que les dirigeants depuis 1970 n'ont que très rarement recouru au référendum.

2005 prouve que le gouvernement n'écoute plus la voix du peuple...

 

 

Nos propositions sur la révision de la Constitution :

 

 

*Réaffirmation des véritables fondements de la Vème République: Un Président au dessus des clivages politiques, garant des institutions et de l'indépendance nationale, qui préside, trace et défini les grandes lignes de la politique de la nation ; un gouvernement qui gouverne et qui est responsable devant le parlement; un parlement qui discute, vote les lois et contrôle l'exécutif.

 

*Retour au septennat renouvelable.

 

*Recours fréquent au référendum. Parce que le peuple français est le seul souverain en France.

 

*Suppression du cumul des mandats.

 

* Instauration de seuil égal ou supérieur à 60% pour la modification de certains points essentiels de la constitution. Il est affligeant que le Traité de Maastricht ait été approuvé par un Français sur deux.

 

* Instauration du référendum comme seule voie de modification pour certains points essentiels de la constitution.

 

* Suppression de la parité. Nous sommes tous égaux devant l’État et nos différences ne changent pas notre statut de citoyen.

 

* Retrait de la constitution de tous les articles concernant l'Union Européenne.

 

* Fusion du conseil économique, social et écologique avec le Sénat afin d'en faire une assemblée représentante toutes les forces vives de la Nation.

 

* Réduction du nombre de députés de 577 à 481.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

 

Dimanche 1er juillet 2018 :

 

De quelle intelligence fait-il preuve ?

 

Monsieur le Ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, a annoncé récemment un plan ambitieux sur le bio, qui consiste de passer à 6,5% de surfaces cultivées à 15%, pour 2022.

 

il a énuméré beaucoup de chiffres : un plan appelé «Ambition Bio» à hauteur de 1,1 milliard d'euros. Avec un renforcement des aides à la conversion (200 millions de crédits d’État), crédit impôts bio actuellement de 2500€ qui passe à 3500€, un fonds de structuration «Avenir bio» doublé de 4 à 8 millions d'euros, un apport de 50 millions d'euros par an avec la redevance pollution diffuse dès 2020 et 630 millions de la PAC, du fonds Feader, du second pilier de la PAC.

 

Sur les deux derniers points, augmenter la redevance pollution pour les agriculteurs conventionnels contribue à alourdir les charges qui pèsent déjà sur eux. Et annoncer un financement de la PAC alors que cette dernière va voir possiblement son budget baisser, relève d'un non sens incroyable.

 

M.le Ministre a omis de parler des retards de paiement des MAE et Bio 2016,2017. Faut-il attendre fin 2018 pour que les agriculteurs reçoivent les aides 2016, et 2019 celles de 2017 et 2018? Toujours les mêmes là-haut qui promettent et ne font rien....

 

Il faudrait savoir tenir ses engagements. Mais quand on a vu la façon dont a été faite la carte des ICHN, on peut en conclure que ce ministre est incompétent en matière agricole. Quels ont été les critères de cette carte finalisée le 20 juin ? On sait seulement que c'est le critère d'homogénéité territoriale qui a été retenu, mais qui ne règle rien....Un coup de crayon par ci, un par là et on fait plaisir à la Commission européenne.

 

 

4700 éleveurs vont se retrouver sans ces aides qui représentent dans la majorité des cas la totalité de leur salaire.

Le gouvernement prévoit une baisse de 40% des aides en 2019 en zone défavorisée simple. Pour les sortants des aides ICHN, l'accompagnement est illusoire et trop brutal. L'État doit mieux aider les sortants, l'accompagnement est trop brutal. Le ministère de l'environnement ne pourrait-il pas participer au financement de cet accompagnement ?

 

Le gouvernement ne tient pas compte des enjeux que représente l'activité agricole. Quand il n'y aura plus d'agriculteurs, qui entretiendra nos paysages?!

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

 

 

Le fil va-t-il de nouveau être rompu entre les dirigeants et l'Armée?

 

Près d'un an après la démission du CEMA Pierre de Villiers à cause des coupes budgétaires dans l'armée françaises (qui a entraîné la France à vau-l'eau), voici que la retraite des anciens combattants est la proie d'un ajustement budgétaire.

 

Déjà, par ces deux actes, le gouvernement prouve qu'il n'attache pas une importance spéciale à nos militaires et anciens militaires. Il ne suffit pas seulement de redescendre les Champs-Élysées en commande-car pour signifier que «je suis votre chef».

 

Cette retraite d'ancien combattant, qui existe depuis 1930, est à hauteur de 748€. elle n'est pas bien élevée pour des Hommes qui ont donné leur sang, leurs tripes pour la France, qui sont blessés physiquement et moralement.

 

Pour les hautes sphères, cette retraite doit servir de cibles d'économies. Pour elles, ce système de retraite est obsolète au point de vue historique. Or, nous voulons faire savoir à nos décideurs que ce système profite encore aux militaires qui ont fait l'Algérie, l'Indochine, ou plus récent pour vous puisque vous n'aimez pas remonter si loin, à ceux des Opex, qui ont combattu par exemple en Afghanistan, Irak.

 

Il s'agit clairement d'une remise en cause de la retraite du combattant. Pourtant la France doit reconnaître et protéger ses militaires qui combattent et qui ont combattu. Parce que ces Hommes se sacrifient pour la France, chose que vous, les hautes sphères, ne faites pas en dézinguant le plus possible nos armées et notre Pays.

 

Finalement, la volonté du Président de vouloir recréer le «creuset national», le lien entre l'armée et la Nation, n'est qu'une façade.

 

Nous mettons en garde le gouvernement à ne pas faire n'importe quoi sous prétexte que les critères sont trop vieux et à ne pas dégrader davantage le «sentiment national».

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

 

 

La réouverture du marché chinois est un trompe l’œil.

 

Lundi 25 juin, le premier ministre a annoncé la réouverture du marché chinois pour la viande bovine française. Mais cela va-t-il vraiment profiter aux éleveurs ? Nous en doutons fortement. Ce sont les industriels qui vont en profiter.

 

Faire croire que avec la viande venue du CETA et du MERCOSUR, les revenus des éleveurs seraient compensés avec les exportations vers la Chine, est absolument faux. Car les éleveurs seront contraints de produire en fonction des critères chinois (sanitaires, économiques).

 

La logique macronienne, c'est vendre nos produits de qualité à la Chine et importer des produits d'outre Atlantique.

Nous disons stop ! Il est temps de relocaliser nos productions pour nourrir la population française, de répondre aux attentes du consommateur, de réguler les productions, d'exporter nos plus values agricoles, pour pouvoir permettre une meilleure rémunération des agriculteurs avec une vraie montée en gamme et une meilleure prise en compte des coûts de production.

 

Malheureusement, avec la révision du projet de loi alimentation et agriculture par le Sénat, cette loi ne sera qu'une coquille vide, un ouragan d’âneries, sauf si les sénateurs et députés rectifient le tir, en faisant en sorte qu'il y ait un arbitrage public dans les négociations commerciales, le choix d'une agriculture saine et durable à visage humain capable de répondre aux attentes du marché intérieur et de rémunérer à la hauteur de leur travail nos agriculteurs.

 

Nous sommes et resterons très vigilants sur les suites données à ce projet de loi et à cette réouverture du marché chinois.

 

Valentin, en charge des affaires agricoles au RPF.

 

Samedi 30 juin 2018:

 

Tous à 80km/h, la décision sans conscience.

 

Demain, 1er juillet 2018, les routes nationales et départementales de France seront limitées à 80km/h après une décision gouvernementale pour faire baisser le nombre de morts.

 

Toutes les routes nationales et départementales ? Non certains départements ont décidé de faire de la résistance et auxquels nous apportons notre soutien. Il s'agit de la Corrèze, de la Lozère et la Creuse Ces trois départements ne veulent pas installer les panneaux pour signaler la nouvelle réglementation de la vitesse.

 

Les départements ruraux sont en colère. Les usagers sont opposés à cette limitation générale. Ils l'ont fait savoir jusqu'au dernier jour, en particulier les motards. Mais le gouvernement, obnubilé dans sa politique apocalyptique, n'a rien lâché.

 

C'est comme si les territoires ruraux étaient plus enclavés qu'ils ne le sont déjà. Cette limitation ne fait pas consensus car les usagers de la route déjà matraqués fiscalement par la politique du chiffre que l'on impose à nos forces de l'ordre, la hausse du gasoil.

Et nous avons vu le saccage de nombreux radars pour signifier l'opposition des usagers à ce matraquage fiscal...mais le gouvernement a gardé ses œillères.

 

Il aurait été plus judicieux de mettre à 80km/h les portions de routes dangereuses, et pour certaines portions où on peut rouler, les mettre à 100km/h....

 

Cette décision permettrait de sauver 300 vies, nous dit-on, elle va surtout dans les premiers temps faire rapporter de l'argent dans le temps d'adaptation.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

 

Mercredi 27 juin 2018 :

 

Nouvel épisode de la série macronienne sur le service national universel.

 

Aujourd'hui, mercredi 27 juin 2018, le gouvernement a annoncé son projet de loi du «service national universel», qui n'est finalement que du bricolage. 6 mois, 3 mois, entre 19 et 21 ans, on ne savait pas trop quoi en faire de cette promesse de Macron, qui veut recréer le lien entre la Nation et l'armée, "le creuset national" comme il disait si bien pendant sa campagne.

 

Selon les dernières informations, bien sûr, cela change tellement que nous ne savons plus où donner de la tête, on nous dit qu'il y aura une phase de consultation jusqu'à l'été 2019. Qu'il y aura un mois obligatoire pour les jeunes âgés de 16 ans ou aux alentours (contours encore flous), «avec 15 jours d'intégration et de brassage social en hébergement collectif (caserne?!) puis 15 jours plus personnalisés par groupe de 15» selon le ministre Blanquer.

 

Ensuite, les jeunes seront amenés, sur la base du volontariat, à une période d'engagement d'au moins trois mois liée à la défense et à la sécurité, aide aux personnes, au patrimoine....un fourre-tout en somme !

 

On parle aussi de 1 milliard par an pour financer ce «machin» du président. Les objectifs du SNU pour Genevieve Darrieussecq, secrétaire d’État, sont «la cohésion nationale, un temps de détection des difficultés, d'orientation, d'information, de prévention». Mais n'est-ce pas déjà le rôle de l’Éducation Nationale ?

 

Nous prévenons d'ores et déjà, que nos militaires ne doivent pas être pris pour des assistantes sociales, des éducateurs sociaux, comme l'ont été dans les années 1980-90 nos policiers.

 

Ce gadget, un mot bien approprié, n'est là que pour satisfaire le président. Ce qu'il faut c'est un vrai service militaire, minimum 9 mois. Mais avec la fermeture des casernes, la dissolution de régiments...peut-être qu'un jour....

 

Si M.le Président veut tellement recréer le lien entre l'armée et la Nation, qu'il commence d'abord par l'enseignement de l'Histoire avec des programmes qui auraient cet objectif.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

 

Lundi 25 juin 2018:

La Turquie, un autre sujet européen de crispation.

 

M.Erdogan, dont ses seules obsessions sont de recouvrer les anciens territoires de l'Empire Ottoman et d'éradiquer les Kurdes, déclare avoir gagner les élections présidentielles et législatives.

Avec quel pourcentage de fraude ?

On imagine déjà les Frères Musulmans, par le chantre Erdogan, faire chanter Bruxelles pour l'adhésion de la Turquie à l'Europe.

 

Parce que oui, Erdogan va encore persister à intégrer l'UE, faisant de ce point un "objectif stratégique".

Nous réaffirmons notre opposition à l'entrée de la Turquie au sein de l'Europe.

Son Histoire, sa culture, ses traditions en font plus un pays du golfe persique que européen.

Se targuant d'être un rempart face à l'immigration en "retenant" des centaines d'immigrés, Erdogan réclame la suppression des visas turcs.

 

M.Erdogan aime le chantage, l'humour noir en déclarant notamment que l'Europe devrait le soutenir et non le critiquer dans son combat contre le terrorisme.

 

Il serait temps que la France recouvre sa souveraineté, affirme son non à la Turquie concernant une quelconque adhésion à l'Europe, et qu'elle reconnaisse le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes pour les Kurdes, nos alliés laissés à la merci des soldats turcs du califat Erdogan et des rebelles-djihadistes.

 

Mais pour que la Turquie entre dans l'Europe, il doit y avoir un vote unanime des pays européens, et un seul au moins s'opposera: la Grèce.

Évidemment, si la France n'était plus dans l'UE, la question turque ne nous poserait plus problème.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national au RPF.

 

Dimanche 24 juin 2018 :

Osons une politique audacieuse en matière d'immigration.

 

 

Le 12 juin dernier, l'Italie refusait d'accueillir un bateau, «L'Aquarius» avec à son bord 629 migrants venus d'Afrique. Certaines ONG ont été choquées par cette décision....Mais pouvons nous encore accueillir des centaines, des milliers de migrants venus d'Afrique et du Moyen-Orient ?

 

Quand vont-ils gérer, humainement, ces flux calamiteux entraînant sur notre territoire des ghettos, des batailles rangées entre clans dans des camps de fortune, insalubres provoquant plusieurs maladies.

Il n'est pas question, ici, de savoir qui prend «sa part de migrants» mais de trouver des solutions, à échelle nationale et européenne, pour enrayer les arrivées sur le territoire européen. Et bien évidemment si l'Europe de Bruxelles ne trouve pas de solutions, la France doit dénoncer certains traités.

 

«L'Aquarius», qui est devenu le symbole de la crise migratoire en Europe, aurait du être raccompagné de l'autre coté de la Méditerranée sous escorte militaire.Les amener en Europe, c’est se faire complice des organismes mafieux en Libye avec le soutien d’un certain nombre d’ONG dont les motivations et les objectifs sont plus que douteux.

 

Mais croire qu'il faut simplement raccompagner les bateaux de là où ils sont partis, c'est être béat.

Il faut aller plus loin et démanteler, sur place les réseaux de passeurs, de trafiquants.

Aide logistique, financière aux pays en voie de développement (d'abord les francophones, puis les autres territoires). Mais en retour, les pays aidés doivent se développer avec cette aide de façon à inciter, faciliter le retour de leurs ressortissants ou pour amoindrir le flux migratoire.

Créer des centres pour éplucher tous les cas, de façon humaine, bien entendu, avec la création d'un organisme d'État chargé spécialement de l'immigration. Cet organisme prendra en charge la demande de l'immigrant arrivant sur le territoire. Des demandes soit individuelles ou familiales, de façon chronologique.
Si surplus de dossiers il y a, ce surplus sera repris l'année suivante.
L'intégration couplée à l'assimilation passe nécessairement par une égalité des droits:
- l'accès à l'éducation: ne pas regrouper tous les enfants immigrés dans une même école mais les "disperser" de façon humaine. Apprentissage du français,
-l'accès aux droits sociaux: comme l'emploi ou en encore sur la question de l'habitat par exemple,ne pas tous les regrouper dans des zones, l'unité nationale passe aussi par la fermeté étatique de faire respecter les lois de la République. Mais le droit de vote est exclusivement réservé aux Français.
Les migrants, non conformes aux règles, doivent être expulsés du territoire national et ramenés dans leur pays d'origine.
Sujet sensible : la nationalité française. Bien entendu, elle ne doit pas être donnée à tout va. Pour cela il faut des "critères" définis comme la connaissance de la langue et le respects des valeurs de la France.

Ces décisions sont les seules responsables, même si nombre d’associations qui se prétendent défenseurs des immigrés pousseront des cris d’horreur. Mais en réalité, ces dernières utilisent la misère humaine à des fins idéologiques dans le but de promouvoir leur organisation.

Cette politique s’impose afin d'enrayer ce trop plein d'immigrés sur notre territoire et cesser le communautarisme, pour pérenniser l'unité nationale.

Valentin Lagorio, secrétaire national au RPF.

 

Samedi 23 juin 2018 :

Ils ont assassiné le baccalauréat !

Au mois de mars, la réforme du Bac prévoyait la mise en place, en classe de Terminale, d'un contrôle continu qui comptera pour 40% de la note, et les quatre épreuves majeures (3 écrites +un grand oral) qui compteront pour les 60% restants de la note. Les épreuves de français resteraient toujours en classe de Première.

Les filières S, ES et L sont supprimées pour laisser place à un tronc commun que les élèves suivront et choisiront trois spécialités en première, ramenées à deux en terminale. Dans ce tronc commun, les mathématiques, les Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) et la Physique-chimie sont remplacés par une seule matière qui s'appellera "Humanités numériques et scientifiques." Ces matières ont certes des points communs mais sont différentes.

Le contrôle continu laisse présager certains doutes sur l'égalité des élèves, tant chère au gouvernement. Cela dépendra des enseignants, de l'établissement, et même de l'environnement.

Le 21 juin, nous apprenions par le site de l’Étudiant, que la nouvelle procédure Parcoursup, qui installe déjà une sélection à l'entrée de l'enseignement supérieur (ES), va justement accentuer cette sélection. Car cette année il faudra avoir une mention (très bien, bien ou assez bien) pour pouvoir accéder à l'ES.

Autrement dit, si vous n'avez que très peu de facilités, si vous avez 10,49 et que vous êtes dans le milieu ouvrier, vous aurez moins de chances que celui qui vit dans un milieu plus aisé. Encore et toujours la lutte des classes, « diviser pour mieux régner ». Le macronisme tue l'avenir des futurs bacheliers.

Le Baccalauréat doit ouvrir sur des études supérieures, c'est évident. Mais pourquoi pas le remplacer par un certificat de fin d'études qui prendrait en compte les résultats obtenus en contrôle continu sur les deux dernières épreuves. Une bonne initiative pour l'élève qui n'aime pas les études, qui lui permettrait d'aller en apprentissage. Comme avant 1989, un jeune démarrait à 14 ans, à 17ans, il avait un CAP et était payé comme un ouvrier, ce qui change beaucoup de choses.

Pour ce qui est de l'entrée aux universités, ils ont raisonné à l'envers : pas assez de places, donc sélection, alors que nous préconisons le : pas assez de places, construction, rénovation des locaux.

Monsieur Blanquer qui a l'air d’être un ministre offensif osera-t-il ? Il ose surtout « ancrer l'idée européenne » dans les programmes (17 mai 2018)....

Valentin Lagorio, secrétaire national au RPF.

 

Vendredi 22 juin 2018:

SNCF : le bon sens doit l'emporter !

Après trois mois de lutte, le front syndical se fissure à la SNCF. L'UNSA a annoncé ne pas poursuivre le mouvement, la CGT et Sud RAIL appellent à poursuivre la grève, la CGT a déjà annoncé qu'elle appellerait à la grève au mois de juillet, quand à la CFDT, elle veut continuer sous une autre forme, par la voie de la discussion.

Mais la discussion est vaine avec le gouvernement, d'autant plus qu'en plein milieu des discussions entre les syndicats et le gouvernement, l'Assemblée Nationale a voté en dernière lecture le projet de réforme de la SNCF.

Place à la privatisation déguisée, à la fin du statut des cheminots, aux fermetures de petites lignes. Un service public qui ne peut plus rendre service aux concitoyens n'en est plus un.

L’État nous a fait croire que c'est à cause des privilèges des cheminots (40ans de cotisations) que la SNCF est endettée. Or, si l’État prenait la mesure du problème en axant sur des tarifs aménagés, des horaires adaptées aux besoins des passagers, l'entretien des voies, le respect des horaires, la sécurité, nous pourrions laisser la SNCF propriété de l’État.

Mais avec la politique du tout TGV décidée par les gouvernements, la direction et des cadres syndicales, nous en sommes arrivés à ce que cette société, qui est un bijou français, soit réduite à néant. La réforme et la privatisation coûteront plus cher que de mener à bien la politique de bon sens avec les axes que nous avons cités plus haut.

Malheureusement, le gouvernement manque d'audace. Car cette réforme a été demandée par Bruxelles. M.Macron ne fait que répondre aux exigences bruxelloises sur l'ouverture à la concurrence et le changement de statut de la SNCF.

Et sauf reprendre notre souveraineté nationale face à l'Europe de Bruxelles qui a la lèpre, nous ne pouvons pas empêcher le naufrage de la SNCF.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

 

Vendredi 1er juin 2018:

Aujourd'hui 1er juin 2018, c'est la journée mondiale du lait.

Une journée qui revêt depuis 3ans un goût amer car cette journée se fait "sans" les producteurs de lait.

Des producteurs de lait sacrifiés et tués sur l'autel de la folie libéralo-mondialiste.
15 à 20 000 exploitations laitières sont menacées, après trois années de baisse du prix du lait.

Nous sommes toujours très inquiets pour la filière laitière.... Le prix du beurre va encore flamber, à l'automne dernier c'était le cas, et les éleveurs n'ont pas été rémunérés comme il le fallait, parce que la grande distribution n'achète déjà pas le lait à sa juste valeur, elle ne le fait et fera pas pour le beurre.
Ça et le stock de près de 400 000 tonnes de poudre de lait de l'UE de la crise laitière de 2015 qui plombe le prix.

S'ajoutent des prix très bas des laiteries pour ce mois de juin.
Sodiaal ouest:310€/1000L.
Agrial, Eurial:305€.
Laita:310€.

Alors que le coût de production est de 370€. Un bon salaire pour un éleveur laitier serait de 450€/1000L de lait.

Tant qu'un système de régulation de la production à échelle européenne ne sera pas mis en place avec le système PRM du syndicat "European Milk Board", ainsi qu'un système de prix planchers avec les coûts de production réellement pris en compte, les éleveurs laitiers resteront dans l'impasse.

Valentin, secrétaire national chargé de l'agriculture au RPF.


 

 

 

 

Dimanche 20 mai 2018 :


Un gouvernement qui détrousse "ceux qui ne sont rien".


Après le rabot sur les APL, enlevant 5€ par mois aux bénéficiaires (étudiants par exemple), le gouvernement ne trouve pas mieux que de continuer dans cette optique, pour tenir ses engagements budgétaires.
Pour les étudiants, le gouvernement trouve les aides peu ciblées. Pour que cela le soit, il serait question de baisser les plafonds de ressources,de mettre en place un contrôle d'assiduité, faisant perdre ainsi les aides aux étudiants qui ne vont pas en cours.
Les étudiants auront le choix entre le rattachement au foyer fiscal parental et l'allocation.
Pour tous ceux qui bénéficient de l'APL, le ministère des Finances veut intégrer dans les ressources les minima sociaux et prestations familiales dès 2020. 
L'allocation personnalisée d'autonomie (APA) serait recentrée "sur les publics prioritaires" et prendrait en compte le patrimoine des bénéficiaires.
Bercy nous "rassure" en nous disant que ce ne sont que des pistes d'études.
Quoiqu'il en soit,en France, il ne fait plus bon de faire partie des classes moyennes.
Comme si la hausse des taxes sur le gasoil, la hausse de la CSG pour les retraités ne suffisaient pas, les classes moyennes vont être taillées en pièce.
On a souvent accusé Monsieur Macron de faire la théorie du ruissellement : avantager les plus riches pour que cela profite à tous par !à suite.
Or ce n'est pas cette théorie du ruissellement qui se produit, mais c'est celle des larmes qui coulent le long des visages creusés par le gouvernement avec sa politique méprisante qui entraine une cohorte de désespoir...
Nous disons stop au matraquage des classes moyennes, stop à l'ignominie !


Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF. 

 

 

Suppression des néonicotinoïdes pour la survie des abeilles, un trompe l'oeil.


La commission européenne a décidé de supprimer les néonicotinoïdes.
Pourtant, depuis quelques années, des restrictions ont déjà été faites sur le traitement de semences. Fin 2013, l'UE a interdit la chlothianidine, le thiamétoxame et l'imidaclopride et la condition des abeilles n'a pas pour autant mieux évolué...
Vouloir toujours mettre les pesticides comme seuls responsables de la mort des abeilles relève d'un minimalisme ambulant...
Plusieurs études ont montré qu'il y a d'autres facteurs de mortalité, les produits phytosanitaires n'ont qu'une faible influence sur la mort des abeilles, car il y a aussi les maladies qui peuvent être liées aux conditions climatiques, de mauvaises pratiques agricoles...
Pour exemple, dans certaines régions où les pesticides qui relèvent des néonicotinoïdes sont utilisés, la récolte de miel reste abondante.
Pire, les néonicotinoïdes déjà supprimés ont été remplacés par des produits plus toxiques comme le thiaclopide.
Supprimer les néonicotinoïdes serait mettre en péril la filière des betteraves, déjà éprouvée par la baisse des prix engendrée par l'arrêt des quotas (scénario laitier). La betterave n'est pas une plante à fleur. Si ce n'est pas traité, "des ronds de jaunisse nainisante, occasionnés par le puceron vert qui en est le vecteur",vont apparaître et les cultures seront mortes.
C'est aussi mettre en danger !à culture du blé.
Nous réitérons notre demande d'étude approfondie, comme celles par le passé (l'INRA, recherche ances homologation, avis) qui ont prouvé que les pesticides n'étaient pas les seuls responsables de la mort des abeilles. Nous ne pouvons pas nous contenter de dire simplement que c'est la faute des pesticides, c'est une formule simpliste et minimaliste.
Car près des cultures qui sont traitées l'enrobage de semences ( recouvrement des semences plus épaisses pour faciliter le semis pouvant contenir des engrais, facteurs de croissance), les apiculteurs n'observent pas de mortalité particulière.
C'est pourquoi nous maintenons nos revendications :
L'interdiction des pesticides CMR (cancérogènes mutagènes reprotoxiques et PE (perturbateurs endocriniens)
L'interdiction d'importations de miel, gelée royale et autres produits de ruche qui ne respectent pas nos normes.
Cela nécessite donc un étiquetage clair des produits sur leur origine.
Une prise en charge de l'État sur la recherche de piégeage sur le frelon asiatique, ainsi que le soutien aux apiculteurs par l'ADA.
L'État doit enquêter pour déterminer quelles sont les causes de la mort des abeilles, notamment sur les conditions climatiques, recherche d'un éventuel prédateur dans les ruches.
InterApi pourrait avoir un rôle sur la production, la qualité des ruches, la traçabilité.
Supprimer les néonicotinoïdes et ne pas avoir de produits de substitution relève d'un non sens absolu.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au RPF.

 

______________________________________________________________________________________

 

 

Jeudi 17 mai 2018:


Les empoissonneurs professionnels.


Après la viande de cheval chez Findus, le lait infantile contaminé par la salmonelle chez Lactalis, voici qu'un autre scandale a surgit.


Des reblochons contaminés par une bactérie E.coli 026, vendus chez Leclerc qui ont conduit à l'hospitalisation de sept enfants en bas âge.
Les regards accusateurs se tournent vers les éleveurs.
Nous les regardons nous aussi, mais avec des regards défenseurs.


Parce que les éleveurs laitiers, comme leurs collègues dans les autres professions agricoles, subissent maints contrôles pour évaluer la qualité du tank à lait.


Nous demandons depuis longtemps que ce genre de contrôles soient effectués dans toute la filière, de façon à mettre tout le monde à "égalité".


La société est en proie à de la malbouffe avec ces multinationales, cette grande distribution.
Notre agriculture, et par voie de conséquence les consommateurs, est sacrifiée sur l'autel de l'agro-industrie productiviste et de la malbouffe.


Dans la mesure du possible, privilégions le local.


Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au RPF et conseiller national à l'UPF.

 

_________________________________________________________________________________________


Vendredi 18 mai 2018 :


Toujours des couteaux plantés dans le cœur de l'agriculture.


Le gouvernement a, une fois de plus bloquer la revalorisation des retraites agricoles, par l'article 44-3. Décidément l'agriculture est une proie à abattre. Les retraites agricoles sont les plus basses de toutes les catégories professionnelles, s'élevant à 730€. La revalorisation allait grimper à 85% du SMIC, soit 980€. 
Le gouvernement qui explique sa décision parce que à l'horizon 2020, il y aura une refonte globale du système de retraites...Mais le gouvernement aurait pu accorder une bille d'oxygène à nos retraités agricoles.
Nous soutenons cette revalorisation portée par le député communiste André Chassaigne (dont nous avons envoyé un courriel le 8 mars dernier), et nous continuerons à défendre cette proposition.
Nous le devons, pour nos agriculteurs dans un monde en perdition.


Cette revalorisation est essentielle dans un secteur agricole en perdition avec un suicidé tous les deux jours, des lourdeurs administratives, des salaires médiocres.


Mais ce n'est pas le seul acte gouvernemental qui méprise les agriculteurs... L'État a décidé de ne plus prendre en charge l'aide au répit lancée il y a peu de temps pour les agriculteurs en burn-out.. désormais les MSA (mutualité sociale agricole) vont avoir la tâche de maintenir cette aide. Les MSA qui a déjà accompagné beaucoup d'agriculteurs qui bénéficiaient de cette aide, 3500 en un an.


L'État continue dans son mépris envers le monde agricole, il est plus qu'urgent de prendre les dispositions nécessaires pour sauver nos agriculteurs, les travailleurs de la terre de France !

 

Valentin Lagorio, secrétaire national au RPF. 

 

_________________________________________________________________________________________

 

 

Vendredi 30 mars :


Ne laissons pas les Kurdes se faire exterminer comme jadis les Juifs!


Le jeudi 29 mars, le président Macron a reçu les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) composées de femmes et d'hommes Kurdes.
M. le Président les a assuré du soutien de la France à leur égard, tout en ne soutenant pas le PKK, pour qui les FDS Kurdes n'ont pas de lien.
La France a proposé une médiation entre la Turquie et les Kurdes. Mais la France se retrouve coincée par le fait de son appartenance à l'OTAN.
Pour qu'elle soit maître et répondre face aux agissements de Erdogan, elle doit soit faire valoir la mission sécuritaire à l'égard des peuples au sein de cette organisation, soit en sortir pour agir en grande puissance !
Le porte-parole du gouvernement turc a menacé la France des mêmes représailles que subissent les forces Kurdes.
L'armée turque est aidé de rebelles-djihadistes pour éradiquer les Kurdes.
Nous ne pouvons pas laisser un allié à l'agonie, ne rejouons pas comme en 1939 avec la Pologne.
L'intervention de la France serait plainement justifiée, puisqu'il s'agit de combattre des forces djihadistes qui aident l'armée turque,
n'en déplaisent à certains qui se targuent de crier à l'ingérence.
N'est-ce pas ce que fait Erdogan en s'enfonçant dans le territoire syrien pour éradiquer les Kurdes?
Ce même Erdogan qui insulte, lui aussi, la France, avec un "passé sale et sanglant".
Quand allons-nous dire nos quatre vérités à Erdogan ?
Et que la France ne compte pas sur la Russie, c'est elle qui a contribué à l'avancée des soldats turcs et rebelles-djihadistes sur Afrin.
La France doit plus que jamais retrouver sa vocation de phare du monde qui transmet un message de paix en permettant aux peuples le droit de disposer d'eux-mêmes.
Prochainement, Macron et Erdogan doivent se rencontrer, on sait quelle sera la teneur du dialogue avec le dernier en utilisant le chantage de l'immigration.

 

_______________________________________________________________________________________


Mardi 27 mars :


La France doit dire non !


Les dirigeants de l'UE et la Turquie se sont rencontrés à Varna en Bulgarie.
M.Erdogan, dont ses seules obsessions sont de recouvrer les anciens territoires de l'Empire Ottoman et d'éradiquer les Kurdes, persiste à quant à son idée d'intégrer l'UE, faisant de ce point un "objectif stratégique".
Nous réaffirmons notre opposition à l'entrée de la Turquie au sein de l'Europe.
Son Histoire, sa culture, ses traditions en font plus un pays du golfe persique que européen.
Se targuant d'être un rempart face à l'immigration en "retenant" des centaines d'immigrés, Erdogan réclame la suppression des visas turcs.
M.Erdogan aime le chantage, l'humour noir en déclarant notamment que l'Europe devrait le soutenir et non le critiquer dans son combat contre le terrorisme.
Il serait temps que la France recouvre sa souveraineté, affirme son non à la Turquie, et reconnaisse le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes pour les Kurdes, nos alliés laissés à la merci des soldats turcs du califat Erdogan et des rebelles-djihadistes.

 

________________________________________________________________________________________

 

Mardi 27 mars :

 

L'école maternelle, un vrai remue-ménage ?


Le gouvernement a déclaré l'instruction obligatoire dès 3ans. Mais dans le même temps, il annonce la suppression de postes dans la fonction publique, la fermeture d'écoles rurales.
Il est difficile de comprendre ce gouvernement dans ses nombreuses incohérences.
Incohérences et flou. Les médias en font un remue-ménage pour pas grande chose car déjà 97% des enfants âgés de 3ans vont à la Maternelle.
Or, rendre obligatoire dès 3ans la scolarisation
poseraient de problèmes pour les parents.
Déjà les aides qu'ils perçoivent pour garder leur(s) enfant (s) jusqu'à l'âge de 6ans où il rentre obligatoirement à l'école.
Mais maintenant que l'État a rendu obligatoire la scolarité à 3ans, ces aides iront jusqu'à 3 ou 6ans?
Les problèmes vont donc s'accumuler pour les parents, qui vont devoir mettre leurs enfants chez la nourrice le matin, midi et soir en fonction de leur emploi.
Se pose donc le financement si les aides sont supprimées dès 3ans.
Au lieu de faire de la communication sur une réforme qui n'est absolument pas révolutionnaire, mais qui va entraîner beaucoup de problèmes aux parents, occupons nous vraiment de nos écoles.
Revoyons les effectifs des classes, que la Maternelle puisse épanouir le langage et vocabulaire des enfants. Faisons en sorte que l'école soit au plus près des élèves.
C'est pour cela que les écoles dans le milieu rural doivent être maintenues, c'est parfois le dernier tissu du village.
Mais la suppression des contrats aidés et les dotations de l'État aux communes n'arrangent quand à la perspective de voir perdurer nos écoles dans le milieu rural.

 

_________________________________________________________________________________________


Samedi 24 mars :


ALORS C'ÉTAIT DONC VRAI...


Le dimanche 18 mars 2018, des militants d'extrême gauche, utilisant des migrants pour s'opposer à loi asile et immigration, ont pénétré dans la Basilique de Saint-Denis.
C'est une attaque contre l'un des symboles de notre Nation, comme le 12 mai 2016 où des militants du même bord ont tenté de pénétrer dans les Invalides, attaquant nos militaires et forces de l'ordre, comme les profanateurs de nos cimetières militaires, je pense particulièrement à l'ossuaire de Douaumont.
Peu importe la qualification de l'acte, il est déjà assez ignoble et la justice doit faire correctement son travail contre ces fauteurs de troubles, ces hordes qui détruisent le ciment unitaire historique de notre pays.

Hommage :
Vous, forces de l'ordre, il fut un temps où vous étiez reniés, mais à chaque fois que passe le destin de la France, vous êtes en première ligne et la Nation vous en est pleinement reconnaissante! 
Arnaud Beltrame, héroïque lieutenant-colonel de gendarmerie, chef exemplaire, a fait plus que son devoir lors des attentats de Carcassonne et de Trèbes.
Il est d'un courage exemplaire, d'une force vive, sait mener ses hommes.
Je parle de lui au présent, car Arnaud Beltrame est le symbole de cette France qui se bat, qui se lève, qui gagne.
Oui, Arnaud Beltrame, votre sacrifice pour sauver la vie d'un civil est un acte de bravoure, nous ne vous en serons jamais assez reconnaissants.
À travers vous, c'est toute la Nation qui pleure un soldat de France, tombé au combat contre l'ennemi.
Oui,forces de l'ordre,vous nous le dites depuis trois ans, "soyez vigilants, vous êtes aussi des cibles". Oui nous ne l'oublions pas. 
Nous ne pouvons pas oublier la mort de nos compatriotes : Jean, Christian, Hervé.
C'est la France,une fois de plus, qui est touchée en plein dans sa chair,à travers nos forces de l'ordre et à travers la population.
Nous vous devons beaucoup, vous nos forces de l'ordre.
La majorité silencieuse vous soutient constamment, car nous ne sommes pas de ceux qui plusieurs jours après un attentat crachent sur vous.
Votre corps est constitué de plusieurs métiers : ceux sur les routes,sur les scènes de crime, derrière l'écran, aux frontières...
Nous avons plus que jamais besoin de vous et la France,la vraie France, la France éternelle vous soutient!

 

________________________________________________________________________________________

 

 

Dimanche 18 mars :


Tensions internationales.


Depuis quelques jours, un vent de guerre froide s'abat de nouveau sur l'Occident. Les pires heures de cette guerre rejaillissent.
Un ex-espion russe Sergueï Skripal, en Angleterre, a été empoisonné, ainsi que sa fille et un autre éxilé russe. L'Angleterre a immédiatement ouvert une enquête et pointé du doigt la Russie comme responsable de cet assassinat car l'agent neurotoxique serait de fabrication russe. 
Mais avec quelle preuve l'Angleterre accuse la Russie, qui cette dernière ouvre une enquête pour l'assassinat de la fille de l'ex espion.
L'Angleterre, soutenu par Washington, Berlin, et malheureusement Paris, devrait mieux faire des expertises et contre expertises et donner la molécule à la Russie pour qu'elle l'expertise également, pour savoir si elle provient de son territoire ou non. 
Cette affaire, où l'on voit des diplomates anglais et russes expulsés des deux côtés, n'aurait-elle pas pour objectif d'essayer de pousser Vladimir Poutine à une guerre contre l'Occident, en pleine "campagne présidentielle"?
La Russie ne doit pas être considérée comme un ennemi, mais comme un partenaire, un allié. 
Si l'Angleterre veut se trouver des ennemis, qu'elle s'occupe des terroristes, des islamistes sur son territoire, comme nous en France.
Mais en France, le président Macron a plus de courage de boycotter le stand russe au salon du livre, plutôt que de porter un message de paix à travers le monde et de combattre les islamistes.
Le rôle de la France, c'est celui-ci, entre autres.
Autre crispation, concernant la Syrie, le gouvernement a prévenu que la France interviendrait militairement avec les États-Unis si Bachar el-Assad franchissait les "lignes rouges" imposées par Macron sur l'utilisation des armes chimiques.
Quelle serait la position de M.Macron si les terroristes avaient utilisés ces armes chimiques ? Sait-on vraiment si c'est Bachar el-Assad qui les a utilisé ? Rappelons que dans la Goutha orientale, quartier de Damas, il y a à la fois les opposants à Bachar el-Assad, des djihadistes et les civils qui sont pilonnés. 
S'engager militairement en Syrie, c'est mettre en péril notre armée française déjà engagée sur d'autres opérations extérieures. 
Et c'est aussi se confronter aux alliés de la Syrie, à savoir la Russie et l'Iran.
La France ne saurait participer à un conflit qui n'est pas le sien.
Notre pays doit quitter l'OTAN, nous ne devons plus être le vassal de Washington, ni de Londres ! Nous devons coopérer avec chaque nation et non être sous tutelle de l'une d'elles.


Valentin Lagorio, secrétaire national au RPF et conseiller national à l'UPF.

 

________________________________________________________________________________________


Vendredi 16 mars :


«La bataille du rail» est engagée.


Le gouvernement, par le biais des ordonnances compte bien réformer la SNCF. Il sait qu'il a l'opinion publique derrière lui, mais la majorité silencieuse s'élève doucement. Nous sommes de celle-ci.
Nous savons que le statut d'EPIC ( Entreprise Publique Industrielle et Commerciale) sera remplacé par le statut d'une société anonyme à capitaux publics, comme la Poste en 2008.
Le gouvernement pointe du doigt le statut de cheminots comme responsable de l'endettement de la SNCF.
Or, si il le pointe du doigt, c'est seulement pour le supprimer et permettre les licenciements économiques comme le permet déjà la loi travail dite "Macron".
Car les seules issues de départ sont: la retraite, la démission, ou la radiation.
Si il y a bien des primes qui existent, c'est celle calculée sur le parcours effectué par les conducteurs, contrôleurs et celle de fin d'année.
La prime de charbon n'existe plus depuis 1974.
Les cheminots ne sont pas des privilégiés, ils ont comme tout autre métier des avantages et des inconvénients.
Mais le gouvernement obéit aux recommandations bruxelloises, par le fait d'ouvrir à la concurrence la SNCF.
Ne nous y trompons pas, cette ouverture à la concurrence va engendrer une privatisation de la société.
D'autant plus que certaines lignes secondaires"non rentables" seraient supprimées. Il est possible que soit les régions seraient amenées à les financer, soit que des opérateurs privés, en vertu de l'ouverture à la concurrence, prennent les rênes de ces lignes.
Mais comment les régions pourraient les financer alors qu'elles ont vu leurs dotations de l'État baisser, comme pour les communes ?
Ce qui est plus probable, c'est la mainmise d'opérateurs privés sur ces tronçons qui leur seront attribués, de façon à pouvoir relever les tarifs et ainsi dégager du profit.
Regardons déjà Ouigo, je me suis entretenu avec un contrôleur SNCF me disant que "les fonctionnaires qui y travaillent ont le statut de cheminots, sont payés plus cher qu'à la SNCF et les prix des billets moins cher."
Ce gouvernement ultralibéral va détruire un fleuron, ne nous trompons pas d'ennemi.
Derrière cette réforme, c'est la mort d'un service public et le rôle d'un service public est de servir l'intérêt général, non pas la rentabilité comme on peut le voir déjà avec les bureaux de Poste.
Écouter Spinetta pour la SNCF, c'est demander à un vegan de manger de la viande.
Nous sommes opposés, aux côtés des cheminots, à cette privatisation déguisée.
Arrêtons de faire subir à la France le châtiment des européistes convaincus.


Valentin Lagorio, secrétaire national au RPF et conseiller national à l'UPF.

 

______________________________________________________________________________________


Mercredi 14 mars :


Mayotte, «l'Île des parfums», s'embrase. 


Il n'y a pas qu'en Métropole que le gouvernement abandonne ses territoires.
Après la Guyane,Mayotte, notre 101ème département français depuis 2011, est paralysé par un soulèvement général de ses habitants.
Lorsque les Mahorais ont fait le choix d'être français, ce n'était certainement pas pour être délaissés de la sorte. 
Pourquoi donc ce soulèvement ?
Mayotte est en proie à une immigration clandestine de grande ampleur venue des Comores. Les Comoriens prenant Mayotte pour un Eldorado arrivent en nombre.
Pourtant, il n'y a déjà pas d'emplois pour une population jeune, une pauvreté qui s'établit à 9300€ par habitant en terme de produit intérieur brut (PIB). Rien de cela ne constitue un Eldorado, mais les Comoriens trouvent ce territoire plus riche que le leur.
Mayotte, par rapport à la Métropole,c'est le département le plus peuplé de France, or Île-de-France, 40% de la population est issue de l'immigration clandestine. Mayotte a la plus grande maternité de France avec près de 10 000 naissances, principalement de femmes venues des Comores.
Si nous ne voulons pas perdre Mayotte, nous devons pratiquer la même politique sur tous nos territoires, Métropole et Outre-mer.
La France ne doit laisser aucun de ses territoires à l'abandon. 
Le gouvernement doit prendre ses responsabilités:
-enrayer le flux migratoire comorien,
-l'accès à l'éducation pour tous les enfants de l'île,
-lutter contre la délinquance en donnant les moyens, financiers et humains, nécessaires aux forces de l'ordre.
-politique régionale de codéveloppement.
Mayotte n'est que le reflet d'une politique désertrice depuis 30 ans.
Sur cette terre Mahoraise, il n'y a que des Français à part entière !
Nous, Gaullistes et Souverainistes, demandons l'arrêt de cette politique méprisante à l'égard de nos territoires excentrés, qui sont un formidable atout pour le rayonnement de la France dans le Monde.


Valentin Lagorio, secrétaire national au RPF et conseiller national à l'UPF.

 

_________________________________________________________________________________________


Samedi 10 mars :


Privatiser plus.....pour perdre plus!!!


Nous apprenons avec stupéfaction que les Aéroports de Paris vont être privatisés,selon le souhait du gouvernement.
Avec l'épisode neigeux récent qui s'est abattu sur la France, nous avons vu la gestion calamiteuse du phénomène par les autoroutes... privatisées.
Lorsque Monsieur Macron était ministre de l'économie de Hollande, il avait vendu l'aéroport de Toulouse à un investisseur chinois, qui a directement ponctionné dans les réserves et budget d'investissements.
Pourquoi privatiser les aéroports de Paris, qui rapportent à l'État ? Pour remettre en bon état les caisses de l'État mises à sac par un certain ministre de l'économie, devenu président de la République ?
L'État massacre nos services publics, nos intérêts, c'est la grande braderie infernale depuis des années.
Nous avons vendus Le France, attention à ne pas mettre la France en liquidation totale !


Valentin Lagorio, Secrétaire national au Rassemblement du Peuple Français et Conseiller national à l'Union du Peuple Français.

 

_________________________________________________________________________________________

 


Mercredi 7 mars :


Le mépris gouvernemental à l'égard des retraités agricoles :


Il y un an, une loi avait été votée à l'unanimité à l'Assemblée Nationale permettant la revalorisation des retraites agricoles à hauteur de 85% du SMIC net, passant de 871€ à 987€. Un projet de loi validé par le Sénat qui devait l'examiner ce soir.
Or, le gouvernement a déposé ce mercredi matin un amendement qui repousse son application en 2020,car la réforme globale de la refonte du système de retraites se fera justement en 2020.
Le gouvernement a utilisé la procédure de "vote bloqué" grâce à l'article 44-3 de la Constitution. Le Sénat devra donc se prononcer une seule fois sur le texte, amendement compris.
Concrètement, la revalorisation des retraites agricoles n'est plus à l'ordre du jour car si l'amendement tombe, le texte de loi tombe. Et même si le texte est adopté, son application sera reporté à 2020.
Le gouvernement, en pleine manœuvre pour réformer la Constitution, méprise une fois de plus le monde paysan, plus particulièrement nos retraités agricoles.
Nous demandons la levée de cet amendement, et la revolarisation des retraites agricoles à hauteur de 85% du SMIC net comme le veut la loi.
Et également que la retraite des conjoints ayant participé à l’exploitation et celle du chef d’exploitation soient coordonées,que la pénibilité soit pris en compte dans la retraite agricole.
Ces travailleurs de la terre méritent le respect.
«Des biens de la France, le premier le plus noble,le plus important, c'est la terre!»


Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au RPF.

 

_________________________________________________________________________________________

 

Mercredi 28 février :


Danger : modification de la Constitution sans l'avis du peuple!


Mardi 27 février, le gouvernement, avec les nationalistes corses, a acté pour un article spécifique sur la Corse dans la Constitution.
Ces nationalistes réclament un statut nouveau de la Corse avec des compétences élargies, l'officialisation de la langue corse.
La Corse ne représente pas un danger en tant que tel. La France a toujours fait face depuis une quarantaine d'années à des envies nationalistes, certainement dûs à une politique décadente et désertrice.
Or, fidèle à nos convictions, nous ne pouvons pas transiger sur l'unité et l'indivisibilité de la République Française.
C'est pourquoi nous demandons solennellement, à Monsieur le Président Emmanuel Macron, a demandé par référendum l'approbation du peuple sur cet inscription dans la Constitution d'un article spécifique pour la Corse.
En vertu de l'article 89 de notre Constitution, il doit le faire:
«L'initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République sur proposition du Premier ministre et aux membres du Parlement.
Le projet ou la proposition de révision doit être examiné dans les conditions de délai fixées au troisième alinéa de l'article 42 et voté par les deux assemblées en termes identiques. La révision est définitive après avoir été approuvée par référendum.
Toutefois, le projet de révision n'est pas présenté au référendum lorsque le Président de la République décide de le soumettre au Parlement convoqué en Congrès ; dans ce cas, le projet de révision n'est approuvé que s'il réunit la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés. Le bureau du Congrès est celui de l'Assemblée nationale.
Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu'il est porté atteinte à l'intégrité du territoire.
La forme républicaine du Gouvernement ne peut faire l'objet d'une révision.»
La Corse est une région française, fait partie intégrante de la France.
Monsieur Macron, actuellement, n'a pas la majorité des 3/5. Les députés ne doivent pas l'approuver.
Nous ne laisserons pas quelques plaisantins jouer sur la Souveraineté d'une Nation!
Car si la Corse obtient cet article, même symbolique, cela fera effet boule de neige, en Bretagne notamment.
Vive la France, une et indivisible !


Valentin Lagorio, secrétaire national du RPF et conseiller national de l'UPF.

 

________________________________________________________________________________________

 


Samedi 24 février :


Lorsqu'on assassine l'agriculture, c'est la France qu'on poignarde en plein coeur ! 


J'ai un très grand ami qui est éleveur de bovins. Chaque semaine, nous parlons de la situation de notre agriculture. Cet éleveur n'en peut plus, comme bon nombre d'entre eux, laitiers, porcins, éleveurs de palmipèdes..., il n'en peut plus d'être inconsidéré, d'être mal payé, comme ses collègues de France ! 
Voyez-vous Monsieur Macron, lorsque vous ménagez votre image et préparez votre visite au salon de l'agriculture le samedi 24 février et que vous conviez près de 1000 agriculteurs à l'Élysée le jeudi, cela nous fait rire jaune.
Rire jaune, Macron l'enchanteur.
Nous sommes nombreux à ne pas vous croire, Macron l'embobineur! 
Embobineur pour vouloir mettre en place des "verrous réglementaires" contre l'achat des terres agricoles (plus de 2000ha achetés par un investisseur chinois dans l'Allier et l'Indre), alors que c'est lui qui avait vendu l'aéroport de Toulouse aux chinois.
Embobineur car il veut promouvoir nos produits agricoles mais dans le même temps accepte les accords CETA et le MERCOSUR,qui vont amener 170 000 tonnes de viande bovine (des pièces nobles) sur le sol européen, menaçant notre filière française.
Enchanteur, claquant du doigt à la grande distribution pour mieux rémunérer les agriculteurs.
Ne serait-il pas temps de parler de taxe minime sur la grande distribution lorsqu'elle ne respecte pas ses engagements serait une bonne idée.
Vous avez oublié de parler de l'essentiel: le système actuel qui ne permet pas aux agriculteurs de vivre. Ce système pousse nos agriculteurs à agrandir leurs fermes, leur volume et baisser leur prix de revient alors que les coûts de production augmentent !
Et c'est à cause de ce système, prôné depuis 40ans, qui pousse les agriculteurs à se suicider.
Posons nous une simple question : 
Voulons-nous une agriculture saine et durable à visage humain où les paysages sont préservés, ou des fermes-usines comme la ferme des "mille vaches", des produits financiarisés délaissant la qualité ? 
Vous ne parlez pas, non plus, de régulation, de système de prix planchers, de réforme sur la PAC, mais cela ne nous étonne nullement venant d'un ultra-libéral.
Bref, Monsieur Macron, nous ne pouvons pas croire en vos paroles. Car vous aviez déjà promis qu'il n'y aurait plus de SDF dans les rues, or nous voyons le résultat.
Croire en vos paroles aurait le même effet que confier sa cave à un alcoolique.
Pourtant les agriculteurs ne demandent qu'une seule chose: vivre de leur travail et que leur rémunération soit à la hauteur de leurs efforts ! 
Est-ce trop demandé ?
Lorsque le salon de l'agriculture fermera ses portes, les agriculteurs repartiront dans leurs exploitations mourir en silence dans une totale indifférence ! 
Quand l'agriculture tousse, la France est malade.
Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

SNCF, la grande bagarre.
Le gouvernement compte remplacer son statut d'Entreprise Publique Industrielle et Commerciale (EPIC), par le statut d'une Société Anonyme à capitaux publics.
Il n'y aurait donc plus de garantie d'État, ce qui peut accroître l'endettement de la "nouvelle société"
La dette, d'avant ce changement serait certainement reprise par l'État. Mais que va-t-il se passer avec cette ouverture aux capitaux ? 
Déjà, une ouverture à la concurrence dictée par la législation européenne....
Ensuite, comme nous l'avons dit, un accroissement de la dette, donc plusieurs pistes pourraient être à l'oeuvre:
-réduire le maillage du réseau secondaire,comme le préconise le rapport Spinetta, 
-ou demander aux Régions d’en assurer le financement, puisque l'État se désengage.
Mais comment les Régions pourraient financer le réseau secondaire alors qu'elles sont victimes de la baisse des dotations de l'État ?!
Ce qui est plus probable, c'est que des opérateurs privés prendront le contrôle du segment de réseau secondaire qui leur est attribué et à relever leurs tarifs pour dégager des profits.
Regardons déjà Ouigo, je me suis entretenu avec un contrôleur SNCF me disant que "les fonctionnaires qui y travaillent ont le statut de cheminots, sont payés plus cher qu'à la SNCF et les prix des billets moins cher."
Bref, ce gouvernement ultralibéral va détruire un fleuron, comme la Poste par le passé.

 

_________________________________________________________________________________________

 

La filière foie gras continuellement décimée

 

Cinq foyers de H5N3 ont été détectés dans le Gers en 20 jours.


Alors expliquez-nous dans ce cas, à quoi servent les mesures de biodiversité mises en place par le gouvernement ?!


Si elles étaient vraiment efficaces, il ne devrait plus y avoir de virus.


Or, mettre ces mesures à la fois sur des grandes et petites exploitations relève du non sens absolu.
En juin 2017, j'avais écrit au ministre de l'agriculture concernant cette filière, détruite parce que des mesures comme mettre à l'abri pendant le passage des oiseaux migrateurs (puisque maintenant ils posent

problème), et les ressortir après le passage, n'ont pas été prises. De même lors de période où le risque est avéré.

 

Sauf qu'avec la politique de mise aux normes, les éleveurs sont endettés, car pas assez payés.


Cette simple mesure permettrait déjà de limiter la casse. Ensuite, faire des zones conscrites, mettre en quarantaine les canards touchés par le virus et faire des analyses sérieuses.

 

Entendez-vous parler de cas de grippe aviaire sur les élevages de Bulgarie ? Non et pourtant les canards sont sur du béton, pratiquement pas d'herbe.

 

Est-ce une orchestration pour détruire notre filière foie gras ?! Plus particulièrement les petits élevages, ceux en plein air ? 

 

Un ministre pourrait-il vivre sans salaire depuis décembre 2016, comme c'est le cas pour les éleveurs?!

 

De plus, remarquons au passage les propos de la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, déclarant que "Les producteurs de viande bovine, de lait et les arboriculteurs vont mieux", mais "40% des céréaliers ont des résultats négatifs", ajoute-t-elle. 

 

Madame Lambert, allez-vous sur le terrain pour pouvoir dire des absurdités de la sorte ?! 


Les éleveurs de bovins voient leur trésorerie toujours plus dans le rouge du fait d'un salaire très bas, même pas 3€50 payé au kilo alors qu'il leur faudrait 4€50 minimum pour s'en sortir.


Le prix du lait est toujours bas, alors que dans certains pays européens, la tonne avoisine les 400€.


l'UE laisse planer la menace de plomber le marché avec une possible mise en vente des stocks de poudre de lait, hérités de cette crise laitière interminable depuis 2015.

 

Non Madame Lambert, ces deux branches ne vont pas mieux. D'autant que vous ne parlez jamais de notre filière foie gras. Des intérêts dans les pays de l'Est ?


Certainement, car vous affirmiez le 29 janvier 2017 "On veut des fermes de 200 ou 250 vaches plus rentables que des fermes de 80 vaches. Martine à la ferme c'est finit! Il existe des fermes de 4700 vaches en Roumanie. Mon fils y travaille. Elles sont dans des conditions remarquables." 

 

C'est toute l'agriculture qui tousse.


Quand l'agriculture tousse, la France est malade.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________

 


La ruralité sacrifiée

 

Monsieur Macron s'était vanté de faire revivre nos campagnes, d'être le "candidat de la ruralité",comme c'était inscrit sur des tracts.

 

Or, cette ruralité, cette colonne vertébrale de la France, ce pilier vital pour notre pays, est en train de sombrer, de disparaitre.


Épris de son esprit Rothschildien, M.Macron fait tout pour ruiner nos territoires pourtant riches en savoir-faire.

 

La politique libérale va entraîner:
- la fermeture des écoles rurales, pour rapatrier les instituteurs dans les zones REP où seront dédoublés les classes de CP/CE1,
-des tribunaux menacés, un seul tribunal serait compétent dans un département, Laon pour l'Aisne par exemple. Une menace prise au sérieux.
-de possibles fermetures de lignes secondaires, coupant ainsi nos concitoyens de leur seul moyen de transport pour se rendre à leur lieu de travail.

 

Nous alertions, depuis novembre 2016, sur ce danger macroniste. Ce danger, c'est comme certains disent, "la France du haut contre la France du bas".


Si des services publics ferment, comment voulez-vous rendre attractives nos campagnes ?


Le gouvernement choisit de baisser l'impôt sur les grandes fortunes, mais décide d'augmenter la CSG sur les retraités, d'augmenter le prix du gasoil, le prix du fioul, de retirer 5€ sur les APL.


Tout cela, ce sont aussi les ruraux qui sont impactés.

 

Concernant notre agriculture, rappelons qu'un agriculteur créé derrière-lui 7 emplois, malgré les États généraux de l'alimentation, la charte d'engagement signée par la grande distribution, les agriculteurs sont toujours sacrifiés sur l'autel d'un triptyque: l'agro-industrie productiviste, la publicité pro-malbouffe, et la grande distribution.


Personne ne parle de régulation, de prix planchers, de TVA sociale, de taxe mimine sur la grande distribution lorsqu'elle ne respecte pas ses engagements.

 

Bref, tout est fait pour nuire à nos territoires ruraux.


D'autant plus que le gouvernement va imposer le 80km/h sur nos routes départementales à partir du 1er juillet.


Les campagnes déjà au ralenti car délaissés par des décennies de politique décadente, avanceront encore moins.

 

Lorsque la ruralité est sacrifiée, c'est la France qui est à l'agonie.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________

 


L'éducation nationale, le grand chantier

 

La réforme du Baccalauréat prévoit la mise en place, en classe de Terminale, d'un contrôle continu qui comptera pour 40% de la note, et les quatre épreuves majeures (3 écrites +un grand oral) qui compteront pour les 60% restants de la note.


Le gouvernement a tout simplement copié sur certains voisins européens comme l'Italie.
Les épreuves de français resteraient toujours en classe de Première.

 

Les filières S, ES et L sont supprimées pour laisser place à un tronc commun que les élèves suivront et choisiront trois spécialités en première, ramenées à deux en terminale.


Dans ce tronc commun, les mathématiques, les Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) et la Physique-chimie sont remplacés par une seule matière qui s'appellera "Humanités numériques et scientifiques." Ces matières ont certes des points communs mais sont différentes.


Et qui dit moins d'heures pour ces trois matières dit moins de professeurs, donc suppression de postes?!

Le contrôle continu laisse présager certains doutes sur l'égalité des élèves, tant chère au gouvernement.

 

Cela dépendra des enseignants, de l'établissement, et même de l'environnement.

 
Le système français ne permet pas aux élèves de s'éveiller oralement. Les seules prises de paroles sont pour répondre aux questions des professeurs et parfois quelques exposés.


Peut-être serait-il judicieux d'ouvrir des ateliers théâtre ou chorale, non notés, dans chaque établissement, de façon à exercer l'élève à communiquer.

 

Nous sommes donc très dubitatifs sur cette réforme, d'autant plus que le ministre Blanquer laisse planer la menace d'un lycée à la carte.

 

Nous devons retrouver des programmes corrects, intégralement respectés.


Que les élèves apprennent des notions qui leur serviront dans leur parcours scolaire.


Et il faut que chaque classe ait son propre niveau, et qu'à chaque fin de classe, l'on puisse évaluer le niveau des élèves.


Et que certains professeurs ne notent plus à la tête de l'élève mais à la qualité de son travail.

 

Le Baccalauréat doit ouvrir sur des études supérieures, c'est évident.


Mais pour l'élève qui n'aime pas les études, pourquoi ne pas faire un retour du certificat d’études qui permettait d'aller en apprentissage : un jeune démarrait à 14 ans, à 17ans, il avait un CAP et était payé comme un ouvrier, ce qui change beaucoup de choses.

 

Nous ajoutons au passage que dans les circonstances présentes, le Service National Universel n'est pas du tout faisable.


Les annonces faites par le gouvernement sont floues, a-t-il le budget, l'effectif nécessaires pour le faire? Non!

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

________________________________________________________________________________________

 

VUE SUR LA SEMAINE:


Les Surveillants Pénitentiaires sont entrés dans un conflit extrêmement dur, l'accord qui leur a été proposé représente l'irrespect et le manque de reconnaissance que le gouvernement a à leur égard.
1100 emplois supplémentaires promis, or ceux déjà annoncés ne sont jamais arrivés ! 


Allègement des fouilles aléatoires, régime spécial pour les radicalisés.. Quid de la sécurité et du matériel des personnels ? 


Nous prônons un système de peines planchers, nous demandons à ce que chaque peine soit vraiment purgée, l'isolation des détenus radicalisés sur un territoire reculé et enfin un meilleur équipement et salaire pour les personnels.


Envoyer des policiers et gendarmes faire le travail à la place des surveillants pénitentiaires prouve que le gouvernement ne donne pas de moyens supplémentaires aux surveillants pénitentiaires


C'est un pansement sur une jambe de bois, comme ce projet que la majorité des pénitentiaires rejette.
En espérant que les pénitentiaires ne reçoivent pas les zadistes de NDDL...


Le projet aéroport de NDDL a été abandonné, les 350 millions € pourraient servir à moderniser Nantes-Atlantique.


Maintenant, il s'agit de faire respecter l'ordre, le gouvernement laisse jusqu'au 30 mars pour que les zadistes partent. Ces derniers ont promis de déblayer la route dite des chicanes demain.


Le gouvernement doit restituer les terres aux agriculteurs et laisser l'extrême-gauche partir...après le 30 mars, il sera trop tard pour eux.


Se pourraient-ils que les zadistes, en rentrant chez eux, passent par les péages urbains ?


Pardon, les futurs péages urbains.....que le gouvernement veut instaurer.


Le fossé se creuse entre les classe populaires et les plus aisées, nous sommes repartis au temps des seigneurs.


L'écotaxe pourrait refaire son apparition, les ordonnances Macron ont fait leurs premiers dégâts chez PSA et la Société Générale, début du mois c'était Pimkie, avec les ruptures conventionnelles.
Et ça dit vouloir lutter contre le chômage.


Jamais nous ne nous rangerons du côté des ennemis de la France.


Valentin, secrétaire national au Rassemblement du Peuple Français.

 

_________________________________________________________________________________________

 

Lactalis,l'empoisonneur.


Depuis un mois,Lactalis, déjà célèbre pour ne pas rémunérer correctement ses éleveurs, connaît maintenant une crise sanitaire grave.


Après la viande de cheval, voici le lait infantile contaminé.


En effet,Lactalis a laissé plusieurs lots de lait en poudre pour bébés transiter vers les supermarchés, en sachant très bien que ces produits étaient contaminés à la salmonelle.


Les produits ont donc dû être retiré des rayons,mais le mal a été fait : plusieurs bébés sont touchés.


Le gouvernement n'a attendu que cette semaine pour intervenir,nous surveillions de près cette affaire depuis le début.


Si infection il y a, cela ne vient pas des élevages mais de la société Lactalis elle-même.


Des contrôles sont effectués dans les élevages pour vérifier si le lait est bon.
Il serait temps de mettre des contrôles dans les sociétés telles que Lactalis, pour vérifier si il n'y a pas de disfonctionnements.


Besnier,le PDG de Lactalis, s'engage à indemniser toutes les victimes.


Il a tout intérêt à le faire, mais qu'il soit prévenu d'une autre chose, les éleveurs n'ont pas intérêt à payer les pots cassés et à voir leur prix baisser.


La société est en proie à de la malbouffe avec ces multinationales, dans la mesure du possible, privilégions le local.


Valentin, secrétaire national chargé de l'agriculture au RPF.

 

_________________________________________________________________________________________

 

La Corse est et restera Française !

 

Le 2 janvier dernier, M.Talamoni a été élu président de la nouvelle Assemblée territoriale unique de Corse et M.Simeoni chef du Conseil exécutif de Corse.


La Corse, aux mains des nationalistes qui n'ont que trois députés à l'Assemblée Nationale. Ils ne constituent donc pas une force majeure. On aurait tendance à nous dire que ce n'est pas très grave.


Or, fidèle à nos convictions, nous ne pouvons pas transiger sur l'unité et l'indivisibilité de la République Française.


Parce que ces mêmes nationalistes réclament un statut nouveau de la Corse avec des compétences élargies, l'officialisation de la langue corse.


Lorsque Simeoni a présenté ses voeux, ne figurait seulement que le drapeau corse, le drapeau français était inexistant ! Ce même Simeoni demande à ce que ce soit les Corses seulement qui votent sur le nouveau statut de l'île. 


Or, la Corse est une région française, fait partie intégrante de la France.


Comment Talamoni et Simeoni peuvent-ils mettre la Corse en état de sécession, alors que la Corse fait partie de la France de par son Histoire avec la grande figure qu'est Napoléon Ier; en 1943, la Corse fut la première région française à être libérée.


Nous ne laisserons pas quelques plaisantins jouer sur la Souveraineté d'une Nation!
 

_________________________________________________________________________________________

 

L'esprit de Munich


L'esprit de Munich n'a de cesse envahit les politiques de la France depuis une quarantaine d'années: Munich diplomatique, social, économique.... 1938-2018: 80 ans après, Macron perpétue cet héritage.


Il le perpétue en ayant rencontré Erdogan à Paris, le 6 janvier. Erdogan, qui est devenu le maître tout-puissant de la Turquie, en renforçant ses pouvoirs après le coup d'État manqué du 15 juillet 2016.


Une véritable purge fait fureur depuis cette date, pratiquement toutes les oppositions sont laminées.


Mais nous ne sommes pas là pour nous occuper des affaires d'un pays, mais pour alerter. Comme Macron a reçu Erdogan, se pourrait-il que la porte d'entrée dans l'UE pour la Turquie, soit toujours ouverte?


Comment pourrions-nous accepter la Turquie, où son dirigeant fait régner la terreur dans son pays, a voulu combattre daesh mais en même temps éradiquer les Kurdes.


Enfin, comment pourrions-nous accepter la Turquie, qui n'a pas la même culture que nous?


Macron doit lui demander de rembourser les 4 milliards que l'UE, dont les contribuables français, donne à la Turquie pour préparer son adhésion.


La Turquie, sur les plans géographique et historique, n'est pas et ne doit pas être un État européen.
Le vrai danger n'est pas à l'Est, il est au Sud.


Valentin, RPF.

 

_________________________________________________________________________________________

 


"Place aux profiteurs d'abandon, aux débrouillards de la décadence !"

 

Le gouvernement ne trouve pas mieux que de taxer les usagers de la route pour pouvoir entretenir ces dernières, avec le système de vignette automobile.
Mais alors, à quoi servent nos impôts ?!

 

Les départementales sont régies par le département, les routes nationales et autoroutes par l'État.


Le gouvernement a coupé les subventions aux départements et communes, les autoroutes appartiennent à plusieurs sociétés comme Vinci, mais par contre cela n'empêche pas l'État de vouloir taxer.


Taxer les usagers, c'est-à-dire, les automobilistes et les poids lourds, le transport routier. C'est donc une nouvelle forme d'écotaxe, généralisée cette fois-ci.


Par tous les moyens, et tout gouvernement veut mettre en place cette taxe.
Nous y sommes et restons farouchement opposés.


Au passage, cette taxe touchera les produits agricoles, cela engendrera une augmentation du coût de production, alors qu'il nous est demandé d'être compétitif !!


Ceci étant, nous allons avoir un possible abaissement de la vitesse à 80km/h sur les routes nationales.

Cette annonce est complètement stupide, abaisser la vitesse ne fera pas amoindrir le risque d'accident.


Nous pourrions envisager 80km/h sur les portions dangereuses,mais pas sur la totalité de nos routes nationales.


Les automobilistes sont assassinés, racketés..


Nous n'avons jamais vu autant d'idioties en France ! Pourtant, nous avions alerté sur cet homme qui traite la France comme un paillasson depuis ses débuts.

 

_________________________________________________________________________________________

 


COMMUNICATION IMPORTANTE :


Chers consommateurs, le gouvernement vous trompe!


Il envisage de réduire les promotions et de vous faire payer plus cher, pour que l'agriculteur soit mieux rémunéré !


Chers consommateurs, ne soyez pas dupes, cela va uniquement dans le sens des GMS, pour qu'elles gardent et augmentent leur marge ! Les agriculteurs n'ont jamais demandés à ce que vous payiez plus cher, ils demandent de meilleures marges! 


Michel-Edouard Leclerc a de beaux jours encore devant lui.


Comme a dit l'autre : " de la poudre de perlimpinpin"!


Le gouvernement n'est pas du côté des éleveurs mais des arnaqueurs !


Militons, réclamons un système de prix planchers dans toutes les filières ! 


Exigeons une taxe minime sur la grande distribution lorsqu'elle ne respecte pas ses engagements !
Réinstaurons un contrôle des prix par l'État!


Exigeons l'exception agricole française!


#ConsommateursAgriculteursTousTrompés.

 

________________________________________________________________________________________

 


COMMUNICATION.

 

La MSA a soi-disant donné un trop perçu de 340€ en moyenne aux retraités agricoles.


Mais ce n'est pas un trop perçu, car cela équivaut à 75 % du SMIC qui doit être versé aux retraités agricoles depuis la réforme de 2014.


La MSA doit donc assumer ses versements et ne pas réclamer de remboursement.


Question au passage : comment se fait-il que la MSA ait pu versé cette somme alors que l'État lui a ponctionné de l'argent ?

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

 

________________________________________________________________________________________

 

 

La poudrière trumpienne.

 

Nous avions dit dans un texte précédent: aux États-Unis, les présidents se succèdent mais la politique reste la même.


Certes, mais notons ici un changement d'attitude du président états-uniens Trump.


Quel est-il, ce changement ? 

 

Tous les six mois, les États-Unis décident si leur ambassade reste ou non dans l'actuelle capitale d'Israël, Tel-Aviv.


De Bush à Obama, ils avaient opté pour le statu quo.

 

Or M.Trump, non seulement décide de déplacer l'ambassade américaine, mais en plus de reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale officielle d'Israël, de quoi cristalliser la colère des Palestiniens.

En effet, les dirigeants palestiniens revendiquent Jérusalem-Est, occupée puis annexée par Israël en 1967, comme la capitale de l’Etat qu'ils réclament. Israël proclame tout Jérusalem, Ouest et Est, comme sa capitale «éternelle et indivisible»

 

Le Moyen-Orient, plus particulièrement Israël et la Palestine, ont toujours été une source de conflits.
M.Trump risque de faire rejaillir des scènes de combats violents.

 

Lors de sa conférence du 27 novembre 1967 , le Général de Gaulle, connaissant le Moyen-Orient pour ses multiples problèmes, avait pour idée de faire de Jérusalem un territoire neutre, berceau des religions juive, musulmane et chrétienne et par dessus tout de notre civilisation. 

 

Et c'est justement par la représentation de toutes ces religions que Jérusalem doit être décrétée ville internationale placé sous l'autorité de l'ONU, qu'un État arabe et juif doivent être créés.

 

De plus, à Jérusalem, les lieux saints chrétiens sont protégés par la France depuis 1535.


Nous pourrions élargir cette autorité sur les autres religions, de façon à ce que chacun puisse vivre "normalement".


Malheureusement, le message du général de Gaulle n'est toujours pas entendu, puisque 50 ans plus tard, un va-t-en-guerre joue avec le feu.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

________________________________________________________________________________________

 


BILLET ACTUALITÉS.

 

Combattons réellement l'islamisme.

 

Nous avons pris connaissance, il y a deux semaines, de l'accord entre les Forces armées Kurdes, Syriennes, la coalition internationale et daesh. Cet accord a permis l'évacuation des forces ennemies (daesh) de Raqqa vers soit la Lybie, soit vers la Turquie.


La coalition internationale menée par les États-Unis, a vu cette colonne de véhicules transportant 4000 personnes (terroristes et leur famille), sans pour autant la bombarder, car jugeant trop risqué de tuer des civils....

 

La lutwaffe a-t-elle eu un quelconque état d'âme pour les civils lorsqu'elle pillonait les colonnes de réfugiés français, les villes anglaises? 


De même pour l'aviation américaine sur les villes françaises et allemandes ?

 

La guerre, elle doit être menée comme il se doit, l'ennemi doit être éradiqué.

 

Nous pouvons qualifier ce comportement de complicité d'État ! Des centaines, voire des milliers, de terroristes sont en train de revenir sur le sol européen, dont une grande quantité de ‹‹français››, envisageant de nous attaquer lors du ‹‹jour du jugement dernier››, profitant de la vague migratoire où les clandestins déferlent sur l'Europe.


Ces mêmes clandestins qui nous provoquent en occupant des amphithéâtres (Lyon, Reims), des églises (Marseille) ou malmenant nos forces de l'ordre( Calais, Paris) !


Nous demandons urgemment au gouvernement français de prendre ses responsabilités. L'ennemi doit être combattu, sur le plan militaire mais aussi sur le plan politique et judiciaire ! 

 

Nous devons faire face à l'islamisme grâce à ces mesures, que nous proposons (depuis juillet 2016) :
-Abrogation du traité de Schengen afin de réinstaurer un contrôle réel de nos frontières.
-La fermeture définitive de toutes les mosquées salafistes et faire en sorte que les prêches soient en français obligatoires dans toutes les autres mosquées .
-La dissolution de l'UOIF qui n'est que le faux nez des Frères Musulmans et d'autres associations qui ont une quelconque relation avec les salafistes/islamistes.

-L'incarcération immédiate de tous les fichés S de nationalité française dans un lieu isolé,ainsi que leurs soutiens et expulsion des fichés S étrangers. Les Fichés S,complices, soutiens devront être jugés par un tribunal militaire et encourront la peine maximale : prison à perpétuité(jusqu'au bout, une peine doit être purgée jusqu'à son terme).


-L'expulsion et interdiction d'entrée sur le sol national de tous les imams et autres prédicateurs islamistes du style Tarik Ramadan et étrangers prônant la haine.


-Mettre en place une impossibilité de retour (sous n'importe quelle forme) concernant les ‹‹français›› partis dans le camp ennemi(daesh, Al-Qaïda et autres organisations terroristes)

 

S'attaquer aux sites internet (chaînes, vidéos) djihadistes,en les rendant inaccessibles (blocage).

 

Le temps de la niaiserie est terminée, des bombes humaines sont sur notre territoire prêtes à exploser à chaque instant, n'importe où, la passivité est interdite après 5ans d'attentats, enlevant la vie à près de 300 de nos compatriotes.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

________________________________________________________________________________________

 

 

Aéroport Toulouse-Blagnac : le loup est dans la bergerie.

 

En décembre 2014, le gouvernement, avec la prééminence de M Macron, ministre de l'économie à l'époque, avait cédé 49,9% des 60% de la part de l'État du capital de l'aéroport Toulouse-Blagnac à un consortium chinois "Casil Europe",achevèrent le rachat en avril 2015, le reste se partageant entre l’Etat(10,01% restants), la Région, le Département, Toulouse Métropole et la CCI de Haute-Garonne(40%).


À noter que le maire de Toulouse n'avait pas bougé le moindre petit doigt en juillet 2014 lorsque l'État lança son appel d'offres afin de céder 49,99% du capital de l'aéroport, annonçant la couleur d'une privatisation.

 

Depuis cet acte de haute trahison, Casil Europe a voulu asseoir sa puissance. Le consortium a voulu obtenir une modification de la structure du Conseil de surveillance de l'aéroport, composé de quinze membres:
- six représentants de l'actionnaire chinois, 
- deux représentants de l'Etat, 
- quatre représentants de la CCIT, 
- le conseil régional, conseil départemental et Toulouse Métropole disposent chacun d'une voix; une modification qui lui donnerait la possibilité de pouvoir réduire ou augmenter le nombre d'élus qui siègent à ce conseil , dans une fourchette de 3 à 18 représentants.


Mais les élus locaux ont contraint le consortium à ne pas le faire.

 

Mais ils n'ont pas pu empêcher Casil Europe de prélever dans les réserves financières de la plateforme aéroportuaire ( 15 millions en 2016), les actionnaires locaux considérant que les économies n'ont pas vocation à rémunérer l'investisseur chinois, ils avaient même déclaré à l'époque «Qu'il se paie sur le chiffre d'affaires et les recettes de l'année»

 

Octobre 2017, voici M Macron président de la République, et son ministre de l'économie, Bruno Le Maire, prêts à céder la part étatique restante de 10,01% dans le capital de l'aéroport Toulouse-Blagnac ! 


Où se retrouverait cette part? Entre les mains des chinois?! Dès lors l'État ne pourrait plus rien contrôler et un de nos joyaux tomberait encore entre les mains de nos concurrents ?!

 

La grande braderie doit cesser! Nous devons protéger nos atouts, les faire valoir! La France possède d'immenses qualités, valorisons les, exploitons les! Ne les abandonnons pas! 

"La France n'est réellement elle-même qu'au premier rang".

 

Valentin Lagorio, Secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français

 

_________________________________________________________________________________________

 

Dépeçage de la France !

 

Depuis les dernières décennies, nous avons vu des fleurons français passer sous pavillon étranger sans que les hautes sphères ne bougent le moindre petit doigt ! C'est à croire qu'elles n'ont en cure du prestige français !

 

Ce dépeçage se constitue par : 
-l'ex-premier groupe industriel privé de France, Pechiney, spécialiste de l'aluminium avalé par le canadien Alcan qui passe à son tour sous contrôle du géant minier Rio Tinto qui démantèlera Pechiney.
-l'abandon de Florange et d'Arcelor.


-le rachat de Norbert Dentressangle par l’américain XPO Logistics, d’Alcatel-Lucent par le finlandais Nokia,
-le mariage du cimentier Lafarge et du suisse Holcim (sous prééminence zurichoise),
-la vente de la branche énergie d’Alstom à l’américain General Electric ainsi que sa partie transports à Siemens,
 -à l’entrée du chinois Dongfeng dans le capital de Peugeot.

 

Et de nouveau, devant tant de béatitude, un fleuron français basé à Baccarat dans les Vosges, symbole de l'art de vivre français dans la fabrique des articles de table, des objets de décoration et des bijoux se retrouve racheté par le fonds d'investissement chinois Fortune Fountain Capital (FFC), en possédant 88,8% du capital de Baccarat auprès d'entités affiliées à Starwood Capital Group et à L Catterton.

 

 Baccarat a indiqué que cette opération lui permettrait "d'accélérer ses plans stratégiques à l'international et notamment en Asie et au Moyen-Orient tout en soutenant sa croissance dans les marchés développés".

Voilà le problème, l'État n'encourage pas les filières professionnelles, ni ne les valorise! 


La Chine devient maîtresse chez nous, elle a en sa possession le capital de l'aéroport Toulouse-Blagnac,le club Med, achète des terres agricoles !


Et les hautes sphères restent baignées dans l'inertie.

 

Il est temps de réagir !

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________


Rétablissons la vérité ! 

 

Depuis plusieurs semaines, les supermarchés se trouvent en manque de barquettes de beurre !  Les messages fleurissent dans les rayons tels que: « Nos fournisseurs ne sont pas en mesure de nous livrer la marchandise commandée ». 


Français, les supermarchés vous mentent et vous manipulent ! 

 

En effet, les marchés laitiers sont déséquilibrés depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois, à la faveur d’une demande mondiale en forte croissance, notamment venant d'Asie.
Le prix du beurre a augmenté, dû à cette forte demande.


Sur les 8 premiers mois de l’année, les fabrications françaises de beurre sont en repli de 8 % par rapport à 2016. Mais sur cette même période, les exportations ont progressé de 14,4 %. Les industriels valoriseraient-ils donc mieux le beurre à l'international que sur le marché national?! 


Mais il n'y a pas que ce déséquilibre qui entraine cette "pénurie" dans les rayons de supermarchés
Les industriels auraient du mieux payer les éleveurs(le beurre se fait avec de la crème de lait) mais les GMS n'acceptent pas d’augmenter les prix, parce qu’augmenter les prix signifie pour eux une diminution de leurs marges. Elles préfèrent dire qu’il n’y a plus de beurre pour ne pas en acheter. 

 

Nous assistons bien à une manigance entre les transformateurs et les industriels. Et comme d'habitude, ce sont les éleveurs et les consommateurs qui en pâtissent!


D'autant plus, que le prix du lait actuel étant largement en-dessous du coût du production qui est à 510€(pour 1000L de lait);les éleveurs,en masse, arrêtent leur profession ! 

 

Et comme l'éleveur arrête la production, que va faire l'industriel? Il va faire importer du beurre provenant de l'étranger. Cela achèvera notre filière laitière, française par excellence ! 


Monsieur Macron avait promis une juste rémunération des éleveurs, les effets ne sont pas là ! Des éleveurs sont encore payés en dessous du coût de production(290,320,...) !  

 

Le gouvernement doit instaurer une taxe minime sur la grande distribution lorsqu'elle ne respecte pas ses engagements, instaurer un prix plancher à 510€ les 1000L de lait! 
Un peu de bon sens, de courage et de volonté politique ! 

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.
_________________________________________________________________________________________

 

La Politique du contre Patriotisme Économique.

 

Le rapprochement, que nous redoutions, entre Siemens et Alstom a eu lieu, ou plutôt le rachat d'Alstom par Siemens.


Cette société n'est définitivement plus française, sa branche énergie étant rachetée par General Electrics, qui a fait capoter un projet hydraulique, il ne lui restait que le ferroviaire, ce qu'a racheté Siemens.
On nous parle d'un mariage entre les deux, un "Airbus du rail" , ( nous précisons que chez Airbus, basé à Toulouse, il n'y a pratiquement plus rien de français : plus aucun français dans la direction générale, l'État est actionnaire à hauteur de 11%) pour concurrencer la Chine et la Russie, mais comme d'habitude, depuis des années, ce genre de mariage finit par ressembler à une mise sous tutelle pour l'un.


Cette fusion ne garantit rien de bon pour les sites belfortains, surtout si il n'y a pas de compensations.
Nos intérêts économiques doivent être sauvegardés, l'État en est le garant! Pourquoi ne pas avoir fait de fusion entre Thalès et Alstom ?!


De plus, Monsieur le ministre de l'économie, Bruno le Maire,avait promis de sauvegarder les chantiers navals STX, en les nationalisant temporairement, fin juillet.


Monsieur Macron avait révisé le pacte d'actionnaires en faisant part égale entre la France et l'Italie.
Or, ils ont cédé la majorité des chantiers à Fincantieri, pour faire plaisir à l'Italie.
Certes, il y a des conditions, mais ne soyons pas dupes, elles ne seront pas respectées et leur manquement ne sera pas sanctionné.


 Le gouvernement, comme les précédents, est inapte face aux dangers que cette reprise italienne va engendrer. D'abord parce que Fincantieri s'est allié avec le groupe chinois China State Shipbuilding Corporation(CSSC),ce qui est dangereux car cela porte atteinte à notre souveraineté car ce grand groupe étranger va faire main basse sur nos chantiers ! Autre danger,la suppression d'emplois que va certainement provoquer cette reprise puisque Fincantieri a déjà la moitié des services des chantiers de Saint-Nazaire en Italie,et qui plus est, provoquerait aussi des délocalisations vers la Chine.

 

Nous avions demandé au mois de janvier, que le gouvernement pousse le groupe naval DCNS( aujourd'hui Naval Group),spécialisé dans l'industrie navale militaire,l'énergie nucléaire et infrastructures maritimes, afin de racheter les chantiers STX de Saint-Nazaire,pour être actionnaire majoritaire.


Nous réitérons cette demande! Et nous la maintiendrons !


La France possède le deuxième espace maritime mondial,nous ne devons pas perdre nos chantiers navals qui font le prestige de l'industrie navale française qui nous permettraient un fort point d'appui à l'ouest, dans le domaine militaire,notamment !

 

"Ils retournent leur veste, toujours du bon côté", pour paraphraser une certaine chanson.
Les gouvernements se succèdent, la politique de contre patriotisme économique reste inchangée, la souveraineté nationale est bradée, c'est un véritable Munich industriel!

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________


CETA, la mort des élevages français.

 

Cet accord, dont nous avons combattu maintes fois, ratifié par l'UE est très redouté par les éleveurs.
Il y a de quoi, car cet accord entre l'UE et le Canada va mettre à mal nos élevages porcins et bovins, et pire, entraîner de nombreuses faillites.

 

En effet, 65 000 tonnes de viande porcine vont arriver en Europe, pas d'un coup, certes, mais ça aura un véritable impact.

 

Le Canada va exporter ces pièces nobles d'abord, dû au fait que les canadiens mangent beaucoup moins de viande que nous. 


Donc cet afflux va faire chuter le cours du porc  fixé au marché du cadran de Plérin(fixation prix du porc au kilo), déjà en forte baisse(dernière cotation du 21 septembre= 1,29€/kilo, alors qu'il faut minimum 1€50 pour l'éleveur.


Beaucoup d'éleveurs de porcs gagnent très difficilement leur vie depuis l’embargo russe, la demande chinoise leur avait permis de se refaire une petite santé, actuellement elle se tasse.
"Les chinois font la pluie et le beau temps dans nos campagnes", comme m'a dit un éleveur dont je partage l'avis.

 

 

S'agissant de la viande bovine, le Canada va exporter 70.000 tonnes annuelles de viande bovine vers l’Europe sans droits de douanes, et là encore, même problème, le canadien est un gros consommateur de viande hachée, le Canada exportera donc les morceaux les plus valorisés de la carcasse, c’est-à-dire l’aloyau. 


Or ce sont aujourd’hui les pièces nobles issues de ces races qui peinent à trouver leur place sur le marché en France et en Europe car elles valent nettement plus cher que les autres pièces vu la qualité.

Le cours de la viande bovine chutera lui aussi.

 

De plus, nous n'avons pas les mêmes modes de productions avec au Canada, des bœufs élevés dans des parcs d’engraissement intensifs, nourris au soja et au maïs OGM, avec des recours aux antibiotiques comme activateurs de croissance.


L'écart est immense entre le Canada et l'UE, plus particulièrement la France.(cf photo)

 

De même, on n'arrête pas de nous bassiner avec l'écologie, on n'arrête, les agriculteurs avec leurs machines sont constamment pointés du doigt, mais ces denrées vont faire des milliers de km, alors est où le bon sens ici également ?

 

Avec aussi la suppression des droits de douane, le CETA ouvre une période de dérégulation et d’incertitudes pour l’agriculture et l’élevage français.


 Les éleveurs français sont clairs: "Nous voulons des vaches dans les prés, des territoires animés, des écosystèmes préservés, des éleveurs respectés et des citoyens écoutés."

 

Nous demandons la suppression pure et simple de la mise en application provisoire et même définitive de cet accord catastrophique qui va entraîner nos élevages dans le tourbillon de la mort.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________


La calamité migratoire.

 

Pourquoi réagir encore à ce sujet ? Nous avons vu ces derniers jours, que dans le camp de  Grande-Synthe, des migrants ont été interpellés, mis dans des bus, direction l'hôtel à Valenciennes ,sauf que ce dernier était destiné à loger les forces de l'ordre, et qu'elles se sont vu faire déguerpir pour laisser la place à ces Messieurs, alors que ce sont ces mêmes forces de l'ordre qui avaient interpellés ces migrants.

 

Autre fait quasi quotidien, les évacuations de camps de migrants, notamment celui de la porte de la Chapelle. Des bus sont affrétés pour les emmener aux 4 coins de la France, mais ils retournent au point de départ, nous le voyons à Calais.


D'autant plus que des migrants arrivent chaque semaine en provenance d'Allemagne, car ils estiment que l'accueil est mieux en France.


Normal avec un gouvernement "autruchien"(nouveau mot) et laxiste.

 

Qu'est-ce-qu'apporte l'immigration à la France ?


Rien,ni sur le plan économique, ni sur le plan social.


Et comment se-fait-il que les gouvernants ont trouvé des logements,comme par magie pour ces migrants, alors que pour des français exerçant une profession dormant dans leur véhicule parce qu'ils n'ont pas d'autres moyens, n'ont rien obtenu?

 

Alors que faut-il faire?


-tout migrant interpellé pour un fait illégal sur le sol national sera reconduit à la frontière!
-regrouper les migrants illégaux déjà sur notre sol afin d'organiser leur retour de manière progressive !
-tout migrant qui ne voudra pas faire l'effort de s'intégrer sera expulsé.


Pourquoi sommes-nous obligés dans des pays africains de respecter leurs coutumes alors qu'ici c'est nous qui devons se plier à eux?


-aider à développer les pays en voie de développement, pour qu'il puisse être autonome, avoir le propre modèle.

 

Ces mesures demandent du courage politique.


Il faut à tout prix cesser cette gestion calamiteuse qui provoque de sérieux affrontements locaux dans certains endroits, comme le 21 septembre à Grande-Synthe,  où des coups de feu ont été tirés contre les forces de l'ordre.

 

(L'immigration n'est pas réservée au FN, si mon discours était FN j'y serai déjà ! Or je suis gaulliste, chose inconciliable avec le FN)

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français

_________________________________________________________________________________________


L'ÂME DE LA FRANCE MEURT.

 

Nous avions dénoncé la coupe budgétaire dans les collectivités territoriales qui atteint 300 millions €, avec l'annulation de 46,5 millions d'euros sur la politique de la ville, sur la mission "relations avec les collectivités territoriales", 216 millions € sur la dotation d'équipement des territoires ruraux(DETR), donc de l'aide à l'investissement pour les communes de moins de 30 000 habitants, et le fonds de soutien à l'investissement local(FSIL), ces enveloppes censées soutenir les projets d’investissement des petites et moyennes communes des zones rurales.


L'aménagement du territoire d'une manière générale est aussi touché à hauteur de 35 millions.

Début août, Monsieur Macron avait promis de ne pas toucher aux dotations des collectivités territoriales, trois jours après ses propos, il n'a pas tenu promesse tel un politicien de carrière, contrairement au politique qui pense et agit en fonction de l'intérêt général.

 

S'ajoutant à cela, la suppression des contrats aidés.

 
Certaines communes se retrouvent, par exemple, sans agent territorial s'occupant des enfants de la maternelle. Les communes ne peuvent pas financer un tel emploi, d'autant plus que la suppression de la taxe d'habitation n'arrange rien du tout, donc réduction des effectifs, fermeture d'écoles à certains endroits.

Les belles promesses de Macron se sont envolées, ne croyez pas sur lui pour dynamiser les campagnes, n'attendez pas d'avoir une meilleure qualité de réseau téléphone ou internet, c'est tombé dans les oubliettes.

Devant cette perspective médiocre, nous n'allons pas non plus nous réjouir des États Généraux de l'alimentation, sachant que l'atelier 5 concernant le prix rémunérateur pour les éleveurs est dirigé par des industriels, alors que le prix du lait n'augmente pas alors que le beurre frôle les 6000€ la tonne, que le prix de la viande bovine ne permet toujours pas de rémunérer correctement les éleveurs, celui de la viande porcine, tiré à la hausse durant quelques mois par les importations chinoises, a baissé d’une dizaine de centimes le kilo en quelques semaines pour descendre en dessous d'1,40€(dernière référence jeudi 7 septembre :1,37€ le kilo) lorsque les chinois ont importé plus de viande canadienne au détriment des exportateurs européens.

 

Engageons une politique volontariste, chaque territoire de la Nation ne doit pas être mis à l'écart, pour l'agriculture, revenir aux quotas laitiers, des prix planchers dans les filières bovines et porcines (cf communiqué 29 juillet)...

 

SAUVONS NOS CAMPAGNES !

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________

 

L'EUROPEISME AMBIANT.

 

Nous n'avons pas cessé et nous ne cesserons pas de combattre le déclin macroniste.
Monsieur Macron traite ces opposants de "fainéants, cyniques et extrêmes", comment peut-il encore gouverner si il n'aime pas son peuple? 


Il n'en a cure du peuple, "ces gens qui ne sont rien", comme il dit si bien. Il est assoiffé de pouvoir, rempli d'orgueil et de lâcheté.

 

Monsieur Macron veut renforcer la zone euro avec un budget et un ministre des Finances, ainsi qu'un parlement, souhaite des listes transnationales aux élections européennes, tout cela, dit-il " pour retrouver la force d'une souveraineté qui ne soit pas que nationale".

Non, nous disons non.


Chaque pays doit présenter des listes avec des candidats nationaux.


De plus, un pays, comme la France, doit être souverain, et pour qu'il soit souverain, il faut qu'il puisse battre sa monnaie, chose qu'il ne fait plus depuis 2002, parce que des décideurs ont décidé de brader la France comme une vulgaire serpillère, la laissant aux mains des ambitions germanos-américanos-bruxelloises.

La seule politique économique capable de pouvoir redresser le pays, se fera avec une monnaie nationale, promouvoir les métiers manuels, l'apprentissage et les formations, accompagner ceux en réorientation, valoriser les filières professionnelles.


Un point crucial, la directive des travailleurs détachés qui a fait couler beaucoup d'encre. Nous demandons de supprimer cette directive pour obliger les entreprises, faisant appel à de la main d'œuvre européenne, de payer leurs charges sociales en France, une simple baisse de charges,qui certes s'impose pour retrouver notre compétitivité, ne pourra pas éviter l'appel à la main d'œuvre étrangère, tant à l'échelle locale sur nationale !

 

Le chantre de leur nation européenne doit prendre fin, la dernière grande opposition fut celle incarnée par Philippe Séguin, Charles Pasqua, notamment contre Maastricht, ces hommes de valeur ne sont, hélas, plus, nous, héritiers, allons continuons leur combat !

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________

 

Police de proximité ? Oui mais...

 

Le ministre de l'intérieur, avec l'appui du président, a annoncé le retour de la Police de proximité d'ici la fin de l'année. 


Mais il a omis de dire avec quel budget, quels effectifs, quels matériels et quelles missions.

La police de proximité est, certes, importante face à la délinquance, au banditisme et à la menace terroriste, elle peut renforcer les liens entre la population et les forces de l'ordre.

 

Mais, dans les territoires perdus de la République, les zones de non droits, les équipes ne risquent-elles pas encore d'être prises à partie,leurs commissariats, déjà vétustes, visés ? 


Et lorsque ce sera le cas, le gouvernement va-t-il comme le précédent, qualifier les auteurs de "sauvageons", et équiper les policiers de tenues innufigees, d'extincteur d'incendie ?


Les postes de Police ont été fermés dans ces zones, inutile d'en remettre.


Nous ne pouvons pas laisser envoyer les policiers,de nouveau ou encore, à l'abattoir.
Pourtant,il faut réinvestir ces quartiers, que l'ordre républicain soit rétabli.

 

Mais comment faire ?


Cela demande des effectifs sur la voie publique donc un effort budgétaire mais aussi un effort d'organisation. 
Ce que les policiers craignent, c'est que le gouvernement prenne des effectifs de ci et de là, et les mette un peu partout pour constituer cette police de proximité.

 

Messieurs des hautes sphères attaquez vous au vrais problèmes avant de nous sortir des solutions de substitutions qui ne serviront à rien!

Les vrais problèmes :
augmenter les effectifs, les policiers attendent toujours les milliers de postes promis, 
un matériel, un équipement et des locaux adaptés à la situation, avec un budget conséquent,
une justice forte avec des peines méritées pour chaque type de délit, délinquance, etc de façon à ce que la confiance renoue entre les forces de l'ordre et le système judiciaire.

 

Uniquement et seulement après cela, nous pourrons parler d'une police de proximité.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________

 

Une trahison gouvernementale.

 

Les États Généraux de l'alimentation(EGA), visant à garantir un prix décent pour le producteur, ne sont qu'une pure mascarade.


En effet, l'État va notifier le 1er août à la Commission européenne du transfert de 4.2% des montants des crédits du premier pilier de la PAC, qui concerne les aides à la production, vers le pilier qui regroupe des dispositifs de soutien ciblés pour aider les zones difficiles ou encore l'agriculture biologique.


Ce qui représente une perte de 200€ pour l'agriculteur !!!!

 

Cette décision fait des émules au sein du monde agricole.


Ce transfert ira-t-il vraiment au bio, ou seulement aux zones défavorisés (montagnes)? Et inversement. À qui profite-t-il le premier pilier? Aux grands céréaliers comme certains s'exclament? Donc peut-on craindre leur opposition ? 


Bien sur que le bio a besoin d'aides, surtout les jeunes et ceux en conversion.


Mais il ne faut surtout pas que le monde agricole se divise, encore plus que d'habitude.

 

À l'heure où les producteurs ramassent les miettes devant la grande distribution qui se fait la part belle sur le dos des producteurs, où les laiteries, qui sont en mesure de payer 400€/1000L, refusent d'augmenter le prix payé à l'éleveur, où les éleveurs bovins se font pressés comme des citrons face à un prix trop faible, où les producteurs de fruits se retrouvent avec beaucoup d'invendus, on peut dire que cela constitue une trahison gouvernementale extrêmement grave.

 

L'État est prêt à sacrifier notre monde agricole pour une ardoise de 850 millions d'euros, il ne tient pas, une fois encore, ses engagements !

Mais, il y a encore quelque chose, le maintien à 10% du paiement redistributif. Il s'agit d'une aide qui s'ajoute aux paiements "de base" et qui valorise les productions à forte valeur ajoutée ou génératrices d'emploi, notamment pour les petites fermes et familiales.

Il est clair que les agriculteurs ne peuvent pas vivre seulement que d'aides, il leur faut un prix garanti. N'est-ce pas l'objectif initial des EGA? Malheureusement, Paris sonne le glas de notre monde agricole.

LES 12 MESURES URGENTES:                                   
-Imposer une régulation de la production de volumes à échelle européenne et rétablir un prix garanti pour mettre fin à la concurrence déloyale, notamment, en révisant les marges des produits entre transformateurs et agriculteurs(la suppression des prix garantis et des quotas par pays a favorisé les exportations étrangères déstabilisant toutes les filières). 
 -retour des quotas laitiers pour réguler la production de lait en Europe et faire                             coïncider le volume de l’offre globale en produits laitiers avec celui de la demande sur les marchés.   Chaque pays a le droit de produire un volume basé sur sa production antérieure, de sorte qu'il n'y ait plus de concurrence déloyale en Europe.
-Mettre en place le Programme de Responsabilisation face au marché ( PRM) demandé par l'European Milk Board (EMB).
Explications:
Sur une base d'un indice sur 100, basé sur les  coûts de production, sur le prix du lait, l'indice doit rester à 100.
Le PRM ne se fait qu'en période de crise:
Mise en oeuvre en 3 phases:
1)alerte rapide(chute de l'indice de 7,5%), on lance un premier à: attention surproduction donc il y aurait intérêt à baisser sa production pour retrouver un équilibre sur le marché.
Durée 2/3 mois, on regarde l'état de l'indice, si il repart sur 100, c'est bon chacun recommence comme avant, si il continue de baisser, on passe à la deuxième phase.
2)crise(chute de l'indice de 15%), dans ce cas, il faut baisser la production, faire des interventions avec les stockages privé et public. Et si ça continue de descendre....
3) Réduction obligatoire(chute de 25%), pour toutes les exploitations, une​ période de référence qui serait basé sur les deux dernières années antérieures pour voir si ils ont baissés ou pas, ceux qui ont continué à augmenter lors des deux alertes paient une pénalité au dessus du prix du lait qui sera redistribué à ceux qui ont baissés, principe du bonus malus.
Nous avons les instruments, le financement peut se faire par le fonds de crise européen.

Ce système permet de garantir, sécuriser, pérenniser une production de lait de qualité, aussi bien pour les éleveurs que industriels, comme ça, plus forts, ils pourront faire pression sur la grande distribution.
-Instaurer une TVA sociale pour réduire les charges qui pèsent sur le coût du travail et pour redonner ainsi de la compétitivité au secteur productif, qui permettrait une répercussion sur les salaires.
-suppression des cotisations sociales pesant sur les exploitations et mettre en place une taxe minime sur la grande distribution.


-lutter contre le dumping social en supprimant la directive des travailleurs détachés
-rétablir une Politique Agricole Commune(PAC) régulatrice et équilibrée. 
-Arrêter le mise au norme, allègement des charges sociales

créer un système de paiement allant de l'éleveur au GMS.
-renouer avec la Russie pour qu'enfin l'embargo cesse.
-promouvoir le <fabriqué en France> avec un meilleur étiquetage des produits.
-refus des accords du CETA et du TAFTA pour préserver nos terroirs.

 

Valentin Lagorio, Secrétaire national

 

_________________________________________________________________________________________

 

Courriel envoyé au maire de Sablé sur Sarthe.


Monsieur Joulaud.

 

C'est avec un immense effroi et une profonde colère que j'apprends que vous avez entrepris la destruction de l'église de votre commune, Sablé-sur,-Sarthe, un monument digne d'intérêt pourtant,  pour y construire un parking. 

A l'heure où notre pays est menacé dans sa cohésion, ainsi que son identité culturelle, l'Histoire se doit d'être un élément de notre ciment national. Toucher, ainsi à un pan de notre Histoire est totalement criminel, tout aussi criminel que de s'attaquer à la tombe du général de Gaulle, le 27 mai dernier.

En effet,une église est une pièce de l'Histoire, un symbole de la France qui a baigné pendant 15 siècles de Christianisme. 
Je suppose que vous avez préféré détruire l'église, plutôt que de la rénover, jugeant cela moins onéreux sans doute.

Monsieur mesurez-vous l'ampleur de votre décision ? 
C'est comme si Paris décidait de détruire la Tour Eiffel, symbole de Paris, par la destruction de votre église, vous avez détruit un symbole de votre commune !
Allons-nous voir désormais les maires détruire les monuments aux morts?!

Recevez mes salutations !

 

Valentin, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.

 

_________________________________________________________________________________________

 

Lettre envoyée au parquet de Châlon-sur-Saône.

 

Madame,Monsieur,

 

Je vous contacte pour une affaire qui s'est produite dans votre département il y a plus d'un mois, à laquelle j'avais vivement réagis à l'époque et dont personne n'a eu d'indications, de quelconques réponses. 

Le 20 mai dernier, un éleveur bovin, du nom de Jérôme Laronze, a été abattu par deux gendarmes.  
Reprenons les faits: le11 mai, l'éleveur subit un contrôle sanitaire des inspecteurs des services vétérinaires de la Direction départementale de la protection de la population (DDPP) qui se rendent dans sa ferme, accompagnés de forces de l’ordre. 
Selon les premiers éléments de l’enquête, Jérôme Laronze «fonce» alors avec son tracteur sur les gendarmes, avant de prendre la fuite.

Il sera retrouvé le 20 mai, par un homme le reconnaissant, puisque Jérôme Laronze faisait l'objet de fiches de recherches. C'est sur un chemin de terre que Jérôme Laronze aurait foncé sur les deux gendarmes, qui ces derniers ont ouvert le feu, le blessant mortellement. 

C'est sur ce point précis que j'aimerais,que nous aimerions, que la lumière soit faite. Et nous sommes résolus à l'obtenir. 
Sachez que Jérôme Laronze ne s'est jamais opposé au contrôles mais a été harcelé par une administration qui s'est acharnée contre lui aux seules fins de lui faire cesser son exploitation. Il n'a également pas foncé sur les gendarmes puisque les tirs mortels étaient des tirs latéraux et à l'arrière de son véhicule.

A l'heure où notre agriculture française est plongée dans une tourmente sans fond,causée par la baisse des prix, des charges énormes, il est plus que de votre devoir d'éclaircir cette affaire, qui reflète la détresse du monde paysan face à des contraintes grandissantes. 

Je vous prie d'agréer,Madame,Monsieur, l'expression de mes sentiments distingués. 

 

Valentin Lagorio, secrétaire national chargé de l'agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________

 

IInexpérience gouvernementale.

 

Quelle époque insoutenable ! Une époque où les politiciens ont succédé aux réels politiques de la génération précédente, et qui ne savent rien.

Lors d'une intervention télévisée pour annoncer la rentrée du gouvernement, le premier ministre n'a pas su donner les indications nécessaires sur la politique qui sera donné, ni des chiffres.
C'est une totale aberration de voir un premier ministre,qui doit diriger la politique gouvernementale, ne rien savoir et se justifiant par "je ne suis pas un surhomme".
Cela montre l'inexpérience du camp macroniste composé d'opportunistes.

De plus, le président, qui était en déplacement en Europe centrale, a déclaré :" les Français n'aiment pas les réformes".
Si ils les aiment, nous les aimons, mais uniquement lorsque celles-ci sont nécessaires et vont dans le sens de l'intérêt général.
Les Français, ce vieux peuple qui a traversé tant d'épreuves, sont humiliés, déshonorés.

En Pologne, il a humilié le pays en lui reprochant de ne pas durcir la directive sur les travailleurs détachés, que la Pologne "ne représentait en rien un cap pour l'Europe".
L'arrogance présidentielle a encore frappé, la Pologne, amie historique de la France,ne le sera certainement plus.
Mais ce que j'observe également dans cette affaire, c'est le silence assourdissant de l'Allemagne, la dirigeante.
N'est-ce pas elle qui profite des travailleurs détachés ? Elle n'a pas des contrats avec la Pologne, notamment sur les sous-marins ?
Ceci explique son silence.
Que fera donc Macron sur cette directive? Se coucher devant la Pologne et l'Allemagne-si elle sort de ses gonds-? 
Affaire à suivre.

Nous avions prévenus, alertés pendant des mois sur le danger macroniste, tels des Cassandre.
Le danger macroniste : humiliation,la déconfiture de la société,un suicide social, la chute de la France achevée.
Ces fameux 26000€ de maquillage, en était-ce vraiment ou du camouflage pour cacher qui il était vraiment ?

Nous continuerons à défendre la France, la torche que nous portons contient la flamme de la résistance, nous ne la déposerons seulement lorsque la France aura retrouvé sa grandeur.

 

Valentin Lagorio, Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________

 

Scandale alimentaire : une politique courageuse s'impose.

 

Ces dernières semaines, nous voici confrontés à un nouveau scandale alimentaire, sur les oeufs, possédant un contaminant chimique, le fipronil.


L'épicentre de ce scandale alimentaire se trouve aux Pays-Bas.


Une trentaine de pays est touchée dont la France.


La France, avec ses normes contraignantes qui écrasent nos éleveurs, une législation forte n'arrive même pas à contrôler ses importations, un contrôle pourtant vital lors d'un scandale alimentaire qui touche l'UE qui, celle-ci, joue avec notre santé avec sa loi de la jungle(dérégulation, plus de contrôles).

 

De plus, pourquoi sommes nous obligés de nous fournir chez nos concurrents alors que nous avons suffisamment et abondamment d'élevages de poules en France ? 


La réponse est simple : les industriels,la grande distribution, voyant le coût de la main d'oeuvre moins cher à l'étranger, vont se fournir chez nos concurrents.

 

Ensuite, l'État a enfermé les éleveurs dans un piège en leur promettant, bonheur avec un modèle fondé sur l'agri-industrie avec des fermes industrielles, sur l'autel de la dérégulation.


Or voici ce que ce modèle nous coûte, la sécurité alimentaire.

 

En France,chaque année, un Français consomme 220 œufs en moyenne.


Selon les chiffres de 2015, étude la plus récente, avec 14,7 milliards d'oeufs produits, notre pays maintient sa place de premier producteur européen d'œufs.

 

La philosophie agricole à adopter serait « Libre pour gagner, réguler pour ne pas perdre ».


Pour nourrir l'humanité il faut une volonté politique considérable à l'échelle mondiale.


L'avenir de l'agriculture française doit se construire avec des exploitations familiales et vivrières (la terre est faite pour produire de quoi nourrir les hommes).
 
L'État doit entreprendre une politique consistant à bannir les insecticides toxiques pour les remplacer par des insecticides naturels.


Ils existent, faisons en sorte de les développer, ne cédons pas devant Monsanto, le géant des produits toxiques qui imposent aux éleveurs de se fournir chez lui.


L'État ne peut pas tout mais l'État peut mieux faire.

 

Mais encore faut-il que l'État accorde de l'importance à notre monde agricole, placé en voie de disparition.

 

Valentin Lagorio, Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________


"Il faut terroriser les terroristes"(Charles Pasqua)

 

Une énième attaque terroriste a secoué la France, en prenant pour cible une nouvelle fois nos militaires.
Nous leur souhaitons un prompt rétablissement et nous réaffirmons notre soutien indéfectible !

 

L'opération Sentinelle est un paratonnerre, la foudre islamiste s'abat systématiquement.


Il fait revoir les règles d'engagement qui sont trop restrictives et le manque de personnel rend le personnel fatigué par des heures de travail excessifs.


La voie publique ainsi que les services publics  doivent rester aux Forces de l'Ordre.

 

Le gouvernement actuel n'est ni préparé face au retour des djihadistes, 270 sont déjà revenus, ni de lutter contre ceux qui sont déjà implantés sur le territoire national.

 

Comment faire face? En ayant des muscles, du courage, le sens de l'intérêt général, ce qui manque cruellement à nos gouvernements depuis une quarantaine d'années.


L'action, qui doit toujours être liée à la parole se définit par ces mesures:

Abrogation du traité de Schengen et réinstaurer un contrôle réel de nos frontières.

 

La fermeture de toutes les mosquées salafistes.

 

La dissolution de l'UOIF, faux nez des Frères Musulmans et autres associations qui ont une quelconque proximité avec les salafistes/islamistes.

 

L' expulsion et interdiction d'entrée sur le sol national de tous les imams et autres prédicateurs islamistes du style Tarik Ramadan et étrangers prônant la haine, l'obscurantisme et l'intolérance.

 

L'incarcération immédiate de tous les fichés S de nationalité française dans un lieu isolé, expulsion des autres( le terroriste qui a frappé aujourd'hui était en situation irrégulière, pourquoi n'a-t-il pas été expulsé ?).

Des prêches en français obligatoires dans toutes les autres mosquées.

 

Mettre en place une impossibilité de retour (sous n'importe quelle forme) concernant les français partis dans le camp ennemi(daesh, Al-Qaïda et autres organisations terroristes)

Et enfin s'attaquer aux sites internet djihadistes.

 

Voilà ce qu'il y a donc à faire, mais trouveront-ils le courage pour mettre en place ces mesures qui sont quand-même simples ?


Faisons confiance à nos forces armées, de l'ordre et de sécurité !

 

Valentin Lagorio, Secrétaire national
_________________________________________________________________________________________

 

Concernant, la polémique sur Sentinelle, j'y mets mon grain de sel.

 

Un engagement de l'État est nécessaire, et même mieux,pour lui, de sortir du politiquement correct, car pour nos gouvernants enlever Sentinelle serait un échec.


Mais, ne remettant pas absolument les militaires en cause, ceux qui déjouent les attentats sont la DGSI, la DGSE, les soldats de la nuit.

 

Voici ce que nous proposons :

 

1)Forces de l'ordre:
La voie publique, est du ressort des forces de l’ordre, c'est-à-dire la police, nationale et municipale, la gendarmerie. Il leur faut donc des moyens supplémentaires, humains et matériels, rapidement.

 

2) appui des sociétés privées :
Réflexion faite, les sociétés de sécurité privée sont non négligeables pour aider nos forces de l'ordre, dont les employés sont déjà nombreux et très actifs, par exemple dans des établissements recevant du public(stade de foot), des événements publics(manifestation, festival). 

 

3)les militaires en état d'alerte:
En revanche, nos militaires ne peuvent plus et ne doivent plus être présents dans les rues comme c'est le cas actuellement. Donc, nous pourrions mettre en place des unités en alerte  prêtes à intervenir sur un évènement particulier pour apporter un appui, si il y a une attaque. Un peu comme les antennes Raid et BRI.

 

4)les réservistes en action :
Ensuite et c'est un point qui a déjà été soulevé et qui fait grincer des dents, mais j'y suis fortement favorable car j'ai confiance en ces Hommes: permettre aux anciens,encore aptes, des forces de l’ordre, des forces militaires, d’être armés lorsqu'ils sont en civils, de façon à apporter un appui puissant sur le terrain au cas où il y aurait une attaque.

 

Valentin Lagorio, Secrétaire national
_________________________________________________________________________________________

 

BAS LES MASQUES UNE BONNE FOIS POUR TOUTES !

 

C'en est terminé des personnes qui disent que le gaullisme est de droite ! 


En effet, le porte parole du clan Les Républicains, déclare:" il faut que la droite française pense à une sixième République".

 

Or, nous réaffirmons les 4 piliers du Gaullisme :
-indépendance nationale et souveraineté populaire.
-RESPECT DES INSTITUTIONS DE LA CINQUIÈME RÉPUBLIQUE.
-Le rassemblement des Français par-delà les clivages politiques.
-L'association capital-travail.

 

Tout Gaulliste doit défendre l'esprit de la Cinquième République, à qui il faut redonner un souffle en remettant le quinquennat, en rétablissant le chef de l'État en chef de la Nation et non d'un clan.


Nulle nostalgie, c'est le seul mode politique capable de diriger la France convenablement à notre époque.

Il est donc évident que la droite n'est pas Gaulliste et ne l'a JAMAIS ÉTÉ.


Si le Gaullisme était de droite, aurions-nous​ eu les Vallon, Capitant, Chaban, Malraux? Non!

 

Et nous réaffirmons que le macronisme est le contraire même du Gaullisme, car le macronisme est rempli d'opportunistes, d'affairistes, quant au Gaullisme, lui est confectionné d'Hommes qui ont le sens de l'intérêt général et de la Patrie dans leurs tripes.

 

Le Gaullisme, c'est la France, ce n'est pas la droite, ce n'est pas la gauche.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français.
_________________________________________________________________________________________

 

Contexte international irritant.

 

C'est un des sujets brûlants dans le contexte international.


Nous sommes désormais habitués aux provocations de la Corée du Nord, concernant le tire de missiles. Ce pays joue constamment avec le feu, attention que l'incendie ne se propage pas avec le président des États-Unis assoiffé de la toute​ puissance de son pays.


Nous avons affaire à deux hommes ivres de pouvoir, lequel des deux est imprévisible ? Pouvons-nous entamer un dialogue avec la Corée du Nord ? 

 

De plus,nous assistons à un regain de tensions entre les États-Unis et la Russie.
Encore une fois, le congrès américain vote des sanctions économiques contre la Russie.
Monsieur Trump avait promis un rapprochement avec la Russie, mais aux États-Unis, nous le savons,les années passent, la politique reste la même.


Une décision surprenante, l'Union Européenne se dit prête à réagir face aux décisions américaines, disant vouloir sauvegarder ses intérêts économiques..... Est-ce un trompe-l'oeil ? Nous le verrons.

Mais quoiqu'il en soit,la France ne doit pas voir la Russie comme un ennemi, comme une menace envers elle,mais plutôt comme un partenaire économique et un allié dans la lutte contre le terrorisme.
Monsieur Macron, avait accueilli le Président Poutine à Versailles au mois de mai.


Était-ce le début d'un rapprochement ? 


Seul l'avenir le dira, mais cet avenir est entaché d'un dossier encore brûlant : l'Ukraine.
Ce conflit s'enlise depuis 2ans, entre l'armée ukrainienne et les rebelles pro-russes qui ont proclamé les Républiques de Donetsk et Lougansk(Est de l'Ukraine) pour pouvoir coopérer avec la Russie.

J'avais déjà alerté sur ce conflit et dit clairement le protocole nécessaire à mettre en place pour arriver à mettre un terme à cette guerre:
-Respect des accords de Minsk= plus aucun combat.

-Que la France mette d'accord l'Allemagne, l'Ukraine, la Russie (les 4 pays signataires des accords de Minsk) pour mettre en place un référendum pour que les ukrainiens choisissent entre la partition( ce qui semble inévitable au vu de la situation) de l'Ukraine ou une Ukraine indépendante.

 

La solution viendra du peuple et non de Washington qui chatouille la Russie à ses frontières. L'issue inévitable semble être la partition car en Ukraine, l'Ouest est pro-européen et l'Est pro-russe.


Mais chacun campe sur ses positions et les nouvelles sanctions américaines ne vont rien arranger.

La Syrie est aussi un point sensible. Ici, il faut éradiquer daesh, et laisser ensuite le peuple se prononcer si il veut encore ou non de Bachar-Al-Assad.


En aucun cas, ce doit être les Occidentaux qui doivent régler le sort de la Syrie, mais ils peuvent y participer.

 

Mais si la France veut porter sa voix dans le monde, il est vraiment temps qu'elle sorte de l'OTAN, c'est ce que nous, Les Gaullistes, réclamons depuis le retour de la France dans cette organisation, initiée par Nicolas Sarkozy en 2009.


Notre pays ne doit plus être le caniche des États-Unis.

 

Valenti Lagorio, Secrétaire national
_________________________________________________________________________________________

C'est la Police qu'on assassine.

 

Le gouvernement prévoit 526 millions d'euros d'économies prévues au ministère de l'Intérieur : les policiers sont inquiets.


Il y a de quoi, car si il y a moins de dépenses, où seront les matériels et effectifs nécessaires contre le terrorisme et la crise migratoire ?!

 

Nouvelle annonce, le gouvernement a décidé de rompre les contrats de réservistes dans la Police Nationale.


C'est la Police qu'on assassine.


En effet, en pleine période d'État d'urgence, les réservistes permettaient un petit coup de pouce aux actifs.
Bien sûr, il est mieux d'employer des actifs mais lorsque vous êtes en sous-effectif, il est bien d'avoir l'aide des réservistes.

 

Les économies vont plus vite à faire que les recrutements, l'envoi de nouveaux matériels,la rénovation des commissariats.

 

Après l'Armée, c'est à la police qu'on porte un coup de poignard.

Comme tout bon banquier, il regarde la dépense et on choisit de mettre en difficulté  volontairement la police !!! 
 Par contre dépenser l'argent du contribuable pour faire des cérémonies en grande pompe à Versailles pour ne rien dire, là personne ne regarde pas trop.

 

Un coup de poignard porté à nos Armées.

Pour trouver 5 milliards d'euros pour arriver à un objectif de 3% de déficit, le gouvernement a décidé de taper sur notre armée.


Bercy veut couper 850 millions d’euros de crédits au ministère des Armées, qui devra financer les surcoûts des opérations extérieures.

 

C'est un réel cataclysme financier pour les forces françaises. 


On peut dire que chaque coup porté à nos armées est un coup porté à notre souveraineté mais aussi à une certaine idée de la France. 


Nous sommes bien loin les promesses des premiers jours, bien loin de l'effort prévu à "l'horizon" 2025. 

Par cet acte, l'incompétence du chef des Armées se montre, c'est notre défense qui est visée et c'est donc notre souveraineté qui est impactée et par la même une certaine idée de la France.

 

Nous sommes résolument contre cette coupe des dépenses du budget de la défense, qui représente à notre sens une mutilation de nos armées, une atteinte à notre sécurité, à notre certaine idée de la France.

Et dire que l'incompétent chef des Armées va montrer son grand sourire devant nos militaires ce vendredi 14 juillet, jour de fête nationale !

 

Valentin Lagorio, Secrétaire national au RPF

_________________________________________________________________________________________


Le retour d'une écotaxe déguisée.


La politique du gouvernement devait être marquée par des baisses d’impôts. 
Mais, étonnamment, celles-ci sont reportées et le gouvernement annonce,implicitement, un matraquage fiscal avec l'augmentation de la CSG, des impôts fonciers (propriétaires).


Dans un entretien donné dans « Les Echos », Elisabeth Borne, ministre des transports, reconnait que les 10 milliards d’euros consacrés aux infrastructures qui ont été annoncés, l’ont été sans être financés.
C'est dont pourquoi la ministre évoque la possibilité pour les régions, d’expérimenter une taxe sur les poids lourds pour financer les infrastructures de transport.

 

Alors à quoi servent l'augmentation sur le gazole,du prix aux péages​ sinon à financer les infrastructures ?

Tout ceci rappelle la funeste écotaxe qui mit le feu à la Bretagne en 2013. 


Cette taxe a failli faire couler des milliers de TPE,PME, même si les faillites, entraînant les licenciements, étaient déjà nombreuses, à l'époque où  les heures supplémentaires ont été défiscalisés, le retour à cette écotaxe, même déguisée, constituerait une double peine fiscale pour les entreprises.

 

Cette nouvelle taxe serait très défavorable à une région comme la Bretagne. Ce n'est pas une région de transit, vu sa localisation géographique, mais une région dans laquelle l’exportation de ses produits dépend pour beaucoup du transport routier et de son coût.

 

Il est impératif que les présidents de régions s'opposent à cette écotaxe déguisée,pour défendre le secteur routier français, en proie à une distorsion de concurrence et à un dumping social.

 

Valentin Lagorio, Secrétaire natonal au RPF

_________________________________________________________________________________________

 

 

MIGRANTS...


L’opération à la porte de la Chapelle qui a consisté aujourd'hui à réduire un campement sauvage de migrants  en les répartissant dans de multiples sites de la région parisienne peut se comprendre sur le plan de la santé publique, de l’hygiène.


Mais cette opération est le meilleur moyen pour qu’ils s’égarent dans la nature et ne puissent plus être contrôlés.
 
Et qu'est-ce qui n'empêcherait pas de revoir se reconstituer un camp au même endroit dans les semaines,mois, à venir comme c'est le cas à Calais(la jungle se reforme peu à peu)?

Les migrants, non conformes aux​ règles, doivent être expulsés du territoire national et ramenés dans leur pays d'origine.


Il est évident que les migrants en mer doivent être sauvés, mais ils ne doivent pas être amenés en Europe, c’est se faire complice des organismes mafieux en Libye avec le soutien d’un certain nombre d’ONG dont les motivations et les objectifs sont plus que douteux. 
Il est impératif que lors des sauvetages en mer soient ramenés ces migrants en Libye, et si besoin est, avec une intervention militaire pour forcer les autorités libyennes à cesser ce petit jeu, contrôler les frontières, éliminer les mouvements mafieux.
 
Ces décisions sont les seules responsables, même si nombre d’associations qui se prétendent défenseurs des migrants pousseront des cris d’orfraie. Mais en réalité, ces dernières utilisent la misère humaine à des fins idéologiques dans le but de promouvoir leur organisation.

Une autre politique s’impose afin d’éviter des affrontements et la montée de la xénophobie préjudiciable à la paix civile.


Qui osera clairement annoncer et entamer cette politique du retour?

 

Valentin Lagorio, Secrétaire national au RPF

_________________________________________________________________________________________

 

APPEL AU RASSEMBLEMENT DES GAULLISTES.

 

Des politiciens utilisent le Gaullisme à des fins de clientélisme, à des fins personnels, depuis tant d'années.
Nous rappelons les quatre valeurs fondamentales du Gaullisme :
-l'indépendance nationale et la souveraineté populaire (droit des peuples à disposer d'eux-mêmes).
-respect des institutions de la 5ème République.
-la participation (association capital-travail).


-le rassemblement des Français par-delà les clivages politiques.

 

Voilà ce dont un Gaulliste doit se référer afin de continuer le combat politique. Beaucoup ​trop de politiciens le travestissent. Le Gaullisme a une vocation universelle et porte l'homme au coeur de ses valeurs.

C'est pourquoi nous ne jetterons les armes seulement lorsque la France retrouvera sa puissance, son rayonnement dans le monde.


Les Gaullistes doivent se rassembler, c'est pourquoi j'appelle les Gaullistes à rejoindre:
- le Rassemblement du Peuple Français,la maison historique des Gaullistes, 
-et l'Union du Peuple Français, mouvement Gaulliste, pour continuer le combat,l'espérance ne doit jamais disparaître.

 

La flamme du Gaullisme n'est pas prête de s'éteindre.

_________________________________________________________________________________________

 


APPEL AUX ADHERENTS DLF ET ANCIENS DLF.

 

Nicolas Dupont-Aignan(NDA), après avoir pactisé lors des élections locales de 2014 avec le mouvement d'extrême droite de Jacques Bompard et soutenu Robert Ménard,  après avoir mené une campagne présidentielle ultra droitière, lors du second tour de l'élection présidentielle, il a rallié le parti de Marine Le Pen, franchissant donc le Rubicon qui sépare gaullistes et frontistes. 

 

Depuis, une vague de départs est survenue au sein de Debout La France(DLF), à la suite de ce ralliement. Un groupe de revanchards, s’entêtent désormais à constituer un nouveau mouvement politique: Union Nationale Citoyenne. 


Mais ces personnes savaient depuis des années ce que tramait NDA avec les nouveaux arrivants tels Jean-Philippe Tanguy, Maxime Thiébaut, et personne n'a bougé le petit doigt. Ce n'est pas une attitude très gaullienne.....

 

Cela nous rappelle le MNR de Mégret qui avait emporté 60% des cadres du FN en 1999 à la suite d'un désaccord profond avec Jean-Marie-Le-Pen, président à l'époque du Front National. Il a fait 2.34% en 2002 à la présidentielle pendant que Le Pen se qualifiait au second tour. C'est le même sort qui attend l'UNC.

Le recours ne viendra pas de cadres déçus qui sont en manque de reconnaissance. La création d'une autre organisation politique ne fera que disperser les voix qui profiteront au pouvoir en place. 

 

L'Union du Peuple Français(UPF) et le Rassemblement du Peuple Français (RPF) sont désormais les deux seuls mouvements capables d'incarner l'unité nationale. Le gaullisme a déjà fait ses preuves par le passé, il a sauvé la France de l’abîme de 1940, il a redonné au pays ses puissances économique, militaire, diplomatique, aujourd'hui perdues. Le gaullisme s'efforce de démontrer les solutions aux problèmes rencontrés par notre pays, le gaullisme va au-delà de l'obstacle, il prépare l'avenir avec au cœur de ses valeurs: l'humain.

 

C'est pourquoi, nous, l'UPF et le RPF, appelons tous les gaullistes sincères qui se sentent trahis, blessés et profondément déçus par l'attitude de NDA, à nous contacter, à nous rencontrer et à se rassembler pour reconstruire ensemble notre famille politique, le gaullisme, qui aujourd'hui est, une fois de plus, la seule capable de relever la France !

 

Valentin Lagorio, secrétaire national au RPF.

_________________________________________________________________________________________

 

       

Les intérêts français toujours sacrifiés.

 

Le consortium chinois Casil Europe qui possède la moitié de l'aéroport de Toulouse, donné par Macron en 2015, veut éliminer le  contre-pouvoir public.


En effet, l'assemblée est constituée de 6 représentants de l'actionnaire chinois, de 2 représentants de l'État, de 4 représentants de la CCIT, tandis que le conseil régional, le conseil départemental et Toulouse Métropole disposent chacun d'une voix. 


Casil Europe veut avoir la possibilité de pouvoir réduire ou augmenter le nombre d'élus qui siègent au conseil de surveillance,ce qui constitue une véritable menace pour la minorité de blocage pour les élus de proximité.
Nous verrons quelle sera la décision des 2 représentants de l'État !

Justement l'État, après avoir privatisé les #aéroports de #Toulouse, #Lyon et #Nice, le gouvernement et Vinci vont privatiser #Roissy et #Orly.


En 2013, Vinci avait racheté 4,7% du capital d'ADP(Aéroports de Paris) à l’État qui avait réduit sa participation de 60% à 51.


L'État sera-t-il prêt à céder toute sa part? Nous verrons, en tout cas, l'action se fera sous le mandat de Macron le libéral.

 

L'État, la culture et le patrimoine tombent en lambeaux. Nous, gaullistes, voulons la restauration d'un État fort capable de sauvegarder les intérêts français sur le territoire métropolitain, dans les DROM et à l'étranger.

 

Valentin Lagorio, secrétaire national au Rassemblement du Peuple Français.

_________________________________________________________________________________________

Attaque terroriste en Angleterre

 

Encore une attaque terroriste avec comme arme une camionnette répendant la terreur dans le coeur de Londres.


Hélas, de nouveau en Angleterre et pour la deuxième fois de l'année dans la capitale anglaise.

Quand ces politiques vont comprendre qu'il existe une 5ème colonne islamiste, un front intérieur,et qu'il faut agir très vite et non pas simplement commenter les faits?!


Les moyens utilisés sont-ils efficaces ? 


La coalition internationale lutte-t-elle vraiment contre le terrorisme islamiste ?


Depuis 2001,dix ans après la fin de la guerre froide, nous sommes dans une nouvelle forme de guerre, une guerre sans nom où chaque objet : véhicule, couteau, machette..devient une arme de guerre.

Tout est à revoir, à remodeler, nos forces de l'ordre, notre arsenal juridique,mais quel décideur politique aura le courage de le faire ?!

 

Il est inutile de dire que nous sommes compatissants avec le peuple anglais, mais ces messages doivent cesser, nous ne nous résignerons pas!


Valentin Lagorio
Secrétaire national

 

_________________________________________________________________________________________


Au secours : On brade encore !

 

La cristallerie Baccarat, fleuron français, est un fleuron perdu. Elle faisait partie de l’identité nationale, de « l’excellence à la française » !

 

Crée en 1764, cette cristallerie était déjà, à l’époque, la réponse à la concurrence déloyale : « Sire, la France manque de verrerie d’art, et c’est pour cela que les produits de Bohême y entrent en si grande quantité ». Elle est désormais bradé aux chinois.

 

Des solutions existent ! Mais ces fédéralistes comprendront-ils un jour qu'il faut protéger nos entreprises en établissant un patriotisme économique intelligent et un investissement sur le long terme ?

 

Valentin Lagorio
Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________

 

Une certaine idée de la France attaquée.

 

Aujourd'hui 27 mai 2017, le jour national consacré à la Résistance, à des hommes et des femmes qui ont combattu fermement et patiemment l'ennemi pour libérer le sol de France,la tombe de leur chef, le Général de Gaulle, a été profanée.

 

Lorsqu'un ou des individus sacagent la tombe du Général de Gaulle, en cassant la croix  installée sur sa tombe, c'est bien pour faire comprendre qu'il s'agit d'une attaque symbolique contre notre République, la liberté  que ce grand homme représentait et contre la France.

 

Le délitement de la société entraîne de graves troubles,laisse gangréner l'islamisme, et où les grands personnages de l'Histoire de France ne sont plus respectés,mais avec le président actuel qui représente l'anti France absolu, ce n'est pas surprenant.

 

Certains voudraient tuer le Gaullisme, il est invincible ! Que le ou les auteurs se cachent, nous les traquerons!

 

HONNEUR ET FIDÉLITÉ AU GÉNÉRAL DE GAULLE !

 

Valentin Lagorio
Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________

 

Plus d'UE, moins de France

 

L’annonce de la composition du gouvernement d’Edouard Philippe ne met plus de doute sur la politique qui sera menée par le nouveau président.

 

Le renouveau n'était que de façade,la jeunesse peu présente, M. Macron a délégué les ministères à des européistes béats, qui vont dissoudre plus douloureusement​ la France dans l'entité supranationale qu'est l'UE.

 

Ce gouvernement gaucho-centriste(le 1er ministre peut être de droite, cela a été fait pour enclencher un nouveau paysage politique), dans une ligne politique libérale, européiste,va ainsi continuer une politique anti souverainiste, en se soumettant à Bruxelles.

Ne croyez pas les discours manipulateurs,  Macron n'est ni gaullien, ni gaulliste, il représente le centre gauche avec une politique libéraliste, c'est l'anti thèse même du Gaullisme,le Gaullisme qui est la seule voie d'avenir pour la France.

 

Nous appelons les Français, où qu'ils se trouvent, à nous rejoindre pour combattre, pour faire vivre les idéaux Gaullistes toujours d'actualité, et faire vivre la France !

 

Valentin Lagorio
Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________

 

 

Paysans à bout

 

 

En septembre 2016, les grandes et moyennes surfaces (GMS), ont signé une charte "Cœur de Gamme" qui encadre la production des animaux (uniquement des races à viande) tenant compte des coûts de production (matériel, prix des matières premières) et des modes de production (maturation de la viande, poids et âge de l’animal, race à viande...), prenant ainsi deux engagements : approvisionner les rayons boucherie au minimum à 50% de race à viande, c'est-à-dire moins de vaches laitières réformées, et payer mieux les producteurs au coût de production(Il est de 4,45 à 4,70 € le kilo mais Leclerc, par exemple, continue de se référer au prix du marché, c’est-à-dire 3,70 € le kilo.)

 

Mais la crise laitière(prix bas, fin des quotas) et les ventes importantes de vaches de réforme impactent les cours bovins.


Les éleveurs de lapins sont également impactés par la baisse des prix.


L'élevage porcin se redresse timidement grâce à la Chine, mais nous savons que ce ne sera pas éternel !

Tous les secteurs de l'agriculture française sont impactés, les paysans le disent eux-mêmes :" les gens ne veulent plus d'agriculture !",des mesures fortes et urgentes s'imposent :                              
-Imposer une régulation de la production de volumes à échelle européenne et rétablir un prix garanti pour mettre fin à la concurrence déloyale, notamment, en révisant les marges des produits entre transformateurs et agriculteurs(la suppression des prix garantis et des quotas par pays a favorisé les exportations étrangères déstabilisant toutes les filières). 


 -retour des quotas laitiers pour réguler la production de lait en Europe et faire coïncider le volume de l’offre globale en produits laitiers avec celui de la demande sur les marchés. Chaque pays a le droit de produire un volume basé sur sa production antérieure, de sorte qu'il n'y ait plus de concurrence déloyale en Europe.
-Instaurer une TVA sociale pour réduire les charges qui pèsent sur le coût du travail et pour redonner ainsi de la compétitivité au secteur productif, qui permettrait une répercussion sur les salaires.
-suppression des cotisations sociales pesant sur les exploitations et mettre en place une taxe minime sur la grande distribution.


-lutter contre le dumping social en supprimant la directive des travailleurs détachés
-remettre à plat le système de paiement (il faut aller de l'éleveur au distributeur)
-rétablir une Politique Agricole Commune(PAC) régulatrice et équilibrée. 
-Arrêter le mise au norme, allègement des charges sociales
-renouer avec la Russie pour qu'enfin l'embargo cesse.


-promouvoir le <fabriqué en France> avec un meilleur étiquetage des produits.
-refus des accords du CETA et du TAFTA pour préserver nos terroirs.

 

Les paysans n'en peuvent plus, c'est une minorité méprisée, mais qui n'est pas méprisable !

 

Valentin Lagorio
Secrétaire national

 

_________________________________________________________________________________________

 

 

 Rien ne change, politique anti terrorisme inerte.
 
Nous sommes de nouveau confrontés au terrorisme islamiste comme en témoigne l’attentat de Manchester dont le bilan est très lourd(plus de 20 morts et plus de 50 blessés).

Le peuple français exprime son total soutien au peuple anglais, son voisin, son ami, dans cet événement tragique.
Nos pensées se tournent vers les familles des victimes.

Néanmoins, nos politiques ne trouvent toujours pas la réponse pour combattre ces barbus islamistes qui se dissimulent, faisant penser à une 5ème colonne frappant où elle veut, quand elle veut.
 
L'autre danger qui arrive est le retour des djihadistes sur le sol national.
Leur idéologie doit être éradiquée, les mosquées salafistes, prêchant la haine, fermées et leurs soutiens avérés expulsés.

En matière de politique étrangère, la France doit cesser de suivre la aveuglément la politique américaine et d'être contre la Russie.
Hélas, le nouveau Président de la République reste sur la ligne de son père politique François Hollande, sauf peut-être sur la position de la Russie, au vue de la réception de Vladimir Poutine lundi à Versailles....nous verrons...

De plus, pourquoi traiter encore avec l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie qui ont apporté une aide, directe et indirecte, aux islamistes en armes et financements, alors que ce sont ces mêmes islamistes qui commettent des attentats en Europe.

 

Il est plus qu'urgent que la France retrouve son indépendance pour défendre ses intérêts.

 

Valentin Lagorio
Secrétaire national

________________________________________________________________________________________

 

Syrie, la poudrière.

 

Au lendemain d'une attaque chimique en Syrie faisant au minimum 70 morts(hélas chiffre incertain) et des centaines de blessés, l'ONU, en tête les États-Unis et la France,  pointe du doigt le pouvoir syrien.
Mais selon certains éléments, le gaz utilisé par l'armée syrienne c'est le chlore/chlorin, hier le gaz utilisé c'est le gaz sarin que daesh utilise! 


Alors pourquoi pointer, tout de suite, du doigt Bachar Al Assad? Oui Assad bombarde une partie du peuple, les sunnites(la Syrie est en proie à une guerre civile depuis 2011).


Les experts militaires sont formels : une bombe chimique explose à hauteur du sol, alors pourquoi voit-on des cratères ? Pourquoi Assad aurait-il eu besoin de cette attaque chimique alors que son armée remporte eu terrain, facilement grâce à son armement !?

 

Mais, restons prudents, l'équilibre, déjà très fragile, de la paix peut basculer.


M.Trump n'exclut pas une intervention militaire en Syrie et des mesures unilatérales,ce que M.Obama n'a pas voulu,si l'ONU échoue....Quelle sera la réaction de la Russie? Elle continuera à soutenir Assad mais fera-t-elle pression sur lui pour qu'il arrête d'attaquer la population syrienne,si tenté que ce soit lui derrière.
Allons nous repartir en terrain de guerre froide, sachant que Trump a changé d'avis concernant M.Assad?

Nous le disons, la solution est politique,pas militaire !


C'est le peuple syrien qui décidera, scellera le destin de la  Syrie ! Pas les occidentaux ! La Libye ne leur a pas suffit ? Il faut que la France retrouve sa place dans le concert des nations et puisse peser de nouveau !

 

Valentin Lagorio

Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________

 

Un État lâche !

 

Après tant de fleurons français passés sous pavillon étranger,en voici un autre qui a été bradé: les chantiers STX de Saint-Nazaire,détenu majoritairement par le groupe sud-coréen STX offshore,avaient été mis en vente en octobre 2016. 


Fincantieri en est devenu majoritaire (55%). 

 

Le gouvernement est inapte face aux dangers que cette reprise italienne va engendrer. D'abord parce que Fincantieri s'est allié avec le groupe chinois China State Shipbuilding Corporation(CSSC),ce qui est dangereux car cela porte atteinte à notre souveraineté puisque c'est  un grand groupe étranger qui fait main basse sur ces chantiers ! 


Autre danger,la suppression d'emplois que va  provoquer, les salariés le disent eux-mêmes, cette reprise puisque Fincantieri a déjà la moitié des services des chantiers de Saint-Nazaire en Italie,et qui plus est, provoquerait aussi des délocalisations vers la Chine.

L'État socialiste abandonne les chantiers navals STX de Saint-Nazaire, fleuron français qui emploie 7000 salariés.
L'État continue la désindustrialisation de la France, n'a aucune vision de l'avenir. Finir son mandat dans 3 semaines n'est pas une excuse valable pour ne pas garantir les intérêts de la France.
Le gouvernement est resté inapte ! Il aurait pu, nationaliser (même temporairement​) ou faire pression sur le groupe naval DCNS,spécialisé dans l'industrie navale militaire,l'énergie nucléaire et infrastructures maritimes, pour relancer les négociations afin de racheter les chantiers STX de Saint-Nazaire,pour être actionnaire majoritaire à hauteur de 51%

La France avait des intérêts, des profits à gagner sur ces chantiers.
La France possède le deuxième espace maritime mondial en ZEE, nous n'aurions pas du perdre ces chantiers navals qui ont fait le prestige de l'industrie navale française qui nous permettaient un fort point d'appui à l'ouest, un magnifique porte sur l'Atlantique, dans le domaine militaire,notamment !

 

Valentin Lagorio

Secrétaire national
 

_________________________________________________________________________________________
 

Recep Erdogan, le nouveau Calife.

 

Erdogan a gagné son référendum (51,5%),d'une courte majorité mais avec d'énormes conséquences, visant à renforcer ses pouvoirs comme par exemple la suppression du poste de premier ministre pour laisser place à un super président...ou dictateur.

 

Recep Erdogan,après avoir fait une purge importante contre ses opposants après la tentative de coup d'État, apparait désormais comme l'homme fort d'un Islam émanant des idées des Frères Musulmans.

Il utilisera cette victoire pour peser sur les communautés turques en Europe, auxquelles il  a sommé de ne pas s'intégrer.


Recep Erdogan a déclaré également "qu'aucun européen ne pourra marcher tranquillement​ dans la rue".
Il incite donc clairement à nous tuer, de plus que sur les 800 000 Turcs résidant en France, 65%(environ 650 000) ont donné leur confiance au nouveau Calife Ottoman. Ce sont donc des individus à surveiller de très près comme les 16  393 radicalisés en France !

 

La Turquie reste une puissance importante dans le bassin méditerranéen mais Recep Erdogan va servir de son nouveau califat pour étendre sa puissance.


Cet homme menace le continent européen, des mesures fortes sont à exiger et prendre :

-Interdire toute activité politique turque sur notre territoire national. Notre souveraineté ne se brade pas à des dictateurs. 

 

-Interdire toute activité politico-religieuse d'associations turques qui sont en contradiction avec nos principes républicains.

 

Ce dictateur menace l'équilibre de la paix sur le continent européen, d'autant qu'il peut rompre le contrat avec l'UE et laisser vagabonder des milliers de Turcs sans visas.
Il faut un vrai courage politique, qui manque encore en France.

 

Valentin Lagorio

Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________


Acte terroriste à Paris

 

Une fois de plus le territoire national est touché par le terrorisme. Ce soir, à Paris aux Champs-Élysées, un terroriste tire sur un fourgon de police, tue un policier, en blesse deux autres et une passante(selon un dernier bilan), avant d'être abattu.

Cette nouvelle attaque terroriste nous prouve que la menace terroriste islamiste plane sur la France à chaque instant.
Il faut s'habituer en le combattant et ce n'est pas avec ce gouvernement qui préfère laisser à l'abattoir les français et s'occuper de sa place, qui va entamer une réelle guerre, avec notamment ces 8 mesures que je prône :

-suppression de la double nationalité.
-fermeture des mosquées salafistes et autres prêchant la haine.
-renvoi des étrangers ne respectant pas les codes de société française.
-mettre fin à Schengen, retour aux contrôles permanents des frontières.
-expulsion immédiate de TOUS les fichés S et radicalisés dans leur pays d'origine.
-réguler l'immigration. C'est à dire: lutter contre l'immigration clandestine mais réguler,contrôler l'immigration économique.


-donner les moyens nécessaires aux forces de Police, de Gendarmerie, et militaire.
Les militaires doivent avoir des ordres clairs, comme intervenir sur un lieu où se déroule une attaque.
-établir une coalition entre les pays arabes de la région, avec le soutien de la "coalition internationale, pour combattre efficacement daesh et enrayer sa progression en Afrique.

J'adresse un soutien sans faille aux forces de l'ordre. Toutes mes pensées vont vers les familles et proches des victimes.

 

Valentin Lagorio

Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________

Londres meurtrie.

 

Londres, Ces attaques terroristes interviennent un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles ! C'est leur manière de fêter, de dire" on est toujours là".


Stoppez l'immigration TEMPORAIREMENT tant que daesh, ses hommes, n'ont pas été éradiqués!
Nous avions prévenu qu'accueuillir des milliers de migrants permettrait à daesh de s'infiltrer, daesh avait même prévenu qu'il le ferait, on a vu le 13 novembre 2015, d'où venaient les terroristes !

 

À QUAND LE COURAGE POLITIQUE ?!
FRANÇAIS RÉVEILLEZ-VOUS !


Les journalistes, les politiciens vous mentent !


Orly, le Louvre, n'ont pas été revendiqués, mais ces hommes ont agi parce qu'ils sont dans l'idéologie de daesh.

 

C'est comme un parti(pas d'autre exemple de comparaison): adhérents et sympathisants. Les adhérents(soldats comme daesh les appelle) qui font des attaques, c'est revendiqué( Nice, 13novembre), quand ce sont des sympathisants, c'est pas revendiqué(Valence, Métro Paris).
Donc, les attaques, elles sont nombreuses, en France et ailleurs !

 

L'ennemi est clairement identifié : les musulmans radicaux, les salafistes, qui font partie des 30% des musulmans en France qui se soumettent à la loi du Coran et non aux institutions.

Londres touché par la 5ème colonne islamiste !

Plein soutien au peuple anglais !

 

Valentin LAGORIO

Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________

 

APPEL À LA JEUNESSE DE FRANCE QUI SERA EN MESURE DE VOTER CETTE ANNÉE ET DANS LES PROCHAINES ANNÉES.

 

C'est l'un de vos confrères qui vous parle !
Jeunesse de France, c'est à toi qu'appartient la lourde tâche de redresser le pays.
Et de quelle manière ? En allant voter dans un mois, mais en allant voter dans votre intérêt et dans celui de la France ! 


Voulez vous continuer avec ceux qui ont tout ruiné depuis 1970 ou entamer un sérieux renouveau ?
Jeunesse de France, n'écoute pas les bobards que peuvent dire certaines personnes de ton entourage, forge toi, réfléchis par toi-même.


Mais dis toi que la France ne veut plus de la gauche, de la droite, et que les extrêmes ne sont jamais une solution pour elle, et que l'hypocrisie macronienne est un poison pour la France! 
JEUNES DE FRANCE, RÉVEILLEZ LE PATRIOTISME QUI M'ENIVRE, MOI VOTRE CONFRÈRE, qui vous demande de faire vos preuves et de prouver que la jeunesse, que la France,ne sont pas perdues !

 

Valentin LAGORIO

secrétaire national

 

_________________________________________________________________________________________

 

 

C'est quoi la proportionnalité de MÉLENCHON ?

 

Mr Mélenchon,
Il s'inspire du programme du PC des années 80 avec le régime des 32h et le régime des salaires plafonnés !
Il veut garder cette Europe supranationale avec un système étatiste. Il n'a finalement jamais été patriote car pour lui la France n'existe que depuis 1789 car à cette époque la France était unifiée.... l'est-elle aujourd'hui Mr Mélenchon ?! Ce n'est pas parce qu'il y a eu plusieurs royaumes, empires que la France n'existait pas avant 1789! Mr Mélenchon insulte la France comme Mr Macron !


Et pour lui, la France n'a pas de racines culturelles. Relisez vos cours d'histoire, et vous apprendrez que la France fait partie de la civilisation chrétienne! Clovis, Charlemagne, Jeanne d'Arc, vous les oubliez au profit de qui?! Croyez-vous que la France aurait une culture et traditions chrétiennes si elle n'était pas "la fille aînée" du Vatican ?!

 

Sa sixième République c'est Mettre en place un «régime parlementaire». Les partisans de la VIe république veulent rééquilibrer les pouvoirs exécutifs et législatifs. D'après eux, le Parlement doit opérer un contrôle permanent du gouvernement, avec des moyens renforcés. 


C'est en fait un retour à la 4eme République avec ses magouilles.

 

Et dans cette 6ème République, qui sera le chef? Un premier ministre en vrai patron du gouvernement et un président effacé. C'est donc un régime parlementaire classique, que l'on trouve par exemple en Allemagne, en Italie ou en Pologne, où le chef du gouvernement est issu de la majorité au Parlement. Donc le chef serait un chef de parti et pas de la Nation!

 

Ce serait donc un régime «primo-ministériel» qui peut présenter un risque de blocage, le chef de l'exécutif étant tributaire de l'humeur de la majorité. On en reviendrait à la valse des présidents du Conseil sous la IVe République. D'où la proposition de Jean-Luc Mélenchon, qui se dit «partisan d'un régime parlementaire très stable: on ne peut démettre un gouvernement que si on peut le remplacer par un autre. Dans ce système, le président aurait des fonctions de représentation et d'incarnation de la patrie mais tout le pouvoir serait dans les Assemblées».

 

C'est donc un retour à la 4ème République et à ses plus tonitruantes magouilles.

Alors, préférez vous un régime stable et fort qui consulte les Français pour les sujets capitaux en respectant la parole du peuple ( ça c'est la vraie cinquième République), ou l'anarchie totale ?!


Il faut que la vraie Cinquième République retrouve son état originel : un mandat présidentiel au-dessus de celui législatif, le chef de l'État doit être le chef de la nation et non le chef d'un parti !


Où une justice ne doit pas gouverner, où les pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire doivent être distinct !
Et enfin, préférez-vous un chef de la Nation et non d'un parti qui soit élu directement par vous,comme c'est le cas depuis 1965,  qui vous consulte pour savoir si vous lui accorder sa confiance ou le régime des magouilleurs?

 

Valentin LAGORIO

Secrétaire national

_________________________________________________________________________________________

Élevages Français : acte de mort ?

 

Aujourd'hui, le parlement européen a ratifié le CETA, traité de libre échange entre l'UE et le Canada tant contesté par les peuples européens. Mais comment faire comprendre cela à ces technocrates, bureaucrates ? C'est inutile ! Que comporte le CETA ? Suppression des droits de douane, tribunaux d'arbitrage qui permettront aux multinationales d'attaquer en justice les États qui se protégeront et préserveront leurs intérêts. 

 

Le Canada importera en moyenne 50 000 tonnes de viande bovine et porcine,alors que nous ne pourrons en importer 12 000. Le parlement européen a donc voté son application provisoire, qui provoquera les mêmes effets qu'une application totale.

 

Les filières bovine et porcine françaises sont menacés de disparition! Les éleveurs bovins Français veulent des vaches dans les prés, des territoires animés, des écosystèmes préservés, des éleveurs respectés et des citoyens écoutés.

 

Et eux à Bruxelles, à Paris que veulent-ils? Leur mort! La seule solution est de sortir de l'UE ET reformer l'Europe des patries et des peuples !

_________________________________________________________________________________________

Stop au laxisme gouvernementale.

 

Le 2 février dernier, un regrettable accident s'est produit lors d'une interpellation à Aulnay sous bois. Un jeune a été possiblement violé par un policier. Mais où sont les véritables preuves de ce présumé viol? Certainement pas la vidéo d'un témoin qui ne montre qu'une simple arrestation.

 

Que la justice fasse son travail, efficacement, et urgemment, car cet événement gangrène la violence,le désordre, orchestrés par une horde d'émeutiers banlieusards qui pillent, sacagent, détruit le mobilier urbain, agresse, blesse nos forces de l'ordre, dans quel but? Justice pour ce Théo ?

 

Ce n'est pas comme ça qu'il l'aura ! Allons nous assister à l'épisode de 2005 !? Avec des politiques impuissants à faire régner l'ordre, de plus en plein état d'urgence, si tenté qu'il y en ait un, qui ont perdu tout courage, enivrés par une lâcheté déconcertante.

 

J'affirme, et ceux qui sont d'accords se rallieront à moi, mon plein soutien aux forces de l'ordre, et ce n'est pas un" regrettable accident "qui me fera perdre toute l'estime et le soutien que j'ai pour eux.

 

Valentin LAGORIO

Secrétaire national

La France vient de gagner une grande bataille. L’ile de Tromelin reste entièrement française !

La France vient de gagner une grande bataille

 

L’ile de Tromelin reste entièrement française

 

Sur le pont depuis ce matin pour défendre selon nos capacités l’ile de Tromelin et l’unicité de la République, nous sommes heureux d’apprendre la nouvelle : Suite aux coups de boutoirs donnés contre le projet, le Gouvernement vient de décider de retirer le projet de loi qui aurait permis la ratification d’un accord de co-gestion de l’ile signé par Mitterrand et qui avait été adopté par le Sénat ancienne mouture

Nombre de députés de la nation sont montés au créneau, les signataires du papier ci dessus, dont Philippe Folliot dont nous connaissons les combats pour nos territoires d’Outre Mer et nos eaux territoriales. Mais citons aussi le combat de Monsieur Lelouche, autre député de la nation, toujours présent, lorsqu’il s’agit de TOM de COM


Jacques Myard, Président de CNR tentait d’obtenir un temps de paroles pour défendre la France Une et Indivisible

 

Grand merci à notre chargée des affaires extérieures, qui ne dort plus depuis le début de cette affaire. Merci à tous ceux qui ont oeuvré à la défense de la souveraineté de la France

 

Vive la République et vive la France

 

Nous aurons une belle réunion jeudi, avec de belles nouvelles à commenter

 

Henri Fouquereau

Secrétaire général du Forum Pour la France

président du CD du R.P.F

 


La Victoire de Tromelin.

 

Le gouvernement a décidé de supprimer le vote du traité de cogestion, initialement prévu demain, devant la grogne parlementaire des députés de l'opposition, notamment Jacques Myard et Philippe Foliot.

C'est une victoire pour la France, car sa souveraineté, maritime, était en jeu, et cela aurait constitué une énorme erreur de brader une parcelle de ce territoire,qui permet à la France de posséder le deuxième espace maritime mondial! 

 

Mais jusqu'à quand cette menace sera présente !? Nous sommes et resterons vigilants quand à notre souveraineté maritime et nationale ! En aucun cas, un territoire ne doit être abandonné !

 

Valentin Lagorio

Secrétaire National

O cruelle crise...agricole !

 

Nous sommes en 2017,qu'est-ce qui change pour nos paysans ? Rien,toujours rien,nos politiques les abandonnent,sur l'autel de l'UE,la brade,et aucun candidat n'en parle de cette crise,pourtant très importante,car il faut rappeler que l'agriculture est une économie qui rapporte énormément à l’État,rappelons-le.
Le secteur laitier,est toujours aussi impacté par cette crise engendrée par la fin des quotas laitiers par pays,au nom de la libre concurrence,décidée en 2010,exécutée en 2015. Parallèlement, la chute des cours de la viande bovine a été accentuée par une trop grande offre suite à une augmentation du troupeau laitier en Europe. Cette augmentation amène plus de vaches de réforme vers les abattoirs et plus de jeunes bovins mâles vers les ateliers d’engraissement. Pour le porc,même tendance.


Par quoi cela est-il provoqué ? L'UE,toujours l'UE, qui prolonge ses sanctions économiques depuis 2 ans contre la Russie,et là encore pour six mois,et qui,la Russie,en retour a mis en place un embargo sur nos produits agricoles,volailles et produits laitiers en tête. Ils n'ont pas du tout mesuré l'ampleur de leurs décisions, surtout que c'est la France de Hollande et l'Allemagne de Merkel qui les décident ! Ajoutons que notre pays  continue de mandater la Commission européenne pour négocier des accords de libre échanges avec plusieurs pays et groupes de pays alors que l’agriculture européenne est généralement sacrifiée dans ce type de négociation au profit des firmes qui font du lobbying à Bruxelles,pensons au TAFTA et au CETA,qui ce dernier sera voté par le Parlement Européen le 2 février prochain.


Nous venons d'apprendre que des milliers d'agriculteurs sont menacés de disparition sous l'effet de la robotisation et numérisation. Pour faire plaisir à Bruxelles sans doute !


De plus,nous étions le deuxième exportateur mondial derrière les États-Unis, nous sommes passés au cinquième rang derrière le Brésil, l'Allemagne et les Pays-Bas.


Sur 400 000 fermes françaises,20 000 vont fermer cette année et n'oublions pas qu'un agriculteur se suicide tous les 3 jours !


Parce que nos gouvernants bradent notre souveraineté alimentaire,conformément aux ordres de Bruxelles,notre agriculture est en danger,exigeons l'exception agricole française !

 

Valentin Lagorio

Secrétaire national à l'agriculture

Hommage à Pierre Lefranc. 

 

Voilà maintenant 5 ans, que le fils spirituel du Général de Gaulle est parti le rejoindre:Pierre Lefranc. Pendant la seconde guerre mondiale,il apprit le 20 juin 1940 qu'un certain Général de Gaulle avait lancé un appel à la résistance sur la BBC le 18 juin. Il participa à la manifestation sur les Champs-Élysées le 11 novembre,il aimait raconter ce jour où il fut blessé par une grenade et placé en état d'arrestation, à la santé puis à Fresnes. Libéré au bout de six mois, il gagne la zone libre, et contribue à fonder le réseau de Résistance Liberté, avant de gagner l'Espagne et Gibraltar, où, après un séjour de quelques mois ( novembre 1942 -mai 43) dans les prisons de Franco. il rencontre pour la première fois, le 30 mai 1943 le général de Gaulle, qui l'accueille en ces termes : « Vous en avez mis, du temps, à venir ! Il nous reste beaucoup à faire. ».

 

Pierre Lefranc fera partie de la BCRA,services secrets de la France libre. Après la guerre,restant fidèle au Général, il intégrera le RPF,de 1947 à 1951 sera conseiller municipal de Brive-La-Gaillarde. En 1958,lorsque le Général de Gaulle entra à l’Élysée,il fut chargé de mission de 1959 à 1961 puis conseiller technique à la présidence jusqu'en 1963,c'est lui qui fut chargé de diriger la campagne présidentielle de 1965 du Général. Il fut l'un des instigateurs de la géante manifestation gaulliste du 30 mai 1968,dont une formidable réussite poussera Malraux à lui dire:<Maintenant, Lefranc, vous pouvez aller à la pêche...> Il crée également, à cette occasion, les Comités pour la Défense de la République (CDR), qu'il préside jusqu'en mars 1969. Apprenant la mort du Général le 10 novembre 1970,il s'entretient avec Pompidou pour les dispositions testamentaires.

 

Quelques mois plus tard,avec Malraux, ils fondèrent l'institut Charles de Gaulle,qui deviendra dans les années 90 une fondation. En 1973, Pompidou avec lequel le courant ne passe plus depuis longtemps, comme pour la plupart des barons du gaullisme, le démissionne finalement de la présidence de la Sofirad,dont il présidait depuis 1965. La même année, il fonde la revue L'Appel, destinée à être une tribune pour les « gaullistes de conviction » il finira par s'éloigner du bord politique pour se consacrer à l'institut,mais ça ne l’empêchera pas de critiquer les politiques de Chirac et de Sarkozy. Pierre Lefranc,le dernier baron du Gaullisme est parti dans l'au-delà,puisse-t-il nous guider dans la tache rude qui nous attend,celle de reconstruire la France, nous ne le trahirons pas,nous le ferons pour lui,lui,qui a dit de ne jamais perdre espoir et de rester fidèle à ses convictions et de continuer à les porter.

 

Valentin Lagorio

Hommage à Philippe Séguin

 

Voilà maintenant 7 ans,que le guépard du Gaullisme Social s'en est allé,avec ses convictions,sa force de persuasion. Philippe Séguin était un homme qui ne ménageait pas ses mots,il était clair,franc,direct,un homme qui à la fois faisait rire,mais surtout,faisait peur,trembler. Chacun gardera en mémoire ses coups de gueule légendaires,dans l’intérêt de la France. Pour Séguin,la France représentait beaucoup de choses,et elle représente toujours quelque chose !

 

Philippe Séguin fit des études dans une université d'histoire,puis se tourna vers des études politiques(sciences po) et enfin arriva au sommet:l'ENA. Sa carrière politique fut mirobolante : député des Vosges de 1978 à 1986,maire exemplaire d’Épinal(1983-1996),de 1986 à 1988, il fut ministre des Affaires Sociales et de l'Emploi, de 1993 à 1997,président de l'Assemblée Nationale,dont il marqua de son empreinte,comme Jacques Chaban-Delmas,dont Philippe Séguin désignera comme président d'honneur de l'Assemblé Nationale,le 12 novembre 1996.

 

Il était depuis 2004, premier président de la Cour des Comptes,jusqu'à ce que la mort vienne lui frapper le 7 janvier 2010. Ce qui nous marqua tous, c'est le tandem qu'il forma avec Charles Pasqua pour réveiller le RPR, pour réveiller les valeurs gaullistes au sein de ce mouvement. C'est en 1992,qu'il combattit avec force et persévérance le traité de Maastricht,dans lequel il dénonçait les menaces d'une monnaie unique et d'une Europe allemande,que nous connaissons actuellement.

 

Visionnaire,grand orateur de la Vème République,au service de la France, célèbre pour ses emportements,Philippe Séguin est parti dans l'au-delà,puisse-t-il nous guider dans la tache rude qui nous attend,concernant l'Europe, nous ne le trahirons pas,nous le ferons pour lui,lui, Philippe Séguin qui a tant souffert(défaite à la mairie de Paris en 2001) et tant donné,pour la France et les Français.

 

Valentin Lagorio

Secrétaire national

François Fillon héritier de Philippe Séguin ?

 

 

Françaises, Français,

 

Certains croient toujours que le candidat de la droite,François Fillon porte en lui l'héritage du brillant et l'extravagant Philippe Séguin, croyez moi, il n'en a plus rien,et ce, dès 1993. C'est à dire, au lendemain du combat contre le traité de Maastricht,engagé par Séguin,Pasqua...et un certain François Fillon. Ceux qui ont entendu le discours extraordinaire de Philippe Séguin se souviennent,doivent se souvenir que Séguin dénonçait une monnaie unique et la menace d'une Europe allemande,que nous connaissons actuellement. Séguin disait:<D'autant qu'à force de vouloir faire cette intégration à tout prix, on va finir par faire l'Europe allemande plutôt que de ne pas faire l'Europe du tout!>, que l'UE était une<oligarchie d'experts,de juges,de fonctionnaires,de gouvernants>,prenant,<au nom des peuples,sans en avoir reçu mandat,des décisions dont une formidable conspiration du silence dissimule les enjeux et minimise les conséquences>,et:<Enfin,et je souhaite insister sur ce point,la normalisation de la politique économique française implique à très court terme la révision à la baisse de notre système de protection sociale, qui va rapidement se révéler un obstacle rédhibitoire, tant pour l'harmonisation que pour la fameuse « conver­gence » des économies>. Et Fillon,que veut-il ? Un renforcement de la zone euro,donc une continuation de la mise sous tutelle des Nations, et donc des peuples,ceci est bien loin de la vision d'un Gaulliste social...et l'Allemagne,que compte-t-il faire avec ? Certainement se coucher comme tous les autres depuis 2005 ! Bref,Fillon,pour qu'il fut Gaulliste social,il lui manqua deux choses:qu'il fut gaulliste et qu'il fut social. Fillon n'est plus séguiniste depuis 1993,année où il est entré au gouvernement de Balladur,(il était un ministre zélé),dont la politique était qualifié de <Munich Social> par...Philippe Séguin,ce qui est aussi la définition exacte du programme économique de Fillon,qui,SI il est élu président,conduira la France vers le désastre,comme les politiques des années 1930 !
 
Valentin Lagorio
Secrétaire national

La lâcheté gouvernementale

 

Après tant de fleurons français passés sous pavillon étranger,en voici un qui est en passe de le devenir. Les chantiers STX de Saint-Nazaire,détenu majoritairement par le groupe sud-coréen STX offshore,avaient été mis en vente en octobre 2016. Depuis 3 repreneurs se sont fait voir : le constructeur italien Fincantieri,le néerlandais Damen et le groupe naval français DCNS.

 

Or,hier,un seul repreneur a été retenu:Fincantieri. L’État,en octobre, s'était opposé à une quelconque reprise de ces chantiers navals par un groupe chinois,et avait même songé de devenir l'actionnaire majoritaire.

Alors qu'en est-il aujourd'hui ? L’État avait promis de s'opposer à une reprise chinoise...et italienne non?Que fait-il ? Rien,le gouvernement est inapte face aux dangers que cette reprise italienne engendrerait. D'abord parce que Fincantieri s'est allié avec le groupe chinois China State Shipbuilding Corporation(CSSC),ce qui est dangereux car cela porterait atteinte à notre souveraineté si un grand groupe étranger ferait main basse sur ces chantiers ! Autre danger,la suppression d'emplois que provoquerait cette reprise puisque Fincantieri a déjà la moitié des services des chantiers de Saint-Nazaire en Italie,et qui plus est, provoquerait aussi des délocalisations vers la Chine.

 

Il est encore temps de réagir! C'est pourquoi le gouvernement doit faire pression sur le groupe naval DCNS,spécialisé dans l'industrie navale militaire,l'énergie nucléaire et infrastructures maritimes, pour relancer les négociations afin de racheter les chantiers STX de Saint-Nazaire,pour être actionnaire majoritaire à hauteur de 51%. La France possède le deuxième espace maritime mondial,nous ne devons pas perdre ces chantiers navals qui font le prestige de l'industrie navale française qui nous permettraient un fort point d'appui à l'ouest, dans le domaine militaire,notamment !

 

Valentin Lagorio

Secrétaire National

Énième trahison !

 

 

Nous croyions tous en la Wallonie pour bloquer le CETA, mais le coup de massue est tombé jeudi: les parlements régionaux belges ont trouvé un accord pour accepter le CETA...mais sous quelle pression ? Car nous sommes sûr qu'il y en a eu !

 

C'est un peu comme Tsipras avec le peuple grec! Donald Tusk, président de conseil de l'UE, et Justin Trudeau, premier ministre canadien ont convenu d'une réunion dimanche pour la signature du traité. Malgré l'opposition des citoyens européens, la démocratie est nouvelle fois bafouée, un référendum était nécessaire, le CETA concerne directement les peuples... pourquoi ? Le CETA est couplé à l'ALENA (Mexique -USA-Canada), de ce fait les USA s'en serviront pour nous impacter en attendant le TAFTA, nous serons désormais nourris aux chlore, OGM, antibiotiques, hormones.

 

De plus , le Canada exportera 65 à 75 000 tonnes de viande bovine et porcine, concurrençant inéquitablement nos producteurs, déjà éprouvés par la faiblesses des prix. Et enfin, les tribunaux privés au service des multinationales pourront attaquer les États cherchant à protéger leurs intérêts !

 

Valentin L.

Secrétaire national du R.P.F chargé de l'agriculture

 

NON au CETA !

 

Nous avons tous entendus parler du TAFTA ( traité de libre échange entre l'UE et les USA), qui est reporté à l'année prochaine, pour cause électoraliste bien sûr.


Je ne veux pas m'attarder sur ce traité mais sur un autre en particulier : le CETA.
Même principe sauf que c'est entre l'UE et le Canada.

 

La France et l'Allemagne veulent aboutir à un accord le 18 octobre prochain. C'était sans compter l'opposition des parlements de Flandres et de Wallonie. Et même si le gouvernement belge y est favorable, il ne peut pas signer cet accord sans l'aval de ces deux parlements.


Or il faut que tous les pays européens signent pour que le CETA entre en vigueur!

 

Ne comptons pas sur notre gouvernement libéralo-socialiste pour changer d'avis, pour défendre la souveraineté, mais comptons, soutenons ces deux parlements belges qui s'opposent à ce traité.

 

Pourquoi y être opposé ? Le CETA possède les mêmes modalités que le TAFTA :
-abaissement des barrières douanières,
-tribunaux privés au service des multinationales, qui pourront attaquer les états européens cherchant à protéger leurs intérêts,
-alignement de nos normes sur celles du Canada( environnement, santé, social).

 

Et c'est au nom de tout cela, que le gouvernement libéralo-socialiste est prêt à saborder notre souveraineté mais pas que...


Avec l'arrivée de 65 à 75 000 tonnes de viande bovine et porcine canadiennes, nos élevages, déjà éprouvés par une grave crise, seront plus fragilisés, nos AOC et AOP menacés!

 

Je soutiens depuis toujours les secteurs de l'agriculture française, ils est hors de question de détruire nos élevages !

 

Soutenons les parlements de Wallonie et de Flandres pour empêcher ce vote grotesque, et qui plus est anti-démocratique: les peuples n'ont pas été consultés, or ceci les concernent directement, car si le CETA entre en vigueur, nous serons nourris au chlore(boeuf), OGM, antibiotiques, hormones.

 

Il se pourrait bien que ce traité soit mort né, vu l'opposition des deux parlements évoqués mais restons sur nos gardes.

 

Le CETA est un cheval de Troie, car il est couplé à l'ALENA(USA -Canada-Mexique) et 40 000 multinationales américaines sont implantées au Canada !

 

L'élevage français, l'agriculture française, déjà fortement éprouvés, sont en péril de mort.

 

Valentin L.
Secrétaire national du R.P.F chargé de l'agriculture

La détresse agricole:chiffres et menace de mort.

 

 

Le gouvernement n'est pas le seul responsable de la situation dans notre agriculture, il y a aussi la grande distribution (GMS) qui prend une part importante, exemple : sur un litre de lait, 27c pour l'éleveur, il est vendu à 1,17€ en grande surface. Il est où le 1€10 de différence ?

 

Les consommateurs, oui, ont leur part de responsabilité, mais les GMS doivent faire un effort sur l'étiquetage des produits(loi doit entrer en vigueur dès le 1er janvier 2017), sinon le consommateur ne sait pas réellement d'où vient le produit, mais je crois que les français s'en foutent en fait, du moment qu'ils mangent ! Nous sommes dans une société égoïste !

 

L'élevage français meurt, à cause de la baisse de consommation, mais elle est due à quoi? Au discours anti viande et même lait.... et les français suivent!

 

 1/3 des agriculteurs, surtout éleveurs laitiers et bovins gagnent moins de 350€/mois. C'est alarmant !
Ils se demandent" à quoi on sert vraiment ?".

 

C'est pas des aides qu'il faut mais plutôt des prix, moins de normes, modernisation et innovation des exploitations sans en faire des fermes usines...comme au Canada.

 

Justement le Canada, le fameux CETA risque de passer. Il a les mêmes modalités que le TAFTA, soi disant mort, il va mettre en péril, encore plus, les élevages porcins et bovins, car plus de 60 000 tonnes de viande seront acheminées du Canada grâce à l'abaissement des barrières douanières...je rappelle qu'au Canada, il y a 40 000, je crois, multinationales américaines. TAFTA=CETA et vice versa.

 

Aussi, l'utilisation des pesticides, ça fait grand bruit en France... c'est pire aux USA et au Canada.

L'agriculteur est montré comme tueur, pollueur, pourtant c'est lui qui entretient nos paysages.

De plus, on nous dit qu'il vaut mieux respirer l'air de la ville que de la campagne à cause de ces produits..que dans les céréales que l'on mange le matin, c'est rempli de pesticides.

La mort de l'agriculture française est elle programmée?

 

Valentin L.

Secrétaire national du R.P.F chargé de l'agriculture

Un air de déjà vu.

 

Une nouvelle fois,la France a été ébranlée par une série d'émeutes, opposants des casseurs et des jeunes, manifestant contre la loi travail.

 

Pour notre part, il ne s'agit que d'enfantillages, ils vont juste manifester pour sécher des cours, casser du flic. Ah certes, une partie des jeunes se soucient de leur avenir, mais ne sont que minoritaires,parmi la foule des manifestants.

 

Ces émeutes, ces échauffourées, nous refont penser à la période de mai 68: la jeunesse de gauche manifeste,cette fois contre une loi qui supprime les droits du salarié.

 

Certes si ce mouvement de grogne sociale était sérieux bien organisé,structuré en toute légalité,ce serait autre chose. Or ici, c'est un mouvement qui se fait déborder, et par une certaine,nous insistons sur certaine, jeunesse pilotée par leur syndicat, qui ces derniers sont politisés. De plus cette forme de violence fait retourner la France profonde contre ces jeunes.

 

Nous le rappelons une nouvelle fois, nous sommes en plein état d'urgence, de tels agissements ne peuvent être admis ! Il faut mettre fin à ce climat de désordre et de violence ! Il est clair que ce qu'il s'agit de reprendre, ce sont des cours, ce ne sont pas des manifestations de violences dans les rues de France.

 

Valentin L.

Le Chaos infernal

 

 

Voilà maintenant, la France plongée dans un mois de contestation contre la loi travail. Des syndicats, des jeunes, des lycéens, des militants du Front de Gauche, De EELV et du PCF sont présents. Ils ont créé leur mouvement:" Nuit Debout". Tout ceci n'est que rigolade mais une véritable chienlit. Des pseudos rebelles qui croient défier L'ETAT et ne veulent qu'en découdre avec les CRS. Certes une majorité sont là contre la loi travail mais ce n'est pas assez convaincants pour faire plier le gouvernement, et faire usage de la violence n'amènera pas la population dans votre côté. Le 9 avril au soir encore, des centaines de personnes se sont diriger vers le domicile de Manuel Valls,profitant de son absence pour aller vandaliser sans doute, comme ils l'ont fait plus tôt au commissariat du XI ème arrondissement de Paris. Ils ont été repoussés par les forces de l'ordre.

 

Nous en appelons au rétablissement de l'ordre républicain. Attaquer un commissariat est il la bonne solution contre la loi travail ? Non! Faut il envoyer les blindés pour contenir ces quelques extrémistes,radicaux, qui ne sont qu'en vérité des militants du FG, de EELV et du PCF,qui ne représentent pas la majorité des manifestants?!

 

Bien sûr, chaque Française et chaque Français de bon sens,s'oppose à cette loi qui détruit tous les droits des salariés alors que nos ancêtres se sont battus pour en obtenir.

 

Moi-même,et mes compagnons, n'acceptons pas ces scènes de guérilla. Une telle mesure ne peut être discutée,négociée,voire retirée -c'est ce que nous demandons tous- dans un climat de désordre et de violence. Mais des scènes de violence, comme samedi à Paris,Rennes et Nantes,ne feront pas pencher la population du côté des révoltés,assurément.

 

Le gouvernement doit prendre une décision ferme et de bon sens : le retrait de ce projet de loi,avant que ne vienne la fameuse escalade.

 

Ils datent tous du 11 avril.

 

Valentin L.

Agir et vite

Le chaos migratoire continue ! À Calais, a eu lieu des affrontements entre migrants et CRS dans ce plus grand bidonville de France. Les migrants ont été embarqués dans des cars. D'autres sont encore présents, sur l'A1,tentant de rentrer encore dans des camions. En Grèce, mêmes scènes d'affrontements, à la frontière avec la Macédoine. Ils ont fini par reculer. Cette situation ne peut plus durer, la population est à bout,les forces de l'ordre également ! Petit à petit, l'Europe se montre à bout de souffle, Schengen explose. Nous devons en profiter pour ratifier tous ces traités qui ont détruit l'Europe et reformer celle de départ : celle des coopérations et des états libres. Et enfin retrouver nos frontières pour recouvrer un peu plus de sécurité et d'indépendance. 

 
Valentin L.

Face aux dangers

Comme nous le disons depuis de nombreuses années, notre pays est en péril de mort. Face à la montée du terrorisme islamiste, n'ayons pas peur des mots, à l'intérieur comme à l'extérieur, Face à cette classe politique décadente ne savant que profiter de l'argent des français, Face au chaos migratoire auquel nous sommes directement confrontés, j'en appelle à la raison.

 

J'en appelle au sursaut national, la France sombre le phare du monde est submergé par les flots mais ne sombrera pas.

 

Pourquoi ne sombrera-t-il pas ? Car il y a l'immense masse des françaises et des français qui nous soutiendront dans cette tâche qui s'incombe: restaurer la grandeur de la France !

 

Nous ne devons pas accepter la capitulation ni la servitude, nous ne devons pas nous résigner, renoncer. La résistance, un grand mot,un gros mot,me dirait on, doit s'engager, dans l'honneur, dans le bon sens et pour l'intérêt supérieur de la Patrie.

 

Nous devons refaire vivre cette France, c'est-à-dire, cette grande France, la France éternelle, et cela ne peut se faire qu'avec vous !

 

Oui,françaises,français, avec vous,avec nous pour la France, levons nous, Sauvons là avant qu'elle ne périsse dans les flammes de l'ennemi.

 

Valentin L.

Vers un conflit mondial ?

Hier, la Turquie et l'Arabie saoudite se sont mis d'accord pour organiser une opération militaire terrestre contre daesh.

 

Aussitôt, les forces turques ont bombardé les forces kurdes ! Ces derniers sont les seuls avec l'armée irakienne, pour le moment, à combattre daesh.

 

Après cet acte, tout le monde devrait comprendre  dans quel camp se trouve la Turquie. Attaquer daesh n'est qu'un prétexte pour se débarrasser définitivement des kurdes. Quant à l'Arabie Saoudite, elle est l'un des premiers pays, avec le Qatar, qui finance le terrorisme.

 

Nous ne leurs faisons pas confiance ! Si Assad tombe, le scénario de la Libye qui se produira !

 

Il serait étonnant que l'on se profile vers un conflit avec une arrière pensée de guerre froide: la coalition internationale menée par les États-Unis contre la Russie, qui sera appuyée par ses alliés: l'Iran et la Chine.

 

La situation internationale s'envenime et la France ne pourra pas intervenir, ne pourra pas parler, elle suivra les États-Unis, car telle est la politique voulue par nos gouvernants depuis plusieurs années.

 

Valentin L.

Réforme de l'orthographe

Appel à tous, devant la menace de disparition imminente et déjà bien entamée de notre culture, de notre patrimoine, de notre histoire, de nos richesses, j'appelle chacun et chacune à se tenir prêt pour agir !

 

Se tenir prêt à agir pour destituer quelconque gouvernement qui détruira la France, pour celui en place il est trop tard !

 

La France meurt,se fracasse et DES français ne pensent qu'à eux car ils croient que ceci ne les concerne pas ! Prouvons le contraire !

 

Valentin L.

Elections régionales: fin de la comédie !

Cette sinistre élection régionale a enfin pris fin hier soir !

Sinistre, car après un tel scrutin nous ne pouvons que faire le constat de l'absence totale de vainqueur et affirmer, sans être grand clerc, que les conséquences seront profondes et durables pour le pays qui est dans un bien triste état.

Cette consultation électorale aura au moins eu le mérite de démontrer que le Front National n'est qu'un leurre - prisonnier de son passé et de ses racines - et qu'il ne sera jamais en mesure de gagner une élection nationale autorisant, par la même, ceux qui conduisent notre pays dans l'abîme à rester en place et à continuer leur entreprise de démolition !

Il est temps pour les gaullistes de se réveiller ! Car seul le gaullisme peut répondre aux problèmes que connait notre pays. Mais pour qu'une nouvelle force gaulliste prenne la place qui lui revient dans le paysage politique français, encore faut-il qu'elle se détermine comme telle ! C'est à dire comme une force à la fois attachée à l'amour de la France mais aussi à une certaine idée de l'homme et dans un positionnement qui soit au dessus des clivages politiques !

Ce n'est pas en copiant le Front National ; en récupérant les éléments douteux qui en ont été rejetés et en se plaçant entre la droite et l'extrême droite qu'un mouvement pourra se démarquer et se présenter comme une réelle alternative politique !

Les Français de par nature ont toujours préféré l'original à une copie qui, de fait, ne dépassera jamais les 4% ! A moins que ces copies en question ne servent justement à empêcher toute tentative de réussite d'une véritable nouvelle force politique et ne favorisent finalement un système qu'ils prétendent combattre !

De Gaulle, le gaullisme et l'extrême droite

Nous entendons dire par les partisans d'un ralliement à l'extrême droite -ou tout du moins pour certains un travail en commun avec ce camp- que de Gaulle en son temps acceptait n'importe qui en 40 et que "quand il y a le feu dans la maison on ne regarde pas la couleur du pompier".

 

Hélas pour ces gens qui ne connaissent visiblement pas l'histoire de notre pays, nous nous voyons obligés de les démentir. Si de Gaulle eu accepté tous Français -d'où qu'ils viennent- pour tenir un fusil afin de libérer la France, il n'en fut pas de même pour la diriger. En effet aucun parti d'extrême droite ne fut représenté au sein du Conseil National de la Résistance et aucune personnalité d'extrême droite ne fut membre d'un gouvernement du général de Gaulle y compris en 1944 dans le gouvernement provisoire de la République*.

 

Historiquement -sur le point de vu politique- l'extrême droite fut le seul camp a n'avoir jamais travaillé ni de près ni de loin avec le général de Gaulle.

 

L'extrême droite n'a de cesse été politiquement anti-gaulliste, essayant d'abattre de Gaulle physiquement à plusieurs reprises et de le faire battre à l'élection présidentielle de 1965 en appelant -par l'intermédiaire de leur représentant, Jean-Louis Tixier-Vignancourt- à voter François Mitterrand au second tour.

 

Au grand regret de certains, nous avons la tristesse de leur apprendre que la France n'est pas engagée sur son territoire dans une guerre armée et si la lutte doit s'opérer aujourd'hui pour la survie de notre pays, celle-ci doit s'organiser sur le plan politique ! Dans ces conditions ne soyons pas plus royaliste que le roi en voulant travailler, au nom du gaullisme, avec des gens que de Gaulle lui même avait refusé dans ses gouvernements !

 

Faire le pont entre la France résistante et Vichy fut l'ambition d'une personne comme le général Giraud, vouloir l'imiter signifierait donc ne pas se situer dans l'héritage du gaullisme mais du giraudisme !

 

Certains viendront alors nous dire "mais peut-être que de Gaulle aujourd'hui s'allierait avec eux !" si nous ne savons pas ce que ferait de Gaulle aujourd'hui mort, nous savons ce qu'il faisait de son vivant et c'est sur cela que les gaullistes doivent se reposer. On ne peut faire du gaullisme contre de Gaulle !

 

Sébastien Nantz

Secrétaire général du R.P.F

 

*
http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Charles_de_Gaulle_(1)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Charles_de_Gaulle_(2)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Charles_de_Gaulle_(3)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Michel_Debr%C3%A9
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Georges_Pompidou_(1)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Georges_Pompidou_(2)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Georges_Pompidou_(3)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Georges_Pompidou_(4)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Maurice_Couve_de_Murville

Quand un journal satirique n'a vraiment aucune morale !

Comment ne pas avoir une pensée en voyant la couverture ignoble de Charlie Hebdo à la petite Anne qui repose auprès de son illustre père ?

 

Décidément rien ne pourra humaniser Charlie Hebdo, même pas les drames !

 

Le Rassemblement du Peuple Français étant le défenseur de la mémoire du général de Gaulle nous ne mettrons pas cette photo et préférons rendre hommage à la petite Anne.

 

Inondations dans le Sud Est de la France

Qui se souvient qu'il existe des saisons et que ces dernières entraînent un changement de climat (ensemble de phénomènes météorologiques) pour l'autre définition du climat : (ensemble des circonstances dans lesquelles on vit ): dés que s'avance l'automne, nous entendions tous les ans, ( pas  cette année), "la rentrée sera chaude". Comme elle ne l'a pas été, personne dans les rues . Voyons les problèmes climatiques :
 
20 personnes décédées sur la Cote d'Azur, suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région dernièrement, mais 17 morts l'année passée 35 en 1999 en Languedoc Roussillon, 24 dans les Cévennes en Septembre 2002. Changement climatique? N'oublions pas le 21 décembre 1959 les 425 morts lors de la catastrophe du barrage de Malpasset à Fréjus, catastrophe due aux pluies diluviennes qui s'étaient abattues dans la région. Catastrophe , dont votre serviteur  a été un rescapé plus que chanceux
 
Automne = orages souvent meurtriers autour de la méditerranée et cela depuis toujours, sauf que : depuis quelques décennies, le Sud attire comme un aimant. Les professions libérales, les retraités, et toutes sortes de gens, ce qui donne 2650 personnes au kilomètre carré, record battu (2,5 fois plus que la moyenne)
 
Les personnes aisées veulent acheter des terrains avec vue sur la mer. Comme ces endroits sont rares, les propriétés se construirent dans des endroits de plus en plus dangereux, sur une roche cuite par le soleil, donc friable et sur des zones défrichées, où plus aucune racine ne retient l'eau.
 
Pour ceux qui ont lu dans le dernier livre "pour la France" le dossier de l'agriculture du FPF dénonçait le bétonnage qui  a fait perdre à la France la surface d'un département chaque décennie. Tout professionnel sait que le courant s'accélère sur ces zones artificielles et met en danger ceux qui sont plus en bas
 
Zones à risques extrêmes, zones qui devraient être rendues en partie à la nature. On a fait disparaître les zones humides qui étaient autant d'éponges naturelles qui absorbaient une partie de l'eau, mêmes chose pour les haies et puis il y a le curage des ruisseaux qui ne se fait plus. Mais le plus grave : les permis de construire accordés à ceux qui le veulent si la demande est appuyée par une personnalité : surtout ne pas perdre une clientèle électorale. Sous le barrage de Malpasset des permis de construire avaient été distribués, un hôpital était dans cette zone à risques, deux casernes très mal placées ont été emportées par les flots. Inadmissible

 

Comment peut -on donner des autorisations pour l'installation de camps de vacances, de campings en dessous de ces zones à risques? A coté de Fréjus un camping rassemble toujours entre 5 et 7000 personnes l'été certes mais aucune loi ne peut interdire à un orage violent de déverses des montagnes d'eau sur l'Esterel en quelques heures et en n'importe qu'elle époque
 
Grave : la construction de ses garages collectifs, sous les immeubles. Ce sont des pièges mortels dans lesquels ceux qui se font prendre voient l'eau monter petit à petit jusqu'au plafond, sans aucune possibilité de se sauver.

Il va falloir mettre un terme à tout cela : le clientélisme doit s'arrêter et les Français qui vivent habituellement sous un climat tempéré,  devraient se munir d'une culture du risque  avant de se projeter, souvent à  un âge certain,  dans ces zones difficiles : l'été à cause du feu, l'automne à cause de l'eau
 
L'aménagement du territoire  fait partie de la défense de la souveraineté de la France - Voir disparaître nos contitoyens et nos territoires sans rien dire, sans rien faire, ne fait pas partie de notre culture souverainiste qui est loin d'être décliniste.

 

Henri Fouquereau
Secrétaire Général du Forum Pour la France

Président du Comité Directeur du R.P.F

L'Europe de Jean Monnet est morte !

Par Michel Pinton
J. Monnet.pdf
Document Adobe Acrobat [52.0 KB]

Quel avenir pour l'école ?

Madame Vallaud Belkacem, ne réussira pas plus que ses précesseur.


La réforme du système éducatif, ne peut être l'oeuvre du seul monde politique, elle doit être le choix de la nation toute entière.
 
Il s'agit avant toute autre chose de déterminer quelle place nous voulons pour la France dans le monde et d'adapter les ,programmes en fonction des choix de la nation.


Seule chose sur la quelle tous les camps doivent être d'accord, le futur étant  lié au passé, l'école doit rappeller ce passé.

 
Pour les programmes, rythmes et autres choses, une fois le choix des Français connu, nous laisserons travailler ceux qui savent. 
 
Il faut donc  poser le problème sur la table être clair, net et précis et  demander aux Français, quelle école ils veulent pour LA FRANCE.


-La gauche propose l'école du Choix
-La droite propose l'école du Tri


D'autres choix sont certainement possibles.


Quelques éléments peuvent être inscrits dans le marbre : Tout enfant possède un talent qui n'est pas forcément celui que son école lui impose.


Il s'agira donc de découvrir ce talent afin de faciliter l'explosion d'un art,
L'enfant est une chose, le MAITRE D'ECOLE une autre chose, la France une troisième chose. Chacun doit y retrouver son compte et sa place.


De quels talents la France aura t-elle  besoin dans quelques années, Seul le Plan à la française peut répondre à cette question. Une fois la réponse apportée, ce sera à l'école de préparer, de former et de faire éclore ces talents. 


Maternelle ne doit pas être une garderie, à sa sortie l'enfant doit être éveillé.


Primaire : apprendre à lire, écrire et compter et n'en sortir que lorsque ces sciences seront parfaitement assimilées.


Ensuite les hommes de l'art proposeront et adapteront.


Valoriser les classes professionnelles est une necessité, un homme de l'art, est un homme de l'art dés qu'il maîtrise son art - 
La France a besoin de tous les talents: Soudeurs, avocats, plombiers, professeurs, maçons, médecins
 
Pour 2017, il faudra que les choses soient claires : quelle place pour la France et quelle école pour demain ?
 
Henri Fouquereau
Président du CD du R.P.F

 

Démos cratos en danger - République vassalisée

Il est inscrit au parti socialiste, il est de gauche, Président de l'Assemblée nationale, mais pas démocrate, car  il propose, de rendre le vote OBLIGATOIRE.
CONTRAINDRE, FORCER, OBLIGER, nous devons constater que l'extrémisme a contaminé une grande partie du monde politique.


Rappelons au Président de l'Assemblée que dans les droits imprescriptibles de l'homme : "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", il est inscrit : La liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.
 
Monsieur le Président, votre discours nous amène à penser que  comme vous ne pouvez plus, à cause de décisions prises par le monde politique, assurer la propriété de nos entreprises par ex.  Que vous ne pouvez plus à cause de Schengen, assurer la sûreté des gens et des biens, et que vous déniez toute résistance passive, 1 million de gens dans la rue, cela ne semble pas vous émouvoir. Alors maintenant, vous pensez que la liberté doit être revisitée.

 

C'est la seule chose qui nous restait encore  et nous pensions que nul n'oserait plus jamais y toucher. Que ce bon sang de Français en abuse en ne se rendant pas aux urnes est une évidence, mais aussi  faudrait-il au contraire, l'inciter, plutôt que de le contraindre.

 

Or vous proposez de  lui supprimer ce coin de liberté. Mauvaise manière, il suffirait d'affirmer que la liberté implique quelques devoirs, ce qui n'est pas plus transmis, et surtout pas par les politiques. Le devoir, chez nous, devrait  être librement consenti : oui mais, il faudrait  que mes Parents, que mon Professeur des écoles, que la presse m'apprennent ce qu'était mon pays et ce que tous, nous lui devons. En supprimant l'apprentissage de notre Histoire, celle de notre langue, en imprimant à la place les repentances devenues perpétuelles - Vous avez d'ailleurs oublié le fait que Vercingétorix a du  abuser de la patience des Romains, et qu'il aurait fallu nous en excuser, et ce n'est pas en remplaçant le courage par  le lèche "bottin" (je viens de l'inventer pour être à la mode) que les Français partageront ce droit, mais aussi ce devoir moral d'aller voter.  je vote donc je suis un citoyen, je ne me rends qu'à la grande surface, donc je ne suis plus qu'un consommateur, manipulé, décervelé,  dé nationalisé.

 

Avant, Juste un petit conseil, si vous obligez TOUS les Français à se déplacer pour voter, votre parti risque de disparaître, d'autres aussi d'ailleurs et les tribunes qui vous font  face actuellement, seront occupées par des tricoteuses de l' extrême gauche et de l'extrême droite.


Nous laisserons ce stupide bonhomme pérorer du haut de son perchoir, "il est  content coco" pour descendre dans l' arène  et dire: Le vote : il existe, partout dans le monde un problème ; l'abstentionnisme, mais aussi un autre : le droit de vote accordé aux étrangers, le FPF devra se  pencher sur la question
Pour l'abstention, le mondialisme fait que nul ne sait plus qui dirige quoi, qui possède le pouvoir, qui dicte la loi : pour nous . OMC, Bruxelles, Francfort Washington, Berlin et peut-être demain Pékin, Si Paris faisait entendre sa voix ailleurs que dans les salles d'attente, peut-être que nos concitoyens seraient fiers d'aller voter  - referendum sur la Constitution en 1958, alors que la voix du Général tonnait dans l'Hémicycle = + de 80% de votants.


Mais si Monsieur,  au lieu de contraindre, vous tentiez  d'attirer le citoyen vers les urnes?
Comment, mais en lui donnant envie de voter, c'est à dire de PARTICIPER.


Je suis contre la politique menée, mais je ne peux m'exprimer sur ce rejet que de deux façons : en votant pour l'extrémisme qui n'apporte aucune solution, mais dont l'histoire nous apprend combien elle est dangereuse et l'abstention, qui n'en amène aucune, mais qui jusqu'à présent,  nous laissait  LA LIBERTE
La solution serait bien sûr d'entraîner l'adhésion, de mener une politique, je ne dirai pas forcément meilleure, car il faudrait définir le bon et le mauvais, mais conforme aux voeux des Français.

 

Seulement, ne rêvons pas, il va falloir quelques années avant que des équipes soient formées à cette discipline : appliquer dans des textes la volonté des Français et descendre dans l'arène pour écouter le peuple, normalement souverain et même lui expliquer le pourquoi du comment d'un projet.
Reste une solution tout à fait "démocratique", cette chose en grand danger : LE VOTE BLANC,  je participe, parce que je VEUX participer.


Non significatif diront certains, sauf que la majorité des petits partis voudraient atteindre ses scores : entre 5 à 6% des votants.


Seulement, il ne sert à rien d'autre que de se déplacer pour remplir son devoir de citoyen ; La chose a été entendue, le code électoral a été changé :
son art L65 modifié par la Loi 2014-72 du 21 02 2014 ; les bulletins blancs seront décomptés séparément et annexés au Procès verbal, sauf que cela ne modifie en rien le résultat du vote. Aussi, une minorité règne toujours sur la France, supprimant au  peuple sa souveraineté. Exemple ;  Septennat : abstentions 69,8%  à peine 7% des inscrits ont imposé le quinquennat avec les conséquences que nous connaissons : une sempiternelle période électorale, à laquelle tous participent, mais que peu concrètisent  par un bulletin glissé dans l'urne.

 

Alors que faire? Il suffit d'Incorporer les bulletins blancs dans la catégorie : SUFFRAGES EXPRIMES pour que  cela change tout. La majorité des 50% serait nettement plus difficile à obtenir. ET SURTOUT : un referendum : OUI = 50% des voix+1 -  si les blancs prennent valeur de suffrages exprimés,  ce 50% se transforme en 60% 


Si le vote blanc avait été comptabilisé en suffrages exprimés lors du traité de Maastricht, nous serions toujours libres et indépendants, avec le système actuel, une petite  minorité a fait la loi
Pour le scrutin uninominal à deux tours, le pourcentage par rapports aux inscrits, avec le vote blancs serait plus difficile à obtenir, il entraînerait obligatoirement une élévation du seuil.

Et si un Président de la République doit être élu à la majorité absolue, le vote blanc aurait interdit toute élection depuis un moment.


Deux Problèmes, pour des histoires de boutiquiers, des Mrs Bartelone voudraient porter atteinte à la Démocratie. Alors  le vote blanc est à peaufiner, il faut réfléchir, en mesurer toutes les conséquences. De toute façon,  se faire élire par 8% des inscrits n'est pas démocratique.
J'allais commettre l'erreur d'écrire Vive la République, mais non, là aussi, elle est en danger - SONT REPUBLICAINS TOUS LES FRANCAIS QUI VEULENT QUE LA FRANCE RESTE Libre, indépendante et redevienne SOUVERAINE, alors que la République est entrain de se faire coloniser par la seule droite
Alors VIVE LA FRANCE.

 

Henri Fouquereau
Président du Comité Directeur du R.P.F
Secrétaire Général du Forum Pour la France
 

Interview d'Henri Fouquereau

Interrogé par une télévision iranienne, Henri Fouquereau, Président du cd du RPF, a répondu aux 3 questions qui lui ont été posées :

 

I) la France peut-elle toujours se dire souveraine ?

 

Henri Fouquereau: oui sans hésitation, parce qu'elle en possède toujours les moyens, qu'elle se situe toujours dans le peloton de tête des nations
Bien évidemment, la souveraineté des Etats s'est transformée, nous appartenons tous plus où moins à des institution internationales : droits de l'homme, OMC etc mais pour l'essentiel, la France reste souveraine
Deux carcans : OTAN et Ue, pour le premier, le Général de Gaulle a prouvé qu'il était possible de le quitter, qu'il suffisait d'une volonté politique, pour le second, il s'agit d'un traité, qui comme tous les traités peut être défait par un autre traité.

 

2) Peut-on sortir d'une impasse économique venant des accords européen ?

 

HF: C'est l'euro qui nous mène dans une impasse, pârce qu'une monnaie ne peut être que le poumon d'une économie et qu'il n'existe pas d'économie européenne, pas plus qu'il n'existe de peuple européen

Regardons les différences : Allemagne 1,5% de la population mondiale, vend pratiquement autant que la Chine 1,4 milliards d'habitants et la Grèce autre Etat membre ne vend rien. S'il existait une économie européenne, les Etats bénéficiaires devraient reverser aux Etats déficitaires, ce qui n'est pas le cas
Il n'existe donc pas d'économie européenne. Trois des Etats membres de l'Ue sont classés séparément dans les six puissances économiques mondiales.
L'impasse économique ne peut donc toucher que des Etats membres

 

3) Peut-on soutenir l'idée d'une Europe unie alors que la régionalisation et les langues régionales favoriseraient plutôt le communautarisme ?

 

HF: Je m'oppose à cette expression d'Europe-Unie, car elle supposerait la disparition des Etats. Or chaque Etat existe, la preuve sur le plan de la politique étrangère chacun mène sa propre barque
Madame Merkel ou F. Hollande, lorsqu'ils se rendent en Chine, séparément bien sûr, défendent chacun ses intérêts nationaux, jamais des intérêts européens.


En ce qui concerne les langues régionales, elles ont apporté un plus bien sûr, mais soyons lucides, elles ne sont jamais apprises, connues, utilisées par 2% de la population.
La langue de la République est le français et le restera.

 

Juste pour terminer ; les dernières élections, deux grands partis PS et UMP se partagent toujours l'essentiel de la vie politique française, les Français donnent quelques fois un coup de semonce, mais ils ne confieront jamais les clés de la maisons France à des partis populistes.

Hommages à un gaulliste de conviction

Il est allé là ou le politique de salon n'ose pas se rendre.

 

Gaulliste, souverainiste, rebelle, jamais plié aux ordres du politiquement correct, ennemi de la démocratie d'opinion et de la République des juges.

 

Droit dans ses bottes, il aime les autres. Il aime  son pays. Il s'appelle Jacques Myard, il est député de la nation, maire de Maison Laffitte, membre de la commission des affaires étrangères, de la délégation des affaires européennes et de la commission du secret à l'Assemblée nationale.

 

C'est un guerrier, il ose, mais pas qu'en paroles. Il vient de franchir le non supportable pour les agents du renoncement et des abandons.

 

Oser se rendre là où se déroule l'histoire. Aller là où tonne le canon, pour tenter de le faire taire. Se déplacer malgré les dangers  sur des routes minées, bordées de tireurs embusqués, juste pour essayer de trouver une solution, Risquer sa vie pour que les autres vivent mieux.

 

Ah bien sûr, de derrière un bureau où d'un  micro, il est facile de dire des choses, de juger l'autre. Seulement  l'histoire jugera et l'histoire n'est jamais tendre avec ceux qui se terrent, qui se cachent, qui sont terrorisés par le seul bruit qu'ils pourraient faire en prenant une décision.
 
2300 jeunes Français sont partis faire le Djiad et  la Syrie de Bachar peut crouler sous les coups de Daesh. Que faut-il faire? Attendre les bras croisés le retour de ces jeunes,  pour ensuite  compter les morts, qui seront  exécutés par des fous de Dieu, incapables par ailleurs de bien situer ce Dieu. Ou alors oser , au péril de sa vie, essayer de contenir le rouleau compresseur qui menace nos vies et nos libertés.

 

Je suis fier, d'être l'ami du député Jacques Myard, de l'aider, de le servir, car je suis convaincu que tout ce qu'il fait, il le fait pour nous, pour nos enfants, pour la France.

 

Henri Fouquereau 
Président du Comité Directeur du R.P.F

 

 

Par le docteur Jack Petroussenko. Secrétaire R.P.F de Paris, coordinateur d'Ile-de-France
Les trois mousquetaires.pdf
Document Adobe Acrobat [26.8 KB]

Soutien à Jacques Myard

Notre compagnon gaulliste, le député Jacques Myard, s'est rendu, avec 3 autres parlementaires, à Damas et a été reçu par Bachar Al-Assad afin de reprendre le dialogue dans le conflit Syrien.

 

Cette rencontre a été condamnée par François Hollande, Manuel Valls et Claude Bartolone le président de l'Assemblée Nationale.

 

Nous ne pouvons que soutenir l'action menée par Jacques Myard et s'étonner de l'aveuglement de nos gouvernants dont le sens de la "diplomatie" semble laisser à désirer.

 

Jacques Myard n'a d'ailleurs pas manqué de souligner que « C'est ce qu'a fait de Gaulle avec le FLN, et pourtant il ne les aimait pas beaucoup. » et d'expliquer qu'il n'y aurait « pas de règlement militaire » au conflit syrien, « ce sera un règlement politique », et que « Bachar Al-Assad en sera partie prenante ». Il dénonce une faute « géostratégique du gouvernement » et nous ne pouvons que lui donner raison !

 

Les partis politiques n'ont pas manqué, eux aussi, de dénoncer ces parlementaires. Nicolas Sarkozy -grand ami jadis de Kadafi et de Bachar Al-Assad- s'est permis de les baptiser de "gugusses". Le Parti Socialiste est aller jusqu'à menacer d'exclure l'un de ses membres, Gérard Bapt, qui a participé à cette excursion avec Jacques Myard et les 2 autres parlementaires.

 

Après avoir bâillonné l'Assemblée Nationale sur la loi Macron, le gouvernement entend donc réellement faire taire nos parlementaires et instaurer ce qu'il semble bien être les prémices d'une dictature !

 

Jaques Myard, quant-à-lui, a gagné ses galons d'homme d'Etat !

La loi Macron, Valls et la démocratie...

Manuel Valls a donc utilisé l'article 49 alinéa 3 de nos institutions pour faire adopter le désastreux projet Macron.

 

Si nous comprenons que des socialistes authentiques puissent désapprouver cette loi, nous ne pouvons que constater que ces mêmes socialistes n'ont pas voté la motion de censure. 

Les mandats étant désormais supérieurs aux intérêts de la France, ces députés n'ont pas voulu jouer avec le feu qui aurait probablement conduit à la dissolution de l'Assemblée Nationale et la perte pour nombre d'entre eux de leur mandat de député.

 

L'article 49-3 a été créé en 1958 dans nos institutions pour empêcher toute action des partis politiques qui tenteraient de bloquer le pouvoir exécutif, bref une mesure pour lutter contre le régime des partis. Hélas les dérives se font connaitre et ceux qui jadis parlaient de coup d'Etat permanent en mentionnant nos institutions sont probablement aujourd'hui ceux qui bâillonnent le plus le parlement.

 

Une autre solution s'offrait pourtant à Manuel Valls et au Président de la République, le recours au référendum. Mais peut-on réellement penser que ce gouvernement s'amuserait à donner la parole au peuple ? La démocratie s'arrête la où commence les intérêts particuliers !

 

L'esprit de grandeur et de rassemblement n'habite décidément pas nos gouvernants. Pauvre France !

La loi Macron

Henri Fouquereau

La loi Macron : il s'agit ni plus ni moins, d'un nouveau choix de société. Une voie que nous réfutons.

D'après l'oligarchie financière et ses portes coton de service,  nous vivons dans une société bloquée. archaïque, sclérosée, menottée par son passé.

Ce Passé national,  une horreur pour eux car il  gène l'évolution du tout concurrence et des bénéfices captés par cette minorité. 

Pour "libérer" la société, rendre la France "moderne", ces gens là ont décidé qu'un choc devait  être initié : La France doit  enfin s'ébrouer  afin de détacher d'elle la vieille carcasse qui  freine  sa marche vers le Paradis ultra libéral, libertaire. C'est en vérité  un programme de retour  au servage. C'est ce que dénonçait le Général Pierre-Marie Gallois dans  le "Devoir de vérité" en  rappelant ces mots de Rockefeller "  La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux est certainement préfèrable aux décisions nationales". Voilà ce qui pour nous doit être désigné comme l'ennemi.

Il a donc été décidé par le plus petit nombre, que la France devait  adopter et adapter, sous la dictature de Bruxelles dirigée par les néo libéraux anglo-saxons,  un modèle social  devant répondre aux impératifs de la concurrence, cette créatrice des monstrueuses inégalités qui frappent la majorité des hommes, partout dans le monde, mais aussi en France.

C'est à cette opération que s'attache le ministre Macron : Faire sauter des carcans, en libéralisant des secteurs entiers et surtout NOS professions réglementées, dont  celle de notaires : les Huissiers, les cabinets d'avocats, la médecine, les taxis doivent se libéraliser, ouvrir le capital de leurs sociétés à tous. Il s'agit  de supprimer le service public de proximité, plus de PTT, plus de bureaux des impôts, plus d'écoles, plus rien : Un désert, qui réduira le paysan et les vieux, à la plus dure des conditions de vie. Déménager la campagne à la ville, entasser les gens les uns sur les autres, sans autres espaces de vie et de liberté, que le poste de TV, l'ordinateur,  la porte du voisin d'en face, et la bouche du métro, qui amène au boulot; Pourtant : auprés de mon arbre je vivais heureux. Terminé avec les veaux vaches, cochons couvées, Tout sous film plastique, en provenance de chaînes américanisées, qui produisent du polyphosphaté à longueur de journées, gâchant et cachant le goût, c'est à dire notre culture Nos gamins sont transformés en bonbonnes, permettant ainsi aux multinationales créatrices de ce problème,  de vendre ensuite, des produits de minceurs, des régimes et autres saloperies qui gâchent toute une vie.

La France vit le fessier entre deux chaises : mi  Etat nation, mi mondialisme; Position insoutenable, il fallait choisir,  adopter  un choix de société.

Le pouvoir de droite avait tenté l'opération sans oser la terminer. Le pouvoir de gauche va l'imposer : globalisation et  néo libéralisme.

 Suppression des carcans que sont  : l' Etat, les frontières ,les services publics, les protections sociales et autres et morts aux vaincus.

Il existait pourtant d'autres solutions : le collectivisme ; celui là  a été tué par l'ultra libéralisme, père de la globalisation ,n'en parlons plus, il ne convenait qu'aux cadres du parti unique, tel que cela s'est produit chez tous les dictateurs de gauche comme de droite. Mais aussi, le maintien de la politique ancestrale de la France : Etat fort,  Plan,  coopération, qui  a permis à notre Pays d'être toujours présent sur le podium des grandes nations.

Oui mais, toujours ce besoin de détruire la nation et de se soumettre aux plus offrants de la part de certaines de nos élites :   la gauche, le centre de gauche comme de droite, , la droite ont condamné cette politique ancestrale de la France et tentent de nous faire basculer vers ce mondialisme imposé, par les marchés.

Ces derniers  pourront gouverner à travers de quelques pantins à leurs ordres afin de nous faire entrer  dans cette religion du FRIC.

Certes il existait encore quelques poches de résistance; mais  nos Présidents s'efforcent de les réduire  les unes aprés les autres : Contre les hommes citoyens,  une offensive a été menée par VGE et  Mitterrand :  transformer ces citoyens en consommateurs, ensuite Chirac a supprimé le service militaire qui soudait les hommes entre eux en servant la nation. Sarkozy a imposé un Traité que les Français, à qui on avait eu tort de demander leur avis, avaient refusé. Lisbonne nous a fait entrer dans le tout européen et cerise amère sur le gâteau, il nous a fait réintégrer l'OTAN. Hollande lui, veut adapter le modèle social à la française,  aux impératifs de la compétitivité et force est de constater que nous  élisons à chaque élection, des destructeurs de la nation.

Nous reviendrons sur les divers aspects de cette loi Macron : Traitons aujourd'hui du volet : Epargne salariale et Participation. L'ami Remi Bonnevialle : patron de l'émission du Libre Journal des Artisans sur Radio Courtoisie, m'ayant invité à participer à sa prochaine émission du vendredi 20 février (18 à 21h) pour traiter de la réforme du Sénat (réferendum du 27 avril 1969) et de la  Participation.

Macron, socialiste libéral libertaire, casse le projet du Général de Gaulle, qui voulait que l'employé devienne l'associé du capital au sein de l'entreprise.

Pour l'épargne salariale, il s'agit désormais de distribuer des actions gratuites (AGA).

Il s'agit aussi d'accorder des bons de souscription de parts de créateur d' entreprise (BSPCE) qui pourront être achetés plus tard au prix fixé au départ, comme pour le résultat des petits partis aux élections, on laisse faire les o% et quelques n'amenant aucun risque pour les sempiternels gouvernants, dormez oligarques, on veille sur votre tas d'or.

La nouvelle donne est de rechercher de la motivation. De faire des employés des agents plus actifs, mieux attachés à l'entreprise, mais toujours des subordonnés; Or, le grand projet cherchait a en faire des associés : des égaux. Le socialisme a toujours voulu installer une hièrarchie, le chef : secrétaire général du parti, les sous papes, nommés par le Chef selon des critères bizarres : être de la même promotion que le Chef, savoir dire oui toujours(maintenant quelques fois) et obéir aux ordres dictés par des sectes obscures ; Moscou autre fois , avec une dérive trotskiste, Washington, dans état d'âme, puis Bruxelles de manière avide et obséquieuse, la droite actuelle veut que chacun obéisse à Bruxelles et à Washington aujourd'hui, à Berlin et Pékin demain.

Ce qui pourrait apparaître comme une avancée, est en réalité un recul. La Participation, ce n'est pas cela du tout, elle est dévoyée et non pas musclée comme annoncée. Comment pourrait -il en être autrement venant de l'ultra libéralisme ?

Le but de la Participation ; construire un édifice social et moral dans lequel chaque individu pourra vivre dans la dignité et la sécurité, où nul monopole ne pourra abuser des hommes, ni dresser aucune barrière devant l'intérêt général (général de Gaulle 18 03 44).

Il ne s'agit surtout pas de créer une société égalitaire défendue par Marx et Engel, mais de mener à bout, cette vieille idée française, issue des corporations médiévales , pour aller jusqu'aux coopératives ouvrières et à la société anonyme à participation ouvrière et actions du travail de 1917. Les avancées furent superbes : comités d'entreprise (ordonnance du 22 02 1945) avec ce préambule "le grand mouvement de résistance qui a libéré la France de l'ennemi a été également un mouvement de libération sociale. L'idée est d'associer les travailleurs à la gestion des entreprises  Suivra l'ordonnance du 7 janvier 1959 qui vise à favoriser l'association et l'intéressement des travailleurs à l'entreprise (dispositif légal mais facultatif).

Trois possibilités sont alors ouvertes : La participation à la productivité  - La participation aux bénéfices, (participation à une opération d'autofinancement pivot de l'amendement Vallon) qui permettra la participation des employés aux fruits de l'expansion des entreprises. Chacun bénéficie de la richesse créée par l'apport de l'argent par le capital , des découvertes des chercheurs et du travail des employés.

C'est la volonté de faire de la France, ce qu'elle doit être, selon sa vocation, un modèle et un guide  quant à la condition des Hommes. Vaste programme qui, après la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, celle du droit des peuples à disposer d'eux mêmes, la grande avancée universaliste  Une révolution tranquille est proposée ; elle promeut un autre choix, une autre voie : quelque chose de simple de digne et de pratique : l'association, qui est aussi un projet politique se situant résolument entre le vieux libéralisme et le socialisme inhumain.
Pour l'entreprise, il s'agit d'un triptyque : participation aux résultats, participation au Capital, participation aux décisions : association du capital et du travail, une coopération entre toutes les bonnes volontés; l'homme trouve une dignité et un avenir. Sa promotion est égale à celle de l'entreprise et de la nation, car il en est un des facteurs agissant.

Ce que propose le ministre Macron et son actionnariat salarié est simplement un actionnariat à l'anglo saxonne. Laissez l'argent aux grands et ramassez les miettes que généreusement nous vous accordons.
A l'inverse : avec la participation, l'actionnariat des employés est fourni par la partie bénéfices de l'entreprise, c'est l'accroissement des valeurs d'actif de l'entreprise, du à l'autofinancement dont une partie revient aux employés qui fera cet "actionnariat employé".

Dans le projet du Général : l'option d'achat réservé aux plus méritants était aussi inscrite au programme. N'oublions jamais que la participation est l'héritage de la tradition française, qui est celle du partage. C'est la généralisation de la propriété privée qui est le principe essentiel de la Participation, ce qui nous éloigne fort du socialisme qui capte le pouvoir et du libéralisme qui capte les bénéfices

LE PROJET MACRON EST DESTRUCTEUR ET A L'INVERSE QUE CE DOIT ETRE NOTRE NATION, LA REPUBLIQUE EST BASEE SUR L'EGALITE , A L'ETAT, ET A LUI SEUL D'ASSURER UNE JUSTE REDISTRIBUTION, SELON LES OEUVRES DE TOUS ET CELLES DE CHACUN.

Le Rassemblement du Peuple Français est un mouvement fondé en 1947 par le général de Gaulle, mis en sommeil en 1955 il se réveille aujourd'hui.

Le gaullisme c'est...

 

1) Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes (l'indépendance nationale et la souveraineté populaire)
2) Un Etat fort et dirigé (institutions de la Ve République)
3) L'association du capital et du travail (3ème voie sociale: ni libéralisme, ni socialisme)
4) Le Rassemblement du peuple français par-delà les clivages politiques

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Rassemblement du Peuple Français - R.P.F